Une question, une idée, un projet

Suivez notre newsletter
hebdomadaire

146

Qu’est-ce que « l’ergonomie mentale » ? Alexandre NIGGEL nous emmène dans un voyage au cœur de votre cerveau révolutionnant l’innovation pédagogique (Partie 1/2).

Nouvel article rédigé par notre nouvel expert, Alexandre NIGGEL, infirmier militaire,  créateur de solutions personnalisées pour le secteur de la santé,  dirigeant de  Learning Experience.

Depuis l’aube de la civilisation, l’humanité a été façonnée par ses inventions, de la roue à l’intelligence artificielle. Pourtant, toutes les innovations n’ont pas le même impact. Certaines transforment notre quotidien, tandis que d’autres tombent dans l’oubli. Pourquoi cette différence ?

La réponse réside souvent dans notre organe le plus complexe et le plus fascinant : le cerveau. Prenons l’exemple des godillots. Plus qu’une simple chaussure, ils symbolisent une conception qui respecte la nature humaine, épousant la forme de nos pieds plutôt que de les contraindre. C’est cette harmonie, cette compréhension profonde des besoins humains, qui est au cœur de l’ergonomie mentale.

Alors, embarquez avec nous dans un voyage à travers la science de l’adaptation, où technologie et esprit humain fusionnent en parfaite symphonie.

Le cerveau : un organe aux capacités étonnantes mais limitées

Le cerveau, cette splendeur évolutive, est un mélange fascinant de robustesse et de finesse. Composé de milliards de neurones interconnectés, chaque section, de ses lobes profonds à ses gyri ondulés, joue une symphonie coordonnée qui façonne notre réalité. Il est capable de prouesses allant de la mémorisation des paroles d’une chanson entendue il y a des années, à la régulation complexe de notre métabolisme et de notre rythme cardiaque.

Mais, à l’instar d’un musicien virtuose qui, malgré son talent, peut fausser une note sous la pression, notre cerveau a ses limites. Bien qu’il soit équipé pour traiter une avalanche d’informations simultanément, il peut être submergé, conduisant à la fatigue, à la distraction, voire à l’oubli.

Cette dualité entre ses capacités extraordinaires et ses vulnérabilités intrinsèques le rend d’autant plus fascinant et précieux. Pensez à une fois où vous avez essayé de faire du multitâche, comme répondre à des emails tout en participant à une réunion en ligne.

Remarque : Vous avez peut-être remarqué que votre performance dans les deux tâches était moins bonne que si vous vous concentriez sur une seule. C’est une illustration des limites de notre cerveau en matière de traitement de l’information.[1]

L'empan, un indicateur de notre capacité cognitive :

L’empan, bien que souvent relégué aux discussions académiques, est en réalité un élément central de notre expérience quotidienne, influençant discrètement la façon dont nous percevons et interagissons avec le monde qui nous entoure. Imaginez un instant que l’on vous présente une suite de chiffres, d’abord cinq, puis dix, et enfin vingt. Vous vous rendriez rapidement compte que votre capacité à les retenir diminue à mesure que la série s’allonge. C’est exactement là que l’empan intervient : il définit la quantité d’informations que notre mémoire à court terme peut gérer simultanément sans être submergée.

Dans notre ère numérique, où l’information est constamment à portée de main, l’empan prend une signification encore plus cruciale. Les concepteurs d’interfaces, les développeurs d’applications et même les créateurs de contenu doivent tenir compte de cette capacité cognitive limitée. Sinon, ils risquent de saturer l’utilisateur avec trop d’informations, rendant leurs produits moins efficaces et plus frustrants à utiliser.

Mais ce n’est pas seulement dans le monde numérique que l’empan joue un rôle. Pensez à la manière dont vous faites vos courses, lisez un livre ou même conversez avec un ami. Votre capacité à suivre une liste, à comprendre un argument complexe ou à vous rappeler d’un fait intéressant dépend directement de votre empan.

Conseil : En le comprenant et en l’honorant, nous pouvons non seulement créer des technologies plus adaptées, mais aussi vivre notre vie quotidienne de manière plus équilibrée et consciente.

Exemple concret :

Imaginez-vous au supermarché, votre liste de courses est courte : lait, œufs, pain. Simple, non ? Mais ensuite, votre conjoint vous envoie un texto avec d’autres articles à ajouter : avocats, jus d’orange, pâtes, sauce tomate, et du chocolat « pour le moral ». Vous vous dites que vous pouvez gérer. Mais, attendez ! Votre mère vous appelle et vous demande de prendre aussi du café et du sucre. À ce stade, votre cerveau se sent comme un jongleur maladroit essayant de garder en l’air trop de balles à la fois. Vous finissez par oublier le lait, l’élément le plus important, et rentrez à la maison avec un paquet de chips aromatisées au wasabi que personne n’a demandé. Voilà votre empan en action, ou plutôt en inaction, prouvant que même les tâches les plus simples peuvent devenir des défis comiques quand notre cerveau atteint sa limite.[2]

 

La surcharge cognitive : quand le cerveau est saturé

Nous sommes tous passés par là : essayant d’écouter attentivement une réunion Zoom tout en faisant défiler une série interminable d’e-mails, en jetant un œil aux notifications du téléphone, et peut-être même en griffonnant quelques notes sur un post-it. Cette gymnastique mentale, bien que souvent considérée comme une compétence essentielle à l’ère du numérique, a un coût : la surcharge cognitive.

La surcharge cognitive est comparable à ce que ressent un ordinateur lorsqu’il a trop d’onglets ouverts. Tout comme une machine ralentit, notre cerveau aussi commence à s’épuiser, perdant sa capacité à traiter efficacement les informations. Et ce n’est pas seulement la multitâche qui est coupable. Une interface utilisateur mal conçue, avec des menus déroutants ou des boutons mal placés, ou un logiciel doté de fonctionnalités excessives sans une formation adéquate, peut rapidement conduire à cette sensation d’overdose mentale.

Les conséquences de cette surcharge vont bien au-delà de la simple confusion. Elle peut entraîner des erreurs, souvent dues à des oublis ou à des actions précipitées. La frustration peut monter, surtout si l’on se sent impuissant face à une tâche qui, en théorie, devrait être simple. Dans les cas extrêmes, cela peut conduire à l’abandon d’une tâche ou même à la désinstallation d’une application.

Remarque : : Comprendre et reconnaître les signes de la surcharge cognitive est crucial, non seulement pour les concepteurs et les développeurs, mais aussi pour les utilisateurs. En prenant le temps de s’arrêter, de faire une pause et de simplifier, nous pouvons non seulement améliorer notre efficacité, mais aussi notre bien-être général à l’ère de l’information.[3]

L'ergonomie mentale : des principes basés sur la compréhension du cerveau

Bien que la compréhension du cerveau soit une quête fascinante en soi, elle prend tout son sens lorsqu’elle est appliquée à notre interaction quotidienne avec le monde. L’ergonomie mentale ne se contente pas de décortiquer les mécanismes cérébraux ; elle vise à les intégrer dans la conception de nos outils et technologies, créant ainsi une harmonie entre notre fonctionnement cognitif intrinsèque et l’environnement numérique qui nous entoure.

Pensez à l’ergonomie mentale comme à un architecte qui conçoit une maison en tenant compte non seulement de l’esthétique, mais aussi de la manière dont ses habitants vivront et se déplaceront à l’intérieur. De la disposition visuelle, qui capte notre attention et guide nos yeux, aux temps de réponse, qui respectent notre besoin de rétroaction instantanée, chaque détail est pensé pour s’aligner sur notre fonctionnement cérébral.

Remarque : La clarté des instructions assure que nous ne sommes pas perdus ou frustrés, tandis que l’intuitivité des commandes nous permet d’interagir avec la technologie comme une extension naturelle de nous-mêmes.

C’est cette fusion délibérée entre le monde numérique et notre biologie qui rend l’ergonomie mentale si cruciale à l’ère moderne. Elle construit littéralement des ponts, facilitant notre navigation dans un paysage technologique en constante évolution, tout en veillant à ce que notre bien-être et nos capacités cognitives soient toujours au premier plan.

Exemple concret dans la formation des professionnels de santé :

Lorsque j’anime des formations en réanimation cardio-pulmonaire (RCP), je suis conscient que les participants peuvent se sentir initialement dépassés par la complexité des instructions et la terminologie médicale. Pour pallier cela, j’intègre des technologies innovantes dans mon approche pédagogique. Par exemple, j’utilise un mannequin connecté qui fournit un retour en temps réel sur la qualité du massage cardiaque effectué par chaque participant. Ce feedback visuel et sonore est synchronisé avec leurs actions, permettant une boucle de rétroaction immédiate. Cette méthode d’enseignement, fondée sur les principes de l’ergonomie mentale, permet aux participants de corriger instantanément leur technique. Le résultat est saisissant : en quelques sessions seulement, ils passent d’un sentiment d’incompétence à une confiance accrue dans leur capacité à effectuer une RCP efficace. En utilisant l’ergonomie mentale, je transforme une compétence qui pourrait être perçue comme complexe et intimidante en une expérience d’apprentissage intuitive et enrichissante.

Les godillots : une leçon d’adaptabilité :

Les godillots, bien plus qu’une simple paire de chaussures, incarnent la convergence de l’ergonomie et de la stratégie militaire. Avant leur apparition, le monde des chaussures militaires était peuplé de modèles rigides et inconfortables, peu adaptés aux rigueurs des longues marches et des terrains difficiles. Ces chaussures, malgré leur allure robuste, négligeaient un élément fondamental : le confort du soldat. C’est avec l’avènement des godillots que la vision de la chaussure militaire a été révolutionnée. Ces chaussures, en adoptant une philosophie centrée sur l’humain, se sont adaptées aux contours naturels du pied plutôt que de le contraindre. Pour les armées napoléoniennes, cette évolution a eu des implications stratégiques majeures. Grâce à ces godillots ergonomiques, les soldats napoléoniens ont pu parcourir des distances plus importantes avec un confort nettement supérieur. Moins de blessures, moins de fatigue, ce qui a donné des troupes plus alertes, mobiles et prêtes pour le combat. Cette capacité à se déplacer rapidement et avec efficacité a offert un avantage stratégique sans précédent à Napoléon, ses troupes surpassant souvent des adversaires moins bien chaussés et donc moins mobiles.

Dans ce contexte, il est amusant, voire ironique, de constater que nous avons attendu le 19ème siècle pour enfin adapter nos chaussures à nos pieds, que nous voyons et utilisons chaque jour.

Alors, combien de temps faudra-t-il pour adapter nos contenus et enseignements à notre cerveau, cette mystérieuse entité que nous ne voyons jamais ?

Remarque : Cette anecdote, au-delà de son humour, nous rappelle l’importance cruciale d’une conception centrée sur l’utilisateur, qu’il s’agisse de chaussures, de technologies ou d’éducation.

Lire la suite de cet article le mois prochain.

Pour aller plus loin :

[1]  Sénanque, A. (2022). Le cerveau m’a beaucoup déçu, L’esprit non.-Les révélations d’un neurologue sur les limites du cer. Les éditions Trédaniel.

[2]  Aberkane, I., Burnod, Y., & Tisseron, S. (2016). Libérez votre cerveau!: traité de neurosagesse pour changer l’école et la société. Robert Laffont.

[3]   MOHAMED, M. S. Diminution de la surcharge cognitive et amélioration de l’interface dans un hypermédia dynamique adaptatif générant des activités pédagogiques (HYPERGAP).

Biographie de l'auteur

Alexandre NIGGEL a débuté sa carrière en soins infirmiers à l’Hôpital d’Instruction des Armées Sainte- Anne à Toulon. Là, il a acquis de l’expérience dans des domaines exigeants tels que les urgences et la réanimation. Son parcours professionnel s’étend également à un rôle en tant qu’infirmier pompier, où il continue à servir sa communauté.
Après une mission au Mali pour laquelle il a reçu une distinction, Alexandre a cherché à contribuer autrement à la santé en créant Learning Experience. Cet organisme vise à améliorer la formation des professionnels de santé en utilisant des méthodes innovantes et technologiques pour faciliter la communication.
Plus qu’un soignant, Alexandre Niggel est également investi dans le développement professionnel de ses pairs, cherchant toujours des moyens d’améliorer et d’humaniser le système de soins de santé.

ManagerSante.com

ManagerSante.com est une plateforme de mise en relation entre experts interdisciplinaires et managers dans le domaine de la santé, de dimension nationale et internationale, qui publie gratuitement plusieurs centaines d'articles rédigés par des experts connus et reconnus, pour les dirigeants, Médecins, Cadres Hospitaliers et acteurs de soins sur les réseaux professionnels. ManagerSante.com, en termes de fréquentation, c’est également plus de 800 000 pages vues et plus de 500 000 visiteurs, avec une fréquentation mensuelle de +30000 pages vues et + 20000 visiteurs. ?Notre plateforme média digitale impacte un réseau de plus de 300 000 contacts cumulés sur les réseaux sociaux professionnels. ?Nous sommes également présents sur plusieurs principaux canaux d'informations : - sur notre chaîne YouTube - sur notre page company ManagerSante sur LinkedIn - sur notre groupe de discussion sur LinkedIn - sur notre compte officiel Twitter - sur le référencement Google avec le partage de nos publications - sur notre Newsletter hebdomadaire - sur notre fil d'actualité dans une Newsletter quotidienne avec notre partenaire Nuzzel, Inc. Nos partenaires nous apporte, à titre gracieux, leur soutien en termes de communication marketing, diffusion des articles et plébiscite de notre initiative et soutien logistique dans nos initiatives futures (colloques, conférences, publications dans la presse professionnelle, vidéo, webinaires, formations etc….). Plus de 20 000 abonnés se sont inscrits sur ManagerSante.com, depuis sa création le 1er Janvier 2016, soit en seulement 4 ans d’existence, ce qui témoigne de l’intérêt des sujets traités par nos experts, reconnus pour la qualité de leur articles et la maîtrise de leur sujet. Nous avons publié, à ce jour, plus de 400 articles professionnels rédigés par des experts de différents horizons, mais sensibilisé par les problématiques qui interrogent les professionnels de santé et institutions. Nous avons plus de 60 experts connus et reconnus sur le plan national et international, engagés sur ManagerSante.com : conférenciers, chercheurs, scientifiques, médecins spécialistes, neuropsychologues, psychologues cliniciens, philosophes, ergonomes, ingénieurs, directeurs, cadres hospitaliers, managers de la santé qui ont acceptés d’écrire régulièrement des articles sur des sujets en lien avec l’actualité du secteur de la santé. ?Enfin, la notoriété de notre plateforme est plutôt bien référencée dans plusieurs classements en terme de pertinence : Dans le classement de notre compte Twitter officiel @managersante qui est positionné dans le top 250 des plateformes d’influence sur le site de ranking Agilience de dans le secteur couvrant les recherches d'informations pertinentes en : #Santé , #Hôpital , #Médecine et #Neurosciences. Dans notre leadership numérique avec une influence sociale à 96 % dans notre domaine d'expertise sur notre compte Twitter officiel @managersante (selon le classement réalisé par Amazing Content) Dans le No 276 du Magazine MANAGEMENT de Juillet/Août 2019 où nous avons été sélectionné parmi les plateformes d’influence en e-Santé et management

Partager l'Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Suivez notre newsletter
hebdomadaire

Une question,
une idée, un projet…

Copyright © 2023 ManagerSante.com – Tous droits réservés.