etudiant-g

Cadre de Santé : comment concilier l’exigence d’un diplôme professionnel et d’un diplôme universitaire ? Nadia PEOC’H présente un parcours innovant orienté sur le « Management en Santé » combiné au Master Santé Publique de l’Université Toulouse 3 (Partie 2/2)

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur print
Partager sur email

Article rédigé par notre nouvelle  experte, Nadia PEOC’H, Directrice des soins, Institut de Formation des Cadres de Santé, Ecole d’Infirmiers de Bloc Opératoire, Ecole d’Infirmiers Anesthésistes, Pôle Régional d’Enseignement et de Formation aux Métiers de la Santé, CHU de Toulouse, France.

Elle est Docteur en Sciences de l’Education et de la Formation, qualifiée aux fonctions de Maîtres de Conférences en Sciences Infirmières (CNU, Section 92).

Nadia PEOC’H est co-Coordinatrice pédagogique du DE-IPA, Faculté de Médecine de RangueiL, Université Paul Sabatier, Toulouse III, France.

Elle est également auteure et co-auteure de plusieurs articles et ouvrages professionnels et scientifiques.

En 2021, elle a apporté sa contribution en qualité de  co-auteure d’un chapitre de l’ouvrage collectif de référence publié depuis le 04 Octobre 2021, sous la direction de Jean-Luc STANISLAS  chez LEH Edition, intitulé « Innovations & management des structures de santé en France : accompagner la transformation de l’offre de soins » .

 

Nadia PEOC’H, interviendra également à l’occasion du 1er Colloque de ManagerSante.com, « Comment innover ensemble dans le secteur de la santé », qui aura lieu les Lundi 28 et Mardi 29 Mars 2022,

au Ministère des Solidarités et de la Santé

(Inscription gratuite pour suivre l’évènement en distanciel).

 

N°04, Mars 2022

Les réflexions précédentes ainsi que les conceptions exposées dans la première PARTIE de cet article publié sur ManagerSante.com, intitulée « L’expérimentation, un encouragement à la créativité pédagogique visant à la création d’une offre de formation nouvelle » introduisent le regard porté sur la mise en œuvre de cette formation intégrative du parcours « Cadre de Santé – Orientation Management en Santé » au sein de la Mention de Master Santé Publique, Université Toulouse 3.

Une expérimentation est une activité limitée, située dans un milieu (le champ de la santé), datée dans une histoire (le temps de l’expérimentation : Rentrée universitaire 2021-2022 pour une durée de 5 ans), contrôlée selon des règles et des principes (obligation de la formalisation d’un rapport d’évaluation de l’expérimentation conduite), valorisée par l’utilité et la qualité de ce qu’elle produit et par la manière dont les membres des deux institutions (IFCS versus Université.) agissent et éprouvent le projet.

Conduite et pilotage en mode projet

Nous avons fait le choix d’une méthode de travail en gestion de projets sur un mode transversal et collaboratif en créant un Comité de Pilotage (COPIL) avec des acteurs issus des deux entités : IFCS versus Université.

Identification de la formation :

Etablissement : Université Toulouse III

Etablissement(s) associé(s) : Institut de Formation des Cadres de Santé (IFCS) – PREFMS CHU de Toulouse

Composante(s) associée(s) : Faculté de Médecine Purpan ; Faculté de Médecine Rangueil

Domaine : Sciences, Technologies, Santé (STS)

Mention : Santé Publique

Le Comité de pilotage est composé de :

 

  • Mme BLANCHARD Anne-Marie, Cadre supérieur de Santé – Formateur, IFCS – PREFMS CHU de Toulouse
  • Mme BONGARD Vanina, PU-PH (CNU 46.01), Université Toulouse 3
  • Mme GARDETTE Virginie, PU-PH (CNU 46.01), Université Toulouse 3, responsable M2 GISS
  • GRAND Alain, PU-PH (CNU 46.01), Université Toulouse 3
  • MOLINIER Laurent, PU-PH (CNU 46.01), Université Toulouse 3, responsable M2 GISS
  • Mme PÉOC’H Nadia PhD (CNU 92), Directrice des soins, directrice de IFCS – PREFMS CHU de Toulouse
  • Mme VALLEJO Marie-Claude, Cadre supérieur de santé – Formateur, IFCS – PREFMS CHU de Toulouse
  • Mme VINCENT Béatrice, MCF (CNU 06), Université Toulouse 3, responsable M2 GISS

Figure 1. Pilotage en mode projet

 

Le pilotage du projet a été initié le 4 octobre 2019 avec une publication de l’Arrêté en date du 9 septembre 2021 portant autorisation d’expérimentations relatives aux modalités permettant le renforcement des échanges entre les formations de santé, la mise en place d’enseignements communs et l’accès à la formation par la recherche.

Soit une Timeline de conduite de projet de 2 années pour débuter l’expérimentation à la rentrée universitaire de septembre 2021.

Le processus de co-construction s’est échelonné selon le schéma suivant :

Figure 2. Processus de CO-CONSTRUCTION du parcours de formation

La Timeline du projet a été ponctuée chronologiquement de dates importantes, ce qui a permis aux membres du COPIL d’être informé et de garder le cap en conciliant la temporalité du temps existentiel (ou temps à tonalité affective) et du temps opératoire (ou temps de l’action sur les choses, qui est objectif, mesurable) et ce dans un contexte de pandémie mondiale liée à la crise sanitaire de la COVID-19. Parfois, il a fallu concilier entre les obligations professionnelles des uns et des autres, le besoin de renouvellement du sens au travail pendant les périodes de confinement, l’acceptabilité du management d’un projet à distance avec une transformation digitale de nos réunions (e-management en tant que nouvelle modalité de management).

La crise sanitaire nous a obligé à développer de façon durable les « New Ways of Working » (NWOWs), des manières nouvelles de travailler dans un environnement de travail flexible et virtuel et ne perdant jamais la visée de notre projet.

DateAvis des instances
17 juin 2020 Présentation du Projet d’Expérimentation au Directoire du Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le projet a été présenté et a reçu un accueil favorable.
23 juin 2020 Avis favorable voté par la Commission de la Formation et de la Vie Universitaire de l’Université Paul Sabatier
9 décembre 2020Avis favorable du Conseil Technique de l’Institut de Formation des Cadres de Santé, Pôle Régional d’Enseignement et de Formation aux Métiers de la Santé
25 novembre 2020Avis favorable sans réserve pour le parcours « Cadre des santé – orientation management en santé » de la DGOS (Direction générale de l’Offre de soin) et de la DGESIP (Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle)
7 juillet 2021Avis favorable du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER)
9 septembre 2021Publication de l’Arrêté en date du 9 septembre 2021 portant autorisation d’expérimentations relatives aux modalités permettant le renforcement des échanges entre les formations de santé, la mise en place d’enseignements communs et l’accès à la formation par la recherche.

Tableau 1. Chronologie et avis des instances

 

L’approche par bloc de compétences et unités de compétence

La démarche de modularisation par blocs de compétences a servi de base de réflexion méthodologique pour construire et développer une offre de formation ayant une forte valeur d’usage dans le cadre professionnel et correspondant ainsi aux besoins des cadres (toutes filières confondues) et des institutions en termes de compétences mobilisables en situation de travail.

La visée étant de proposer le Master de Santé Publique parcours « Cadre de Santé – Orientation Management en Santé » à l’inscription de l’inventaire de la Commission Nationale de la Certification Professionnelle (CNCP) en passant de la logique formation à la logique compétences, en décrivant des compétences professionnelles et en sortant de la logique « unité d’enseignement » (UE).

La philosophie de l’expérimentation est :

Ce n’est plus le Diplôme cadre de santé qui équivaut à un niveau de grade Master voire par convention de partenariat à un Master 1 ou 2 en fonction des liens entre les Instituts de Formation des Cadres de Santé / Université au sein des différentes régions de France selon un modèle de formation JUXTAPOSEE.

C’est la délivrance d’un Master de Santé Publique parcours « Cadre de Santé – Orientation Management en Santé » par l’Université qui donne en parallèle le Diplôme de cadre de santé respectivement régi par les dispositions du titre premier du livre VI de la partie réglementaire du code de l’éducation selon un modèle de formation INTEGREE.

L’approche par blocs de compétence…

Inscrite de longue date dans l’approche par compétences, le projet de formation de l’IFCS est renforcé dans ce modèle du « savoir agir professionnel » en mobilisant les ressources appropriées. Dans la continuité de cette approche, et dans le foisonnement et la polysémie du terme nous avons retenu la proposition de Coulet (2011) : « La compétence est une combinatoire (dynamique et intégrée) de ressources internes (expérience, dispositions, formation, etc.) et externes (matérielles, humaines, techniques, organisationnelles, etc.) mobilisée de manière satisfaisante en situation (circonstances, conjoncture, intentions, environnement, etc.) ».

Figure 3. Les blocs de compétence

Les 4 blocs de compétences se déclinent en unité de compétences et permettent à l’étudiant cadre de santé de se repérer dans son parcours de formation entre ses acquis à l’entrée de la formation et la progression de son apprentissage, dans le cadre de la démarche de positionnement. Ces blocs de compétences correspondent à l’acquisition de 15 ECTS.

BLOC DE COMPETENCES N°1 : Management des Hommes dans les organisations de santé

UE 1-1 : Manager les ressources humaines

UC1 : Acquérir une démarche décisionnelle en situation

UC2 : Initier et maintenir une communication interpersonnelle et organisationnelle professionnelle

UC3 : Agir en manager agile, animer et fédérer les équipes

UE 1-2 : Piloter les organisations sanitaires, sociales et médico-sociales

UC1 : Evaluer les activités, optimiser les organisations pour développer la performance

UC2 : Piloter et maîtriser les organisations pour répondre aux missions et aux activités

UC3 : Conduire les projets et accompagner les équipes au changement

BLOC DE COMPETENCES N°2 : Pilotage de la qualité et de la sécurité des soins

UC 1 : Acquérir la démarche qualité et de sécurité dans son domaine d’activité

UC2 : Développer et promouvoir les bonnes pratiques en matière de qualité et sécurité des soins

UC3 : Outils et méthodes – qualité et sécurité

 

 

BLOC DE COMPETENCES N°3 : Professionnalisation, Recherche, Innovation

UC1 : Accompagner les apprenants et les professionnels dans leurs parcours de professionnalisation

UC2 : Construire des organisations professionnalisantes et des environnements capacitants

UC3 : Développer la recherche et l’innovation

BLOC DE COMPETENCES N°4 : Communication et interdisciplinarité à l’ère du numérique

UC1 : Acquérir une vision systémique du système de santé pour se positionner en tant que professionnel dans une approche territoriale

UC2 : Acquérir les compétences digitales et s’approprier les bonnes pratiques en matière d’usage numérique

UC3 : Communiquer de façon professionnelle et constructive pour agir en interdisciplinarité et co-construire la relation aux différents partenaires

 

 

…maillée aux Unités d’Enseignements Universitaires

Cet axe de la formation INTEGREE marque la volonté d’inscrire le métier de cadre de santé dans une responsabilité de santé publique et dans une interaction interprofessionnelle dans son acception d’interaction, de mise en réseaux, de relations de réciprocité. L’interprofessionnalité questionne les rapports de métissage des idées dans le but d’en apprendre plus.

Figure 4. Les unités d’enseignements universitaires

Pour permettre à l’étudiant cadre de santé d’acquérir les connaissances et de développer les compétences nécessaires à l’exercice de son futur métier, ils et elles devront choisir 2 UE parmi le corpus d’unités d’enseignements :

Il s’agit d’unités d’enseignements contributives en Santé qui permettent la compréhension de l’environnement, des situations, des buts à poursuivre en lien avec les savoirs constitutifs des compétences des étudiants cadres de santé. Ces UE correspondent à l’acquisition de 12 ECTS.

…dont l’unité d’enseignement « Anglais ».

Cette unité d’enseignement de 3 ECTS a pour objectif de permettre à l’étudiant cadre de santé d’acquérir les connaissances en anglais médical, académique et scientifique avec une visée pédagogique professionnelle.

Cette unité d’enseignement implique l’acquisition de compétences transversales telles que les techniques d’expression orale et écrite, la compréhension de tous types de textes, la lecture d’articles scientifiques dans les domaines d’intervention du management, de la gestion et de la pédagogie, l’appréhension de documents audio-visuels, des capacités de traduction, d’analyse et de synthèse pour la restitution de contenus en vue d’une communication performante.

Sans oublier le stage, lieu de socialisation et de développement professionnel

Principes structurants

La durée du stage est de 560 heures, soit 16 semaines à temps plein, au cours du semestre 2. Le stage peut être scindé en deux période de 8 semaines dans chaque structure, selon le projet professionnel de l’étudiant. Pour ceux qui souhaite effectuer le stage dans un institut de formation, l’autre secteur sera obligatoirement un stage management en secteur sanitaire, médico-social ou social.

  • L’offre de stages est diversifiée en secteur sanitaire, médico-social ou social.
  • Le stage de 16 semaines peut être fractionné en deux périodes, dont une période de 8 semaines minimum obligatoire en management.
  • Toute demande d’ouverture de stage en dehors de l’offre proposée devra faire l’objet d’une argumentation en lien avec le projet professionnel de l’étudiant et sera soumise à la validation de l’équipe pédagogique.
  • Le stage ne peut être effectué au sein de l’établissement employeur. 
  • Le cadre de santé tuteur est un expert en management dans son domaine d’activité

Des compétences visées au positionnement professionnel

Dans le cadre de l’alternance intégrative, le stage d’immersion en milieu professionnel est un temps qui permet à l’étudiant cadre de santé :

  • D’acquérir des connaissances et des savoirs en situation (structure de soins et/ou d’institut de formation)
  • De développer une culture et des compétences professionnelles dans les divers champs d’activité du métier
  • D’exercer sa posture réflexive pour réguler ses apprentissages

En reprenant les dimensions de la construction identitaire, de la posture professionnelle, de la socialisation et l’acculturation professionnelles graduelles, à travers le stage et l’analyse réflexive produite lors des retours à l’IFCS, l’équipe pédagogique retient trois des différentes dimensions « processuelles » du développement professionnel :

  • La construction ou la transformation identitaire, par soi-même et par les groupes sociaux d’appartenance, repérables à travers les « dynamiques » et les « tensions » identitaires, notamment, et déclarées par les étudiants cadres de santé à travers des situations ou des évènements significatifs pour eux.
  • Les différentes formes de socialisation professionnelle issues à la fois des acquis de stage et de l’analyse réflexive effectuée à l’IFCS dont les effets peuvent être repérés dans les formes de socialisation mises en exergue dans les travaux de Dubar (2010).
  • La construction d’un positionnement et de compétences spécifiques, identifiées par l’étudiant cadre de santé et ainsi toujours éminemment personnelles, mais reconnues aussi comme légitimes par le milieu professionnel. L’ensemble de ces compétences et des traces indiciaires de cette posture et de cet éthos étant repérables à travers les caractéristiques identifiées dans les travaux de Jorro (2009 ; 2014) notamment.

Les regroupements de professionnalisation permettent d’analyser les situations rencontrées en stage à partir des modèles théoriques mobilisés au semestre 1 d’une part et de se mettre en situation à partir d’ateliers de simulation d’autre part. Ceci, pour se confronter et se préparer au mieux aux situations managériales complexes de façon sécurisée. Ces moments de regroupements sont aussi l’occasion d’échanges et de partage qui permettent aux étudiants d’évoluer individuellement et collectivement. L’analyse réflexive produite lors de ces retours permet à l’étudiant de faire évoluer sa posture et son positionnement professionnels.

Conclusion :

Quelle que soit l’année universitaire à laquelle elle a débuté, l’expérimentation s’achève au terme de l’année universitaire 2025-2026.

Par Arrêté du 9 septembre 2021 portant autorisation d’expérimentations relatives aux modalités permettant le renforcement des échanges entre les formations de santé, la mise en place d’enseignements communs et l’accès à la formation par la recherche, l’Université de Toulouse III est autorisée à mettre en place des modalités expérimentales sur les fondements des dispositions de l’article 39 de la LOI No 2013-660 DU 22 JUILLET 2013.

Région

Université

Formation concernée

Caractéristiques du projet

Date de mise en œuvre et durée

Occitanie

Université de Toulouse III

Formation conduisant au : Diplôme de cadre de santé

Création d’un double cursus pour la formation conduisant au diplôme de cadre de santé et un diplôme national de master mention « Santé publique ». Double cursus comportant à la fois le stage clinique de la formation professionnelle et le stage recherche du diplôme national de master et pouvant entrainer un allongement de la durée de la formation.

Rentrée universitaire 2021-2022 – 5 ans

Au cours du premier semestre de l’année 2026, les ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé établiront conjointement (avec l’appui du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur) un rapport d’évaluation des expérimentations conduites. Le rapport d’évaluation sera présenté au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche et au Haut Conseil des professions paramédicales puis adressé, accompagné de l’avis de ces instances, au Parlement.

Nous venons dans cette contribution de souligner combien l’action et l’agir professionnel caractérisent l’homme en son existence, en ses choix dans sa présence aux autres et au monde.

La mise en perspective formative de cette expérimentation se manifeste dans un projet co-construit, dans une reconnaissance mutuelle des deux entités Université versus IFCS, dans une conceptualisation et théorisation de l’action.

Cette mise en perspective formative de l’expérimentation portant la création d’un cursus de formation à destination des cadres de santé trouve son acceptation dans deux dimensions. L’une se rapporte à la philosophie. L’autre à la peinture.

En philosophie, le perspectivisme est une doctrine selon laquelle la réalité se compose de la somme des perspectives que nous avons sur elle. Pour Nietzsche « toute connaissance est perspective ». Il y a une multiplicité de points de vue, qui impliquent différentes perceptions d’une même réalité.

En peinture, Cézanne remet la perspective classique en créant dans ses toiles des directions multiples pour le regard, la vue et l’apercevoir. Cézanne annonce la peinture moderne par l’abstraction, le cubisme et l’expressionnisme. « Il annonce Picasso et Braque, mais encore dans ses dernières toiles, cette recherche d’un espace où toutes les choses sont ouvertes les unes aux autres, sans limites ou attaches, cet espace « non amarré » dont l’œuvre de Klee et de Kandinski seront la plus belle expression » (Brion Guéry, 1990).

Que retenir alors ? La perspective formative de cette expérimentation permet d’appréhender l’avenir en relation étroite avec les besoins et les attentes du sujet, sa vision du monde. « Toutes les choses sont ouvertes les unes aux autres, sans limites ou attaches ».  Il existe une véritable attente voire espérance autour de la refonte de l’ingénierie de la formation des cadres de santé. La mise en perspective formative de cette expérimentation est un facteur de formation et de création dans un agir ensemble. Nous nous inscrivons dans cette expérimentation avec le souhait de partager l’aventure avec la promotion des étudiants cadres de santé 2021-2022 « Kathrine Switzer et avec la convocation de leurs mots :

 

Pour aller plus loin :

Brion Guéry, L. (1990). Les notions philosophiques, T.2. Paris : PUF

Coulet, JC. (2011). « La notion de compétence : un modèle pour décrire, évaluer et développer les compétences », Le travail humain, 2011/1 (Vol. 74), p. 1-30.

Dubar, C. (2010). La socialisation : construction des identités sociales et professionnelles. Armand Colin.

Jorro, A. (2014). La professionnalité émergente. Dans A. Jorro, Dictionnaire des concepts de la professionnalisation. Bruxelles : De Boeck, pp. 241- 274.

Jorro, A. (2009). La reconnaissance professionnelle en éducation : évaluer, valoriser, légitimer. Ottawa, Canada : Presses de l’Université d’Ottawa.

Wittorski, R. (2007). La professionnalisation en formation. Rouen : Presses Universitaires de Rouen et du Havre.

N’hésitez pas à partager cet article


Nous remercions vivement Nadia PEOC’H, MSc., PhD, Directrice des soins, PREFMS CHU de Toulouse IFCS EIA EIBO et Co-coordinatrice du DE-IPA Faculté de Médecine, UPS III, pour partager son expertise auprès de nos fidèles lecteurs de notre plateforme média digitale d’influence et de référence ManagerSante.com

Biographie de l'auteure :

Nadia PEOC’H est directrice des soins, directrice des Ecoles et Instituts (EIBO, EIA et IFSI, IFCS) du PREFMS du CHU de Toulouse et coordinatrice pédagogique du diplôme d’état d’infirmier en pratique avancée (DE-IPA) au sein de la Faculté de Médecine de l’Université Paul Sabatier Toulouse III.
Docteure en Sciences de l’Education et de la Formation, qualifiée aux fonctions de Maître de Conférences en Sciences Infirmières (CNU, Section 92), ses travaux de recherche sont centrés sur la question de la double posture intriquée du praticien et du chercheur, sur l’accompagnement au changement du point de vue de l’acteur et des collectifs dans le champ de la santé, dans un contexte sociétal évolutif de l’universitarisation des formations en santé.

Découvrez le programme de formation IFCS du PREFMS

ManagerSante.com soutient l’opération COVID-19 et est partenaire média des  eJADES (ateliers gratuits)
initiées par l’Association Soins aux Professionnels de Santé 
en tant que partenaire média digital

 Parce que les soignants ont plus que jamais besoin de soutien face à la pandémie de COVID-19, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé), reconnue d’intérêt général, propose son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique 24h/24-7j/7 avec 100 psychologues de la plateforme Pros-Consulte.

Partager l'Article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires