Le rire est-il soluble dans le management ? Et en particulier dans les institutions de santé ? Nathalie BERGERON-DUVAL nous explique

yoga-du-rire


N°2, Novembre 2019


 

Article rédigé par notre  experteNathalie BERGERON-DUVAL, sophrologue consultante (certifiée RNCP), praticienne en yoga du rire, consultante en créativité, intervenante-formatrice, Diplômée de Université Panthéon Sorbonne Paris I, Sciences-Po Paris et de Bowling Green State University (OHIO, USA). Elle est entrepreneuse et co-fondatrice Sense_for_Business en 2005. 

Auteure de l’ouvrage “La petite Encyclopédie de la détente minute” (2015)

 

Rire « sans raison » comme le propose le « Yoga du rire » ensemble dans une équipe serait-il un outil managérial ? Vous voulez rire ?! Mais non pas du tout …

Dans le milieu médical, les vertus thérapeutiques du rire sont connues et dans certains hôpitaux, des salles de rire permettent de visionner des films drôles, Le Rire médecin créé en 1991 en France, forme et emploie des clowns hospitaliers dans les services pédiatriques. En 2017, ses clowns ont joué plus de 80 000 spectacles personnalisés aux enfants, à leur famille et aux soignants.

L’impact d’un mental positif et d’un esprit heureux sur les capacités de résilience ou de combativité face à la maladie est aujourd’hui bien documenté. De grands progrès ont été enregistrés depuis les travaux pionniers du Docteur Coué sur notre connaissance – et notre acceptation – de la puissance du mental à modifier nos perceptions et notre vécu de la réalité, avec des conséquences qui se traduisent dans l’esprit mais aussi dans le corps. Ce n’est pas uniquement dans la tête que cela se passe ! Un cercle vertueux peut se mettre en place dans une chaîne positive de pensées-émotions-sensations-comportements-vécu, tout comme l’inverse est aussi vrai, le négatif induisant du négatif.

Rire étant l’expression de l’émotion de la joie, rire est donc une affaire sérieuse médicalement parlant.  Les neurosciences nous en apportent des preuves scientifiques tous les jours.

emotionheader_1

Que disent les scientifiques ?

Petite histoire (non exhaustive) de la gélotologie (du grec γέλως gelos “le rire”),  soit l’étude du rire et de ses effets sur le corps

  • William FRY (1924-2014), psychiatre américain, pionnier de la thérapie familiale et de la thérapie par l’humour et membre fondateur de l’École de Palo Alto (Université de Stanford, Californie) ; ses études portent sur la stimulation par le rire de la plupart des systèmes physiologiques du corps (fin des années 60)
  • Norman Cousin (1915-1990) journaliste politique américain, auteur, professeur (Université d’UCLA, Stanford). Atteint d’une maladie réputée incurable en 1964, il expérimente sur lui-même l’impact du rire et d’un mental positif dans sa propre guérison, ainsi que le pouvoir analgésique du rire (10 minutes de rire = 2 heures sans douleur), confirmé depuis par des nombreuses études. Auteur  de  « Anatomy of an illness » (1976)
  • Lee Berk, immunologiste américain (Université de Loma Linda Medical Center) mène des recherches en psycho-neuro-immunologie sur le lien entre le rire, le rythme cardiaque, la tension artérielle et les hormones du stress ; il découvre que les cellules immunitaires et les anticorps augmentent dans le sang des personnes qui rient.
  • Hunter (Patch) Adams, médecin américain (1945) mais aussi clown et comédien s’est engagé depuis 1971 dans une médecine alternative à l’hôpital (Gesundheit Institute) où la créativité, le rire et la joie sont mis en avant ; pour lui « la guérison repose sur un échange humain » ; il est auteur du manuel « Docteur tendresse » , et a inspiré le film Docteur Patch (incarné par Robin Williams)
  • Madan Kataria, cardiologue, crée en Inde à Mumbay en 1996 le premier « club de rire » avec une méthode simple et efficace pour bénéficier des effets du rire : « le yoga du rire », du mot yogaau sens propre du terme qui signifie en hindi une approche holistique qui apaise le corps et le mental – plus le rire.

 

Si les clubs de rire du Dr Kataria proposant des pratiques régulières de yoga du rire sont devenus aujourd’hui un mouvement planétaire (en France aujourd’hui on en dénombre plusieurs centaines), d’autres appellations et d’autres écoles existent comme la rigologie, le rire santé, la gélothérapie et ses variantes : rigolothérapie, rirothérapie….

cheering-297419_640-300x214

Alors pourquoi un tel engouement ? Cela correspond-il à un besoin profond ? Ou bien est-ce un effet de mode lié à la tendance positiviste et à la recherche du bonheur à tout prix ?

Sachant qu’en Occident, les statistiques sont assez parlantes : dans les années 50, on riait en moyenne 18 mn par jour, aujourd’hui on rit moins de 2 mn par jour alors que les études médicales disent qu’il faudrait rire 10 à 15 mn par jour en continu pour rester en bonne santé [1].

Quels sont donc les principaux bienfaits du rire sur la santé ?

Pour faire très court, nous pourrions dire que le rire a des effets physiques, physiologiques, psychologiques et même biochimiques sur notre organisme.

En développant un peu, le rire nous apporte :

  • un renforcement du système immunitaire par le développement d’anticorps dont l’effet positif se poursuit 12h après une séance prolongée de rire ;
  • un équilibre du système nerveux autonome avec stimulation du système parasympathique (sécrétion d’endorphine, de dopamine, de sérotonine); tout le métabolisme du corps est impacté ;
  • une détente musculaire en particulier  du visage, du dos, et de l’abdomen  (massage naturel de toute la région de l’abdomen), mais aussi de tout le corps par les vibrations créées par le rire ;
  • une fortification du muscle cardiaque avec l’augmentation de la fréquence cardiaque et une meilleure oxygénation des tissus et du sang ; les échanges respiratoires sont multipliés par 3 lors d’une séquence de rire ; le bénéfice cardio-vasculaire est important : 1 mn de rire correspond à 10 mn de travail sur des machines en salle de gym, 3 mn de rire à  15 mn de jogging (1)
  • Effet mental et cérébral: le rire stimule la capacité de concentration par une meilleure synchronisation des hémisphères droit et gauche du cerveau.

Saviez-vous que le cerveau déclenche les mêmes hormones lors d’un sourire, un rire simulé et un rire naturel ? Le corps ne fait pas la différence ; il sait rire spontanément, c’est bien souvent notre mental qui nous en empêche. Mais nous reviendrons plus loin sur ce point important pour l’utilisation du « rire sans raison » comme outil managérial.

  • Effet social: rire rend heureux ! et en groupe, nos neurones miroirs en action rendent très vite le  rire très contagieux ! Nous avons tous fait cette expérience du fou-rire sans savoir pourquoi nous rions, juste parce que l’on voit quelqu’un rire – voir la vidéo : le fou rire dans le métro !
  • Enfin mais non des moindres, il existe aussi un effet biochimique par la normocapnie (maintien d’un PH sanguin neutre par l’équilibre optimal du couple oxygène/gaz carbonique dans le sang artériel). Intuitivement, nous savons tous accéder à la normocapnie en pratiquant le rire pour sortir d’un stress fort. En effet, sous stress, il existe un phénomène d’hyperventilation inconsciente à prédominance thoracique qui entraîne une chute du gaz carbonique dans le sang artériel induisant à son tour une vasoconstriction générale de l’organisme. Or en riant, nous respirons naturellement avec de longues expirations secouées par des spasmes abdominaux qui étirent en saccades le diaphragme avec des pauses poumons « vides » ; cette façon de respirer permet une remontée du niveau de gaz carbonique qui rétablit l’équilibre sanguin et crée une vasodilatation générale.  Le mieux-être physique ressenti après avoir ri est dû à ce phénomène. Cela  fonctionne de la même façon avec le pleur  même s’il nous est plus agréable de rire que de pleurer !

 

Cet ensemble de bienfaits aura des répercussions  positives sur la santé par une amélioration de la qualité du sommeil, une meilleure digestion, un meilleur tonus, … mais aussi sur la douleur, le niveau de cholestérol, l’hypertension artérielle, les affections respiratoires, la peau… et le moral, notamment la capacité à prendre du recul sur les événements.  A son tour, le moral influera sur la bonne santé du corps. C’est un cercle vertueux.

img_0690-_1_-2

En quoi le « yoga du rire » peut- il concerner le management, notamment en milieu médical ?

Si le rire permet aux individus de se maintenir en bonne santé,  pourquoi ne permettrait–il pas à un corps social, un collectif de se maintenir lui aussi en bonne santé ?

En entreprise et en établissement scolaire, les paramètres suivants ont été étudiés avec un effet positif de séances de rire sur

  • la concentration,
  • la fatigue,
  • la capacité de travail,
  • la confiance en soi,
  • la communication, et
  • un abaissement de l’absentéisme…(1)

« Le rire ensemble sans raison » proposé par le yoga du rire peut être un plaisir partagé, au service de la qualité de vie collective d’une organisation. Les managers le savent, les bonnes relations au travail permettent de créer des équipes performantes. La capacité de créer des temps de sas, de décompression, des temps informels pour créer une vie d’équipe est un art managérial qui ne va pas forcément de soi… d’autant plus en milieu contraint par le manque de temps et le stress. Ces temps de pause où s’échangent autour d’un café ou entre deux portes, une plaisanterie ou une prise de nouvelles des proches, sont importants et ne sont nullement remis en cause par une pratique régulière de « yoga du rire ».

Par contre, entendons-nous bien,  «  rire ensemble sans raison » ne peut en aucun cas se substituer à un management défaillant,  il peut être un bel outil au service de la  cohésion d’équipe et de l’énergie du groupe, mais pas un pansement sur une  organisation du travail délétère. Certains diront « alors s’il faut aussi prendre des cours pour rire … où va-t-on ? ».

téléchargement-1

Quand le « lâcher-prise » devient possible grâce au rire

Justement non et c’est la bonne nouvelle ! Aucun besoin d’apprendre à rire, sur le plan technique, nous savons tous rire… mais bien souvent l’adulte a perdu  la capacité du lâcher-prise naturel de l’enfant qui rit à gorge déployée… pour  rien !  Les adultes d’ailleurs rient en moyenne 12 fois par jour et les petits enfants plusieurs centaines de fois (1).

Et c’est là, à mon avis,  un autre intérêt du yoga du rire : le lâcher-prise ! Le grand mot est lâché…

Ce lâcher-prise nous  permet d’être dans le non-jugement (de soi, et des autres), dans le respect et dans la confiance : trois conditions indispensables au déploiement de la créativité, au sens d’avoir des idées pour progresser, trouver des solutions inédites à des problèmes.

Pour un manager, oser proposer une séance de yoga du rire à son équipe est certes un risque à prendre, mais aussi un très beau travail proposé sur la confiance et sur des valeurs humanistes de partage, à travers ce qui est le plus simple au monde à partager : rire, mais rire sans raison !

Pour les collaborateurs, pratiquer une séance de yoga du rire, sera facile pour certains, plus difficiles pour d’autres, mais tous auront vécu une expérience extra-ordinaire (qui sort de l’ordinaire) mais aussi extraordinaire … et qui consolidera leurs liens.

yoga-du-rire

Mais comment cela marche en pratique ?

« Le rire ensemble sans raison » proposé par le yoga du rire n’est pas un rire par l’humour car nous n’avons pas tous le même humour ; ce n’est pas un rire moqueur non plus, aucun jugement n’est véhiculé ; c’est un rire stimulé par le corps et pas par le mental ; ce rire peut paraitre un peu artificiel au départ – comme un starter de moteur qui permet de lancer la machine –  mais grâce à l’extrême contagion des rires, le rire naturel arrive très vite !

Une séance est animée avec des exercices respiratoires, de relaxation et de rires autour de 2 temps forts :

  • les rires en mouvement pour aller à la rencontre des autres par les regards et par le rire
  • et la méditation du rire pour un temps d’abord plus intériorisé, mais qui génère souvent en groupe les fou-rires les plus longs !

Tout comme la sophrologie, une séance de yoga du rire ne s’explique pas, ne se visionne pas bien non plus, mais se vit !  Je ne peux pas vous décrire ici « la clé du rire », « le mètre de rire », « le shaker »,  « le rire du lion », ou celui du labrador !

Dernières recommandations…avant de vous lancer

L’animation d’un atelier de yoga du rire demande une certaine expertise, cela ne s’improvise pas vraiment ! Des praticiens ou des professeurs qualifiés sont nécessaires pour que « cela prenne ».

Parmi mes nombreuses expériences d’animation de « rire sans raison » avec des publics très variés (entreprises, résidences seniors, écoles, parents-enfants, …), ce qui me touche et m’étonne à la fois ce sont des personnes qui vont confier en fin de séance :  « Il y longtemps que je n’ai pas ri autant, quel plaisir ! » ou une DRH qui m’avouera « il y a eu un avant et un après votre séance de yoga du rire ; notre comité de Direction ne se parle plus de la même manière… ».

Et en guise de conclusion, je redonnerai la parole à quelques médecins (1)

 « Le rire améliore toutes les fonctions du corps, il constitue donc le meilleur médicament du monde, absolument gratuit et sans aucun effet secondaire », Dr. Tal Schaller et Kinou le clown

« Le rire est un évènement total. Chaque cellule du corps vibre et se décontracte profondément », Dr. Dyan Sutorius

« Les personnes qui rient beaucoup sont moins malades que les autres », Dr. R Abrezol

« L’arrivée d’une troupe de clowns a une influence plus bénéfique sur la santé de la population que l’arrivée de 20 ânes chargés de médicaments », Dr Sydenham au 17ème siècle !


En savoir plus : 

 

Nota Bene :

  • La description de l’histoire des pionniers du rire et des effets médicaux du rire détaillés dans cet article m’a été en grande partie transmis par Fabrice Loizeau, lors de ma formation au yoga du rire. Fabrice Loizeau est l’ambassadeur en France du Dr Kataria, fondateur de l’Ecole du Positif et de l’Institut Français du Yoga du Rire & du Rire Santé.
  • Les informations sur la normocapnie que nous détaillerons dans un prochain article proviennent du Docteur Christian Bouchot médecin généraliste, kinésithérapeute et formateur à la Fondation EFOM de Boris Dolto sur la base de la thèse du Docteur Laury McLaughlin de l’université de Andrews au Michigan (McLaughlin L., Breathing Evaluation and retraining in Manual therapy. JBMT 2009 13 :276-282).

 

Qu’ils en soient tous ici chaleureusement remerciés.

 

Nathalie BERGERON-DUVAL

 

Nous remercions vivement Nathalie BERGERON-DUVAL,  co-fondatrice Sense_for_Business en 2005, formatrice et facilitatrice en créativité, sophrologue consultante (certifiée RNCP), praticienne en yoga du rire, pour partager son expertise sur notre plateforme média digitale d’influence www.managersante.com. 

Elle propose d’expérimenter des dynamiques différentes à travers des pratiques mentales et corporelles variées  pour se connecter à soi, à ses envies de faire, de rêver, de se ré-inventer … en individuel et en groupe, dans le monde du travail et dans la « vraie vie ».

 


[OUVRAGE

A PARAÎTRE EN 2020]

 

Partenariat LEH & MS

 

Plusieurs experts de MANAGERSANTE.COM 

publient chez notre partenaire,

les éditions du Groupe LEH

_____________

Les Editions Hospitalières vous annoncent la publication le 10 Février 2020 d’une nouvelle publication d’auteurs consacrée à la  Qualité et sécurité en établissement de santé”, un ouvrage de référence concret d’expériences d’acteurs de santé confrontés au jour le jour à des organisations managériales partiellement sécurisées.

OUVRAGE Qualité et sécurité en établissement de santé, 2020 LEH
Prix spécial “SOUSCRIPTION” !

Faites apparaître votre Nom, Prénom à la fin de cet ouvrage de référence, 

et ajoutez une “mention” spéciale de votre choix 

en téléchargeant dès aujourd’hui ce FORMULAIRE

Capture

Offre promotionnelle de 40 € au lieu de 50 € (format papier)

valable jusqu’au 20 Décembre 2019

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.