uploded_istock-509802444-1572788388

Comment prendre en charge la souffrance des soignants ? Le Docteur France COSTANTIN nous dresse un état des lieux des risques psycho-sociaux en établissement de Santé (Partie 1/2)

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur print
Partager sur email

Nouvel Article pour notre plateforme média ManagerSante.com, rédigé, dans le cadre d’une interview,  par le Docteur France COSTENTIN , Médecin Urgentiste Hospitalier en SAMU et médecin libéral en maison médicale pour des consultations non programmées de médecine générale. Elle est également Coach Professionnelle et  déléguée régionale Normandie de l’association SPS (Soins aux Professionnels de la Santé).

La crise sanitaire que nous traversons est aujourd’hui sans précédent depuis cinquante ans : elle mène actuellement à l’épuisement des soignants, à leurs remises en question profondes et peu à peu à leur départ pour des professions « plus protégées ».

La pandémie Covid n’a malheureusement fait qu’accélérer un processus, qui depuis une dizaine d’années montrait au fur et à mesure les défaillances d’un système.

Il est fondamental et urgent de repenser ensemble la refonte des organisations sanitaires et de porter notre regard sur les dysfonctionnements afin d’y trouver des solutions concrètes.

Les professionnels de Santé quittent par dépit et déception un métier qu’ils avaient pour beaucoup choisi par vocation, se sentant acculés par les charges de travail et injonctions paradoxales qui les épuisent jour après jour.

Nous avons interrogé le Docteur France COSTENTIN, Médecin Urgentiste depuis 25 ans et Coach professionnel depuis une dizaine d’années, sur sa perception des risques psycho-sociaux et les solutions possibles selon elle. Dans la première partie de cet article, elle dresse un état des lieux des risques psycho-sociaux en établissement de Santé :

ManagerSante.com® : Qu’entend-t-on par RPS et cette souffrance au travail touche-t-telle tous les corps de métier ?

On entend par risque psycho-social (RPS) « les risques pour la santé mentale, physique et sociale engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental » [1] (Nasse et Légeron, 2008)

Cette souffrance au travail touche actuellement tous les professionnels de santé, quels que soient leur statut et leur fonction.

De nombreuses études ont mises en évidence la surexposition aux RPS par les professionnels de santé.[2] Et c’est parce que l’on identifie chacun de ses facteurs de risque que l’on peut réfléchir ensemble aux solutions possibles et adaptées aux réalités de terrain.

ManagerSante.com® : Quels sont les risques psycho-sociaux auxquels sont confrontés les professionnels de santé dans les établissements de soins ?

Les risques psychosociaux auxquels sont actuellement confrontés les professionnels de santé sont très nombreux dans les organisations de santé et on en identifie quatre grandes catégories [3] [4] :

On relève tout d’abord les exigences du travail aussi bien en termes de surcharge d’activité que d’exigence émotionnelle mais aussi l’insécurité au travail qui a été encore plus impactée par la pandémie COVID, et les conflits de valeurs ainsi que les souffrances liées aux relations interhumaines professionnelles.

Toutes ces causes sont impactantes sur la qualité de vie au travail et se cumulent hélas actuellement.

Tout d’abord, les souffrances liées à l’organisation du travail :  Le temps, les rythmes, les charges invisibles…

Les professionnels de santé se plaignent d’une charge de travail trop importante, de manquer de temps et de subir une exigence excessive de la part des patients, des familles et de leurs supérieurs hiérarchiques.

Ils sont aussi exposés au travail de nuit et à des plannings irréguliers, ce qui les expose à un plus haut risque de maladies cardio-vasculaires et de maladies inflammatoires. De nombreux suicides ou prises de risques se déroulent en sortie de nuit de travail.

Leur profession à lourde responsabilité humaine demande une vigilance permanente qui est parasitée par les nombreuses sollicitations du quotidien, appelées interruption des tâches et charges invisibles, qui ne sont hélas pas quantifiées et reconnues dans leurs activités.

ManagerSante.com® : Qu’entendez-vous par charges invisibles ?

On entend par « charges ou tâches invisibles », celles dont on ne parle pas, qui ne se voient pas forcément et qui sont pourtant le quotidien des professionnels de santé. Ces tâches sont extrêmement chronophages pour les soignants à tous les maillons de la chaîne. Elles sont souvent ignorées dans la perception « d’une journée type » d’un professionnel de santé par les non professionnels de Santé. Il est essentiel effectivement de les connaître et de les nommer :

Voici quelques exemples concrets de ces taches invisibles qui sont innombrables chaque jour et interrompent les taches habituelles des professionnels:

– L’infirmière débute sa tournée de distribution de médicaments et doit s’arrêter longuement dans la chambre de Mr X. car il présente une douleur importante, ou dans la chambre de Me X. pour la rassurer car elle pleure ayant appris que ses résultats d’analyse ne lui permettent pas de rentrer à son domicile comme elle l’espérait…

– L’aide-soignante fait la toilette d’un patient et doit l’interrompre subitement pour aider une autre collègue à recoucher un patient qui fait un malaise dans sa salle de bain ou bien pour aller répondre au téléphone portable qui est sur le chariot de soins…

– La secrétaire retranscrit sur ordinateur le compte rendu d’hospitalisation d’un patient et doit l’interrompre pour retranscrire en urgence celui du patient Mr D. qui va être transférer en urgence dans un autre service.

– Le médecin commence sa visite et doit l’interrompre pour une urgence vitale ou bien pour répondre au téléphone afin de parler à un confrère ou à une famille, ou bien doit tout interrompre pour établir le bon de transport ou d’examen d’un de ses patients…

Ces stress permanents vont aussi entraîner des conséquences non négligeables sur la santé mentale et physique et sur les comportements des professionnels de santé en étant aussi source d’erreurs parfois vitales.

Des études ont d’ailleurs été menées sur les erreurs des préparations des médicaments liées aux interruptions des tâches et des outils sont proposés pour éviter de subir les interruptions des tâches dans ces conditions [5] .

Les professionnels de santé sont ainsi exposés à de nombreuses injonctions contradictoires : respecter le temps imparti et effectuer les actes techniques tout en accordant du temps à l’aléatoire, à l’impondérable et aux relations humaines qui devraient être normalement l’essence de leur métier.

ManagerSante.com® : L’on constate que le manque de temps est un important facteur de souffrance au travail mais quels sont les autres facteurs qui doivent aussi nous alerter ?

Les souffrances liées au mode de management et aux relations inter-humaines sont hélas nombreuses dans les organisations de soins et souvent rapportées par les professionnels.

On constate aussi actuellement que les professionnels de santé sont aussi exposés à une autonomie qui semble de plus en plus altérée dans leurs tâches quotidiennes sans avoir pu contribuer aux décisions : ils dépendent d’un planning d’organisation qui leur est imposé, ils utilisent le matériel qui leur est imposé, ils sont mutés dans un autre service qui leur est imposé…

Les professionnels de santé souffrent de la dégradation des relations humaines au quotidien : avec les autres professionnels de santé, avec leurs managers, avec certains patients mais surtout aussi les familles des patients devenues de plus en plus insatisfaites.

Comment peut-on imaginer une ambiance saine et sereine de travail dans des contextes tendus et dans lesquels les professionnels sont au bord de la rupture ?

Il leur est difficile d’appliquer des décisions auxquelles ils n’ont pas participé et pire encore, pour lesquelles ils sont en désaccord.

Ils ressentent aussi un véritable manque de reconnaissance et de soutien de la part des institutions et du grand public. Les applaudissements de la « première vague » ont laissé place à des critiques, des impatiences, des exigences irréalistes parfois.

Ils ne se sentent pas écoutés et compris. Ils estiment aussi leurs rémunérations sous évaluées en regard de leur charge de travail, de leurs responsabilités, de leurs années d’étude et de leurs heures supplémentaires…

ManagerSante.com® : Les professionnels ne se sentent pas compris et évoquent de plus en plus des conflits de valeur sur leur lieu de travail, pouvez-vous nous en dire plus ?

Au niveau des valeurs, les professionnels de santé sont de plus en plus exposés à des situations de conflits de valeur et de conflit éthique.

Sacrifier une valeur importante pour soi, pour répondre à une demande imposée par son supérieur, ou les normes de l’organisation, sans que cela « fasse sens » d’un point de vue personnel, est générateur de malaise et de souffrance au travail.

La crise Covid a été un révélateur de ces situations de conflits éthiques qui se multiplient.

Ces conflits de valeur peuvent toucher aussi bien la sphère professionnelle que les autres dimensions de vie du soignant. Voici quelques exemples récents rapportés par les soignants:

–  Devoir choisir quel patient pourra bénéficier d’une entrée en réanimation où il ne reste plus qu’un lit alors que plusieurs patients des urgences, en détresse vitale,  relèveraient aussi d’une hospitalisation en réanimation.

– Faire rentrer à son domicile Me X. 95 ans pour libérer un lit alors que Me X vit seule et qu’elle est encore trop fragile pour regagner son domicile.

– Etre confronté(e) à devoir choisir, entre plusieurs patients présentant un infarctus du myocarde, celui qui pourra être traité en priorité , car il ne reste qu’un lit de disponible en cardiologie interventionnelle et qu’une seule équipe médicale de la SMUR pour les transferts.

– Etre confronté(e), au service d’un service des urgences pédiatriques à plusieurs nourrissons présentant une bronchiolite sévère sans avoir assez de lits pour tous les hospitaliser…

L’organisation du travail expose elle aussi à des conflits de valeurs chez la plupart des professionnels de Santé :  Le temps de travail additionnel imposé car lié au sous-effectif chronique, les jours de congés ou jours de récupération annulés, le temps de travail médical très souvent supérieur à 50 heures / semaine, mènent à des nombreuses situations de conflit de valeur entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

Voici aussi quelques exemples de questionnements et injonctions paradoxales vécues par de plus en plus les professionnels de santé actuellement:

 « Dois-je favoriser mon temps personnel et laisser les patients et collègues en pâtir ? ou dois-je par solidarité et sens de ma mission aider mes collègues et sacrifier du temps que je devrai passer avec ma famille ? »

« Mon corps me demande de ralentir mais le système me demande d’augmenter les cadences »

« J’aime faire de la qualité dans mon travail et pourtant la surcharge de travail ne me permet plus de faire de la qualité »

« Ma valeur fondamentale est la vie et pourtant je dois faire face à des choix éthiques très difficiles qui impactent la vie d’autres personnes etc. etc. »

Les soignants se sentent ainsi prisonniers d’un système et la fuite devient leur seul moyen de se sauver. Ce qui devient très préoccupant car l’on constate que les plus investis sont ceux qui cherchent à partir pour se protéger avant de trop se brûler…

– Le manque de perspectives de carrière est lui aussi un frein à l’épanouissement des personnels de santé et beaucoup ont la sensation de ne pouvoir évoluer dans leurs postes et d’ « être prisonniers » et victimes d’un système.

ManagerSante.com® : Et la pandémie Covid , qu’elle a été son impact dans tout cela ?

La pandémie COVID a été un précipitateur dans un contexte déjà bien malade. Cette pandémie Covid a rajouté de l’incertitude dans des métiers confrontés déjà aux incertitudes et changements permanents :

La flexibilité est une qualité inhérente aux professions de santé. Néanmoins les professionnels de santé doivent actuellement s’adapter en permanence aux manques de moyens, aux épidémies, aux nouvelles technologies, aux changements de poste et aux restructurations et mutualisations.

Ces changements permanents génèrent un sentiment d’insécurité qui fragilisent les salariés.

Voici quelques exemples rapportés par les professionnels de santé :

– « Prendre connaissance de son planning du mois à venir la veille de ce mois»,

– « Voir ses jours de RTT annulés au dernier moment »,

– « Apprendre que son service va fusionner avec un autre service sans avoir été concerté »,

– « Apprendre le soir même, en prenant sa garde de nuit que le service des urgences le plus proche sera fermé et qu’il faudra aussi prendre en charge les patients relevant du service des urgences fermé pour la nuit… ou bien apprendre que son collègue testé positif au Covid le matin même sera absent et qu’il faudra assurer seul les missions de deux … »

Cette nouvelle vague mène à l’épuisement des soignants et l’absence de perspectives positives mène à la démotivation et à une profonde lassitude.

Il est donc urgent de retrouver espoir et optimisme et de réfléchir ensemble aux différentes pistes d’amélioration pour améliorer la qualité de vie au travail  des professionnels de santé.

Dans ce marasme où les RPS sont de plus en plus nombreux, PREVENIR, LIMITER et REPARER sont les trois étapes essentielles qu’il est urgent de mettre en place.

Dans notre prochain numéro, le Dr Costentin nous exposera ses pistes de réflexion et d’amélioration et les recommandations possibles pour soulager les professionnels de santé et traverser au mieux cette crise sanitaire.

Pour aller plus loin :

[1] : RPS « les risques pour la santé mentale, physique et sociale engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental » *(Nasse et Légeron, 2008)

[2] : Exposition aux risques professionnels et psychosociaux au travail : une analyse globale – Sandra Zilloniz et Eva Baradji – 2019

[3] : DARES Analyses – Les risques psychosociaux au travail – Un panorama d’après l’enquête Santé et itinéraire professionnel 2010

[4] Rapport Gollac – rapport sur le suivi statistique des Risques Psycho-Sociaux 2011

[5] « L’interruption des tâches lors de l’administration des médicaments » rapport et Outils de sécurisation et d’auto-évaluation de l’administration des médicaments – H.A.S. Janvier 2016

Site Souffrance et Travail 

Biographie de l'auteure :

Docteur France COSTENTIN : 
Exerçant depuis 25 ans la médecine d’urgence et constatant les nombreux dysfonctionnements des organisations de Santé, elle a souhaité se former à la programmation neurolinguistique puis au coaching professionnel depuis une dizaine d’années. Elle accompagne actuellement les particuliers, les soignants et les organisations afin de leur permettre de découvrir et développer leurs potentiels et intelligence collective et mettre en place des stratégies de réussite en optimisant leurs conditions de travail.
Le Docteur France COSTENTIN exerce actuellement en tant que médecin urgentiste hospitalier en SAMU et médecin libéral en maison médicale pour des consultations non programmées de médecine générale ce qui lui permet d’avoir une vision transversale de l’état des lieux de notre système sanitaire.
Elle est actuellement déléguée régionale Normandie de l’association SPS (Soins aux Professionnels de la Santé)- Association qui vient en aide aux professionnels de la santé et aux étudiants en souffrance.
ManagerSante.com soutient l’opération COVID-19 et est partenaire média des  eJADES (ateliers gratuits)
initiées par l’Association Soins aux Professionnels de Santé 
en tant que partenaire média digital

 Parce que les soignants ont plus que jamais besoin de soutien face à la pandémie de COVID-19, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé), reconnue d’intérêt général, propose son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique 24h/24-7j/7 avec 100 psychologues de la plateforme Pros-Consulte.

Partager l'Article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Une réponse

  1. Très bon article dans lequel chaque professionnel de santé, quel que soit sa profession, peut se reconnaître. Cela fait du bien de sentir que l’on est pas seul dans cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires