Image1

En quoi la confiance entre le soignant et le soigné est-elle un levier de résilience dans le cadre d’une démarche d’accompagnement ? Alexis BATAILLE illustre cette valeur essentielle à travers la relation de soin singulière auprès du #BLESSESDEGUERRE, le Caporal-Chef Manuel CABRITA.

Nouvelle chronique littéraire rédigée pour ManagerSante.com par Alexis BATAILLE , Infirmier, réserviste militaire et auteur.

Il est auteur de plusieurs ouvrages, notamment en 2022 avec « Les 50 outils indispensables de l’Aide-Soignant », (Février 2022) aux Editions Vuibert et « Je reste un soldat » (à paraître le 30 Mars 2022) chez City Edition.

Alexis BATAILLE est intervenu également au Ministère des Solidarités et de la Santé lors du 1er Colloque annuel national de ManagerSante.com, autour de la thématique portant sur « Comment améliorer le parcours patient dans l’offre de soins ? « , le Mardi 29 Mars 2022.

Juillet 2022

Confiance. Plus que jamais ce mot important a un sens fondamental dans notre quotidien. Tout est normalement jeu de confiance. De son aspect plus le personnel, souligné par de nombreuses méthodes de valorisation de ses capacités, jusqu’à son caractère le plus collectif, en partie incarné par notre sentiment d’appartenance à un groupe, se faire ou faire confiance marque ainsi le tempo permanent de notre vie. En cela, la confiance est souvent mise en exergue au cours de périodes, des crises, durant lesquelles notre vision perspective est réduite, soit par inexpérience, soit par manque d’habilités, soit par handicap.

Auquel cas, nous comblons ce vide existentiel en ouvrant la porte de Soi à un Autre réel physique, matériel, psychique, transcendant, individuel ou collectif, tangible ou intangible, afin de mieux nous permettre de retrouver le chemin de Soi et de la résilience.

Aussi, la confiance est une prise de risque individuelle et collective, qui se donne mais qui n’est pas une fin en soi. La confiance est seulement une clé permettant d’accéder à l’intime dans ce qu’il y a de plus de profond. En effet, elle suppose de toujours livrer une part de Soi sur l’autel de la réconciliation individuelle.

Dans le monde du soin, le processus de confiance, appelons-le ainsi eu égard aux différentes étapes qui le compose, est une véritable compétence du professionnel de santé car, s’il existe bien un endroit où la confiance est prédominante c’est bien dans ce monde où la menace de l’intégrité individuelle est prégnante. Du secrétariat médical au bloc opératoire, en passant par l’aide aux soins d’hygiène, avoir confiance et la donner est un facteur déterminant du contrat de soins qui s’accomplissent pluri-quotidiennement.

Par ce fait, ayez-vous aussi confiance, en cette saison estivale propice à l’introspection professionnelle, aujourd’hui nous vous proposons de réfléchir et de faire l’exégèse de cette notion autour de la question suivante : En quoi la confiance entre le soignant et le soigné est-elle un levier de résilience dans le cadre d’une démarche d’accompagnement ?

La confiance, outil au cœur des soins

Véritable non-enseignement de la formation initiale des professionnels de santé, la création du sentiment de confiance est une « compétence douce » que les soignants développent au fur et à mesure de leur apprentissage pratique, sans aucun doute au contact de leurs pairs. En effet, quand bien même la confiance serait une technique bien précise, elle est tellement subjective qu’un seul cadre bien défini ne permettrait pas d’en faire une permanence. Or, la confiance est au cœur des enjeux de la démarche de soins, entendons ici du raisonnement clinique et de la démarche d’adaptation des soins, par la richesse de données subjectives et objectives qu’elle nous offre, une fois entrée dans l’intimité de la personne soignée. Car, rappelons-le, la confiance est simplement une clé relationnelle pas un décodeur humain et n’est pas une forme de « contrat moral » aussitôt que l’on franchit les portes d’un établissement de santé.

Dès lors, nous pouvons l’affirmer, sans confiance, il parait difficile pour le professionnel de santé d’incrémenter la logique cognitive d’hypothèses cliniques et d’avoir une vision transversale de la personne soignée sans cet outil qui compose indubitablement la logique de la démarche d’adaptation des soins, si tant est qu’elle soit souhaitée pertinente et efficiente par le professionnel de santé.

En cela, fort de cette idée, changeons maintenant de vision en nous demandant : quid du rôle de la confiance pour la personne soignée ?

La confiance, moteur de résilience

Lorsque la personne soignée entre dans un processus de confiance, plusieurs mécanismes se mettent en place. Le premier est celui de l’acceptation de Soi, un phénomène de prise de conscience individuelle vis-à-vis de sa propre situation, c’est-à- dire de connaissance de Soi, de ses limites et de ses besoins (d’abord verbalisés puis, non verbalisés) qui obligent à faire appel à l’intervention d’Autrui pour combler ce manque temporaire ou définitif. Cette étape préliminaire du processus de confiance est sans conteste la plus difficile de nos jours, notamment dans une société individualiste, prônant la réussite mais également, quoi qu’en dise, plus douce sous certains aspects que naguère et qui ne contribue pas toujours à prendre de la hauteur sur ses limites, notamment en les repoussant. Paradoxalement, le processus de confiance ne commence pas par se donner à l’Autre mais plutôt en se recevant Soi dans son incomplétude et ses vulnérabilités.

Passé cela, il est de toute évidence plus facile d’accepter la main tendue par les tuteurs de résilience que sont les professionnels de santé et les aidants. En effet, quel que soit son état, son atteinte et son niveau de handicap (pour rappel qui n’est pas seulement physique), toute personne entrant dans une démarche de soins engage une démarche de résilience face aux aléas de l’« expérience-maladie » et pour laquelle, si minime soit-elle, il y aura un avant et un après sur son chemin existentiel. Il faudra donc stricto sensu « absorber » et « rebondir » en confiance et en toute connaissance de Soi par, pour et avec l’Autre.

Une expérience de confiance : la co-écriture de l’ouvrage « Je reste un soldat »

Sur ce point, la co-écriture de l’ouvrage « Je reste un soldat » (Avril 2022, City Éditions) avec le caporal-chef Manuel est une véritable expérience de confiance. Au-delà de la relation soignant-soigné que nous avions ensemble, l’exercice de l’écriture d’un témoignage exigeait que nous ayons entre nous un niveau de confiance aussi élevé que le caporal-chef Manuel avait de niveaux d’acceptation et de connaissance de Soi. A ce sujet, ce n’est pas anodin que le projet se soit réalisé cinq années après son accident. Le processus de reconstruction du blessé militaire est long, exigeant et particulièrement dense. Il faut pouvoir « absorber » le choc dans toutes ses nuances et ses composantes (le caporal-chef Manuel a notamment perdu le bras et la jambe droite ainsi qu’une partie du visage).

A terme de cette aventure médico-technique et humaine, le caporal-chef Manuel était, dixit, « prêt ». Prêt cette fois à « rebondir », ou plus simplement prendre de la hauteur sur son accident et à le sublimer sous la forme d’un témoignage sous un format qui a scellé notre contrat de confiance : l’échange « questions-réponses ».

Toutefois, l’intégralité de ce qui s’est passé au cours de ces appels enregistrés n’est pas retranscrit. Il restera une part de secrets partagés et c’est bien là la force de la confiance au cours de la relation d’écriture, que je qualifie avec son accord de « soins ». Être l’endroit où tout se sait, rien ne se tait mais peu se dit.

En somme, la confiance entre le soignant et son soigné est un véritable levier de résilience dans ce qu’il y a de plus essentiel. Il contribue à faire-valoir l’individualité dans sa maîtrise ainsi que sa connaissance personnelle, avant tout. Deux conditions qui semblent inhérentes au processus de résilience de tout un chacun engagé dans une logique de démarche de soins où l’ineffable disposition personnelle est inoubliable. Toutefois, la logique de confiance comme compétences douces, que l’on soit professionnel de santé ou personne soignée, nous oblige à dresser des perspectives apprenantes pour celle-ci, en particulier au cours de la formation initiale et continue des professionnels de santé, autant qu’elle est indispensable dans la relation de soins. Une rencontre unique qui est le creuset de l’observance thérapeutique et de l’accompagnement de la personne soignée, objectifs indirects de la démarche de soins.

Pour aller plus loin :

Nous remercions vivement Alexis BATAILLE , Infirmier, réserviste militaire et auteur, pour avoir partager régulièrement ses réflexions, à travers ses chroniques passionnantes,  pour nos fidèles lecteurs de ManagerSante.com.

Biographie de l'auteur : 

Aide-soignant diplômé en 2013. Alexis Bataille rejoint le Service de Santé des Armées la même année et servira dans différents Hôpitaux d’Instruction des Armées jusqu’en 2019.
Durant son parcours de soignant militaire, Alexis aura en plus l’occasion d’être projeté en opération extérieure mais aussi d’être membre du Conseil de la Fonction Militaire du Service de Santé des Armées.
A la suite de son départ, tout en poursuivant une activé de réserviste militaire, il développe ses compétences et devient infirmier en 2022.
En parallèle de son activité professionnelle, Alexis Bataille est également élu municipal, membre du Cercle Galien et auteur de plusieurs ouvrages dont le dernier est « Je reste un soldat » co-écrit avec Manuel Cabrita paru en Avril 2022 chez City Editions.

[OUVRAGE DISPONIBLE DEPUIS MARS 2022]

Témoignage du CCH Manuel Cabrita et de Monsieur Alexis Bataille à l’occasion de la publication de l’ouvrage « Je reste un soldat ».#Avecnosblessés 
Crédits : Union des Blessés de la Face et de la Tête

[OUVRAGE DE L'AUTEUR PUBLIE EN FEVRIER 2022]

Résumé de cet ouvrage : 
Tous les outils indispensables pour réussir ses évaluations et ses stages !
Conçu pour répondre aux besoins des élèves et des professionnels, Les 5O outils indispensables de l’aide-soignant propose 50 fiches en couleurs, claires et illustrées, en adéquation avec le référentiel 2021 des études aides-soignantes. On y retrouve :
  • les normes, valeurs et échelles à connaître ;
  • les notions essentielles d’hygiène et de prévention et gestion des risques : lavage des mains, précautions standard et complémentaires, accident d’exposition au sang (AES), ergonomie et manutention, risques de violence, maltraitance, etc.
  • les soins techniques et relationnels : observation de patient, glycémie capillaire, évaluation de la douleur ou de l’autonomie, soins de nursing, communication avec le patient, etc.
  • des informations sur la profession AS et ses enjeux : rôle propre ou en collaboration, perspectives professionnelles, législation, etc.
  • des rappels de pharmacologie et d’anatomie générale.
Son petit format et son contenu pratique en font un outil à toujours avoir dans la poche, que l’on soit étudiant ou professionnel.

[DERNIERS OUVRAGES DE L'AUTEUR]

Dans ce guide pratique, Alexis Bataille répond avec humour et sans tabou à toutes les questions pratiques que l’aide-soignant (élève ou professionnel) se pose, à l’aube de la refonte du référentiel aide-soignant. Présentant toutes les questions fondamentales (mais pas que !), le livre aborde les trois thèmes essentiels à la profession :
    • le métier d’aide-soignant dans tous ses aspects : Les missions de l’AS varient-elles en fonction du lieu d’exercice ? Quelle est la différence existe-t-il entre un AS et un IDE ? Le diplôme français suffit-il pour travailler à l’étranger ?
    • la pratique au quotidien : Comment être un AS bien organisé ? Comment planifier ses repas quand on travaille de nuit ? Comment faire face au décès d’un patient ? Comment gérer un conflit au travail ? Est-ce difficile d’être un homme dan sce métier ?
    • les relations aux patients : Que faire si j’ai un enfant comme patient ? Comment préserver l’intimité ? Quelle attitude adopter face à la douleur ? Quelle place donner à la famille du patient ? Comment réagir face à une situation violente ? 
Ce guide de survie facilitera la vie des aides-soignants jeunes diplômés et des moins jeunes, désireux d’être accompagnés au quotidien dans la bonne humeur !
ManagerSante.com soutient l’opération COVID-19 et est partenaire média des  eJADES (ateliers gratuits)
initiées par l’Association Soins aux Professionnels de Santé 
en tant que partenaire média digital

 Parce que les soignants ont plus que jamais besoin de soutien face à la pandémie de COVID-19, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé), reconnue d’intérêt général, propose son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique 24h/24-7j/7 avec 100 psychologues de la plateforme Pros-Consulte.

Merci de votre soutien précieux...

Partager l'Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires