cover-r4x3w400-5eea14f7c3292-hbh

La formation initiale des paramédicaux peut-elle favoriser la construction d’un nouveau modèle de gouvernance clinique dans les établissements de santé ? Alexis BATAILLE présente les atouts de cette posture d’expertise au service du patient.

Nouvelle chronique littéraire rédigée pour ManagerSante.com par Alexis BATAILLE , Aide-Soignant militaire de réserve, depuis Septembre 2019, aujourd’hui étudiant en Soins Infirmiers au sein d’un Institut de Formation de la Croix-Rouge Française situé dans le Nord de la France.

Il est auteur de plusieurs ouvrages, notamment en 2022 avec « Les 50 outils indispensables de l’Aide-Soignant », (Février 2022) aux Editions Vuibert et « Je reste un soldat » (à paraître le 30 Mars 2022) chez City Edition.

Alexis BATAILLE est intervenu également au Ministère des Solidarités et de la Santé lors du 1er Colloque annuel national de ManagerSante.com, autour de la thématique portant sur « Comment améliorer le parcours patient dans l’offre de soins ? « , le Mardi 29 Mars 2022.

Juin 2022

Gouverner par la clinique au sein de nos établissements de santé, quelle drôle d’idée ! Cela est-ce à dire que l’expertise transversale des professionnels de santé doit être mise à profit du pilotage et de la gouvernance d’une organisation de soins, au service de l’amélioration des soins, de la coordination des parcours patients, de la gestion des flux et des stocks ?

Sur ces points, n’importe qui peut rapidement faire le parallèle avec les modalités organisationnelles, et devrais-je surtout dire opérationnelles, de gestion de la crise sanitaire au sein de nos établissements de soins. Agilité, adaptation, pluriprofessionnalité et collaboration furent les maitres mots de ce nouveau modèle de gouvernance en contexte de crise. Une approche essentiellement basée sur la dynamique de terrain de toutes celles et ceux qui exercent une fonction auprès de l’usager de ces services.

Auquel cas, il est aisé de constater que les professionnels paramédicaux furent placés au centre de ce nouvel échiquier et que tout un chacun a pu investir son expertise clinique dans un domaine bien éloigné de son quotidien jusqu’alors : la gouvernance.

Comme explicitées précédemment, ces dispositions concrètes ont permis sans nul doute de soigner mais pas seulement. En effet, l’émergence du modèle de gouvernance clinique a également permis de renforcer le lien préalablement existant, quoi qu’un peu oublié, entre le terrain et le processus décisionnel, entre le terrain et la stratégie d’établissement. Son retour en contexte de crise le prouve : l’expertise clinique doit être le moteur de la gouvernance d’un établissement afin de surseoir aux impératifs de la gestion d’un établissement de soins dont le premier est incontestablement fondamental, l’humain.

Pour autant, une problématique se pose. Si le contexte de crise a exigé un auto-apprentissage permanent, a fortiori source d’épuisement pour les professionnels de santé déjà fortement assujettis, l’émergence du modèle de gouvernance clinique impose de ne pas être improvisé afin d’être solide, résilient et durable. Or, si les professionnels médicaux parviennent à trouver une place, quasiment de droit en dépit du fait qu’elle soit elle-même encore trop timide, dans la gouvernance d’un établissement, il n’en est pas de même pour les paramédicaux.

De ce fait, il est de toute évidence logique qu’il existe un enjeu essentiel afin d’accompagner les professionnels paramédicaux et qu’ils puissent devenir des acteurs prégnants du modèle de gouvernance clinique, aussi bien sur le plan du leadership que sur celui de l’animation opérationnelle et innovante de ce dernier dans les établissements de santé. En cela, quid de la préparation des professionnels de santé paramédicaux à la construction du modèle de gouvernance clinique, en particulier à l’aune de leur entrée dans le monde du travail, c’est-à-dire en formation initiale ?

Self-management : renforcer les compétences individuelles & interpersonnelles.

Dans un modèle de gouvernance clinique, l’enjeu premier est indubitablement celui de l’incarnation professionnelle. En effet, la question du « pouvoir d’agir » est rapidement mise en exergue et suppose d’avoir une réelle affirmation individuelle, en particulier au travers d’un pilier central ; celui de la connaissance de soi du professionnel de santé, acteur et pilote de ce système.

En cela, la formation initiale des professionnels de santé doit placer le développement individuel comme une composante transversale du programme de cette dernière, contributive de l’enrichissement personnel à travers une composante que Gérard Chaput, psychiatre militaire français, a défini et conceptualise comme la « densification de l’être ». C’est à dire, un renforcement physique, psychique et spirituel du professionnel de santé ayant pour objectif d’améliorer sa « force » d’être au Monde, entendu ici dans un contexte professionnel. Concrètement, il s’agit non pas de penser l’incarnation professionnelle par le diplôme ou le titre, mais en premier lieu par celui ou celle qui exerce la fonction, partant du principe qu’il ne s’agit pas seulement d’être soignant pour soigner.

La notion de self-management des professionnels paramédicaux devient par voie de conséquence un axe fort de la construction du modèle de gouvernance clinique au cours de la formation initiale de ceux-ci et une perspective foncièrement systémique qui dépasse le seul cadre formatif, c’est un enjeu sociétal.

Leadership : raisonnement clinique et recherche en sciences de la sante.

De façon incontestable, le leadership des professionnels paramédicaux utile à la mise en œuvre dudit modèle de gouvernance devra s’appuyer sur l’une de ces modalités spécifiques aux établissements de sante : le leadership clinique.

En ce domaine, la formation initiale des professionnels paramédicaux doit d’abord s’engager dans une logique de développement toujours plus importante des compétences cliniques qui doivent être considérées comme des habilités transversales, mobilisables au cours de chacune des activités de soins. Sur ce point, par exemple, le renouvellement de l’enseignement clinique au lit du patient (en situation simulée ou en présentiel) par des professionnels experts cliniciens (ex. IDE en pratiques avancées, référents d’unités de soins, cadre de santé) et des patients experts peut être une modalité pédagogique intéressante afin de mobiliser, non seulement le raisonnement clinique, mais également de voir la mise en application de la démarche d’adaptation des soins de façon concrète dans une logique de développement de la triade socle du leadership clinique « pouvoir, savoir, agir ».

Par ce fait, il ne s’agit pas de laisser penser que les professionnels paramédicaux peuvent faire mais de laisser faire ce que les professionnels paramédicaux pensent, comme nous l’avons vu au cours de la crise. A ce sujet, l’appropriation de la méthodologie de la recherche (ex. méthode projet, lecture critique d’articles, evidence based nursing) doit encore plus s’affirmer au cours de la formation initiale des professionnels paramédicaux grâce aux inspirations diverses du design thinking, des hackathons ou des chaires universitaires afin d’ouvrir le champ des possibles de la recherche en sciences de la sante à travers la recherche fondamentale, appliquée mais aussi l’intrapreneuriat.

Pour illustrer, ces idées pensons aux innovations produites en peu de temps par les paramédicaux afin d’améliorer les soins des patients contaminés par le COVID et leur entourage (ex. détournement de l’usage des masques de plongé, newsletter, organisation des circuits patients).

Pluriprofessionnalité : renforcer l’engagement collectif.

En tout état de cause, la gouvernance clinique fait l’éloge du collectif et du sentiment d’appartenance commune à une entreprise qui fait converger les objectifs professionnels individuels vers un seul et même but : le soin. Aussi, la formation initiale des professionnels paramédicaux doit être le berceau de la pluriprofessionnalité et contribuer à l’apprentissage précoce au décloisonnement des pratiques ainsi que des approches de soin.

Tout en respectant l’identité et les compétences professionnelles de chacun qui doivent demeurer spécifiques, faire valoir le souci de pluriprofessionnalité au cours du cursus initial est une réelle plus-value afin de renforcer la synergie des futurs professionnels paramédicaux dans un contexte de construction d’un leadership partagé, et donc collaboratif par essence.

Dès lors, cela nous oblige à reconsidérer le cadre de ces enseignements en insistant sur le paradigme renouvelé des « sciences de la sante » et sur l’impérieuse nécessité qu’il y a désormais de réunir les professionnels paramédicaux et médicaux en ce sens, car, peu importe leurs fonctions, ceux-ci sont avant tout des professionnels de la santé.

Par conséquent, cette idée nous oblige également à redéfinir la principale dichotomie du système, lui, de santé, qui existe entre les « médicaux » et les « auxiliaires médicaux », partant du principe que la gouvernance clinique devra être guidée, non pas par l’illustre hiérarchie sanitaire, mais définitivement par l’expertise.

 

Pour aller plus loin :

  • André C. L’estime de soi. Recherche en soins infirmiers. 2005;N° 82(3):26 30.
  • Chaput, G., Venard, C., & Venard, G. (2017). La densification de l’être : Se préparer aux situations difficiles. Pippa.
  • Debout, C. & Magnon, R. (2014). Léonie Chaptal, un leader visionnaire. Les Tribunes de la santé, 44, 73-83. https://doi.org/10.3917/seve.044.0073
  • Miremont, M. & Valax, M. (2017). Chapitre 40 – Le partage du leadership à l’hôpital, une voie prometteuse pour les managers cadres de santé. Dans : Soufyane Frimousse éd., Réinventer le leadership (pp. 440-452). Caen: EMS Editions. https://doi.org/10.3917/ems.frimo.2017.01.0440
  • Rondeau, A., Brunet, M. & Kostiuk, É. (2019). Adopter la gouvernance clinique: Un mécanisme d’organisation et de fonctionnement des équipes de soins. Gestion, 44, 68-71. https://doi.org/10.3917/riges.444.0068
  • Wittorski R. La professionnalisation. Savoirs. 2008;n° 17(2):9 36.

Nous remercions vivement Alexis BATAILLE , Aide-Soignant et, depuis Septembre 2019, étudiant en Soins Infirmiers au sein d’un Institut de Formation de la Croix-Rouge Française situé dans le Nord de la France, pour avoir partager régulièrement ses réflexions, à travers ses chroniques passionnantes,  pour nos fidèles lecteurs de ManagerSante.com.

Biographie de l'auteur : 

Aide-soignant diplômé en 2013. Alexis Bataille rejoint le Service de Santé des Armées la même année et servira dans différents Hôpitaux d’Instruction des Armées jusqu’en 2019. Durant son parcours de soignant militaire, Alexis aura en plus l’occasion d’être projeté en opération extérieure mais aussi d’être membre du Conseil de la Fonction Militaire du Service de Santé des Armées.
Dorénavant aide-soignant militaire de réserve, depuis Septembre 2019, Alexis Bataille est étudiant en soins infirmiers au sein d’un institut de formation de la Croix-Rouge Française situé dans le Nord de la France.
En parallèle de son activité professionnelle et étudiante, Alexis Bataille est également membre du comité de rédaction du site infirmiers.com, membre du Cercle Galien et auteur d’un ouvrage intitulé « Vous avez mal où ? Chroniques d’un aide-soignant à l’hôpital » paru chez City Editions en 2019.
Article récent dans EHPADIA Magazine publié le Lundi 22 Mars 2021  : 
Pasquelin A. « Nous ne sommes pas de simples exécutants » [Internet]. Ehpadia, le magazine des dirigeants d’EHPAD.

[OUVRAGE DISPONIBLE DEPUIS MARS 2022]

[OUVRAGE DE L'AUTEUR PUBLIE EN FEVRIER 2022]

Résumé de cet ouvrage : 
Tous les outils indispensables pour réussir ses évaluations et ses stages !
Conçu pour répondre aux besoins des élèves et des professionnels, Les 5O outils indispensables de l’aide-soignant propose 50 fiches en couleurs, claires et illustrées, en adéquation avec le référentiel 2021 des études aides-soignantes. On y retrouve :
  • les normes, valeurs et échelles à connaître ;
  • les notions essentielles d’hygiène et de prévention et gestion des risques : lavage des mains, précautions standard et complémentaires, accident d’exposition au sang (AES), ergonomie et manutention, risques de violence, maltraitance, etc.
  • les soins techniques et relationnels : observation de patient, glycémie capillaire, évaluation de la douleur ou de l’autonomie, soins de nursing, communication avec le patient, etc.
  • des informations sur la profession AS et ses enjeux : rôle propre ou en collaboration, perspectives professionnelles, législation, etc.
  • des rappels de pharmacologie et d’anatomie générale.
Son petit format et son contenu pratique en font un outil à toujours avoir dans la poche, que l’on soit étudiant ou professionnel.

[DERNIERS OUVRAGES DE L'AUTEUR]

Dans ce guide pratique, Alexis Bataille répond avec humour et sans tabou à toutes les questions pratiques que l’aide-soignant (élève ou professionnel) se pose, à l’aube de la refonte du référentiel aide-soignant. Présentant toutes les questions fondamentales (mais pas que !), le livre aborde les trois thèmes essentiels à la profession :
    • le métier d’aide-soignant dans tous ses aspects : Les missions de l’AS varient-elles en fonction du lieu d’exercice ? Quelle est la différence existe-t-il entre un AS et un IDE ? Le diplôme français suffit-il pour travailler à l’étranger ?
    • la pratique au quotidien : Comment être un AS bien organisé ? Comment planifier ses repas quand on travaille de nuit ? Comment faire face au décès d’un patient ? Comment gérer un conflit au travail ? Est-ce difficile d’être un homme dan sce métier ?
    • les relations aux patients : Que faire si j’ai un enfant comme patient ? Comment préserver l’intimité ? Quelle attitude adopter face à la douleur ? Quelle place donner à la famille du patient ? Comment réagir face à une situation violente ? 
Ce guide de survie facilitera la vie des aides-soignants jeunes diplômés et des moins jeunes, désireux d’être accompagnés au quotidien dans la bonne humeur !
ManagerSante.com soutient l’opération COVID-19 et est partenaire média des  eJADES (ateliers gratuits)
initiées par l’Association Soins aux Professionnels de Santé 
en tant que partenaire média digital

 Parce que les soignants ont plus que jamais besoin de soutien face à la pandémie de COVID-19, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé), reconnue d’intérêt général, propose son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique 24h/24-7j/7 avec 100 psychologues de la plateforme Pros-Consulte.

Merci de votre soutien précieux...

Partager l'Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires