unnamed (1)

Faut-il réinterroger la place de l’homme augmenté » dans la pratique infirmière, à l’ère du numérique en santé ? Alexis BATAILLE nous partage ses réflexions.

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur print
Partager sur email

Nouvelle chronique littéraire rédigée pour ManagerSante.com par Alexis BATAILLE , Aide-Soignant militaire de réserve, depuis Septembre 2019, aujourd’hui étudiant en Soins Infirmiers au sein d’un Institut de Formation de la Croix-Rouge Française situé dans le Nord de la France.

Il est auteur d’un nouvel ouvrage publié en Octobre 2020 intitulé  « Le Guide de survie de l’aide-soignant : 100 questions-réponses sur le métier et la pratique », aux éditions Vuibert. Il est également auteur d’un autre ouvrage intitulé « Vous avez mal où ? », publié aux éditions City, en Mars 2019.

Il est également co-auteur d’un nouvel ouvrage collectif publié le 04 Octobre 2021 chez LEH Edition, sous la direction de Jean-Luc STANISLAS, intitulé « Innovations & management des structures de santé en France : accompagner la transformation de l’offre de soins.

Décembre 2021

En France, comme ailleurs, le monde de la santé accélère. En dépit de difficultés organisationnelles et systémiques qui la handicapent, le système de santé poursuit inexorablement sa progression sur les chemins des innovations et cela sous l’impulsion des entreprises privées et des pouvoirs publiques. En effet, en même temps que les besoins de santé se diversifient et s’amplifient, les innovations de santé démontrent leur incontestable contribution dans l’évolution des différentes prises en soins au moment où les nouvelles technologies vont grandissantes.


Dans un triple objectif permanent d’amélioration de la qualité des soins, d’optimisation des parcours de santé et de réduction des coûts socio-économiques, les innovations en santé investissent pleinement l’ensemble des champs d’expertises et d’interventions sur la santé afin de répondre de manière efficiente à ces impératifs.


En cela, les soins infirmiers s’engagent eux aussi dans cette dynamique en tant que dispositif socle de notre système de santé. Tout en densifiant une expertise spécialisée au travers de l’émergence des pratiques avancées, les soins infirmiers se confrontent quotidiennement aux nouvelles modalités opérationnelles et innovantes du soin, tout particulièrement dans le domaine de l’intelligence artificielle, de l’utilisation et du management des données de santé.


Or, si le paradigme des soins infirmiers place l’Homme comme un concept fondateur de son approche, il n’est sans nul doute pas inutile d’interroger la place que ce dernier aura dans le modèle renouvelée de la démarche de soins infirmiers à l’aune d’une numérisation et d’une digitalisation de la pratique. En effet, l’on peut imaginer sans fantasmer que les soins infirmiers d’aujourd’hui ne seront a priori plus tout à fait les soins infirmiers de demain et cela pour plusieurs raisons.


Face à un « humain augmenté » sous différentes perspectives (ex. biotechnologies, informatique, éducative) l’approche des soins infirmiers centrés sur la personne risque d’être profondément bouleversée tant sur le plan clinique, relationnel, technique et organisationnel.


Aussi, en perspective de la vision paradigmatique des soins infirmiers qui s’appuient sur plusieurs concepts centraux (personne, soin, santé, environnement) à l’aube de 2022, cette idée ne semble plus être de la science-fiction.


C’est certainement une nouvelle vision des soins infirmiers à questionner en se demandant sans attendre : « L’humain augmenté », nouvelle école de pensée des soins infirmiers ?

L’Humain augmenté, une approche modèle à reconsidérer.

Dans sa définition stricte, l’humain augmenté peut être considéré comme une forme de transhumanisme. C’est-à-dire une augmentation des capacités humaines par les nouvelles technologies. Potentiellement dangereux sous de nombreux éthiques et moraux (ex. recherche et désir d’immortalité, modifications des affects, clonage ex vivo ou gestation ex nihilo), le transhumanisme doit pour autant être reconsidéré à juste titre, en dehors de la science-fiction.

D’abord en tant qu’en levier déjà existant de maintien et de continuité de la vie. Une réalité de notre système de santé et cela depuis déjà de nombreuses années. Le dispositif du pacemaker ou de la pompe à insuline pour les plus anciennes, en passant par l’utilisation de l’exosquelette dans le cadre de la verticalisation/retour à la marche de certains paraplégiques/tétraplégiques ou les dispositifs œil-machine adoptés par de nombreuses personnes atteintes de la maladie de Charcot, jusqu’aux appareillages de moignon qui restaurent les mouvements complexes de certaines articulations (ex. poignets), les exemples concrets ne manquent pas pour illustrer notre propos.

Puis, la perspective de « l’humain augmenté » doit être confirmée dans sa fonction d’amélioration de la qualité de la vie. Par exemple, les déterminants de santé nous le prouvent, nous ne partons pas tous avec les mêmes dispositions et cela dès la naissance. Ainsi, la perspective de « l’humain augmenté » qui s’offre à nous peut être imaginée à travers une gamme d’outils de dépistage précoce de certaines maladies chroniques ou facilitateurs de diagnostics. Celle-ci pourrait également être le moyen de renforcer les compétences en littératie en santé afin, notamment, d’améliorer les pratiques de santé (humaine, environnementale et animale) ou bien encore la qualité de la vie au travail (santé physique et mentale).

Selon cette idée, l’école de pensée de « l’humain augmenté » resterait fidèle à la conception de la personne, intégrative de la vision paradigmatique des soins infirmiers. En admettant cela : l’Homme reste une fin en soi et non un moyen d’obtenir on ne sait quoi. Pour ainsi dire, fondée sur ce postulat, elle intéresserait et promouvrait en conséquence un idéal déjà affirmé des soins infirmiers, qui est en lui-même la définition de la santé : le bien/mieux être.

Objectif mieux/bien-être : les soins infirmiers comme garants de « l’humain augmenté ».

En tout état de cause, les soins infirmiers admettent de vivre dans l’ère de « l’humain augmenté » depuis de nombreuses années. De ce fait, déjà démontré, ils ont un rôle pluriel encore plus important à jouer à l’heure où les enjeux des nouvelles technologies s’imposent dans les débats de santé. Comme nous l’avons dit, les soins infirmiers s’inscrivent dans un idéal qui considère le bien/mieux-être de la personne soignée comme un processus fondamental de la démarche de soins.


Mobilisant en ce sens différentes compétences, allant du raisonnement clinique infirmier jusqu’à la coordination des soins, tout en passant par la dimension humaniste de leur fonction, les expertises multiples des professionnels de santé IDE à visée de bien/mieux-être sont en quelque sorte les possibles et les limites d’une école de pensée de « l’humain augmenté » se voulant être éthique et responsable face une volonté transhumaniste dont on peut présumer les aspects positifs et négatifs.


En effet, le bien/mieux-être individuel et collectif devient, la crise nous l’a prouvé, un nouveau credo sociétal. L’Homme est à la recherche perpétuelle d’une amélioration de sa condition. C’est une volonté croissante. Parfois au détriment du bon sens face à des plaisirs illusoires (ex. nouvelles addictions, conduites à risques). Ainsi, face à cette dynamique à maîtriser absolument, les soins infirmiers se positionnent comme les garants de « l’humain augmenté », fort d’une compréhension incontestable des réactions humaines, environnementales, sociales, spirituelles et culturelles qui forment en particulier le troisième domaine clinique de leur raisonnement.


Pour se faire, l’école de pensée de « l’humain augmenté », dont l’ambition première sera celle de recherche d’un bien/mieux-être de l’individu, ne saura s’exprimer avec pertinence que si elle intègre la double expertise, à la fois clinique et humaine, des professionnels de santé infirmiers. Deux domaines pour lesquels la nécessité de suivre les évolutions technologiques et sociétales, dans une perspective d’évolution des pratiques, ne font que confirmer une chose : l’école de pensée de « l’humain augmenté » s’appuiera, d’abord et surtout, sur la recherche en soins infirmiers.

Recherche en soins infirmiers & « humain augmenté ».

Concrètement, l’école de pensée de « l’humain augmenté » reposera sur la triade personne-technologie-environnement. Trois éléments différents sur la forme mais similaire sur le fond : la relation d’interaction. Sur ce point, le professionnel de santé infirmier du futur s’inscrira toujours plus dans une posture d’interface entre ces pendants de « l’humain augmenté ». Que ce soit par exemple en télémédecine, télésoins, téléexpertise, dans le management des données de santé ou dans le développement de nouvelles technologies, les soins infirmiers intégreront en conséquence une nouvelle forme de « soins ».

De ce fait, sur le plan de la conception, de l’ingénierie, de la réalisation, de l’administration et de la coordination (non exhaustif), la recherche en soins infirmiers aura un rôle fondamental à jouer dans l’élaboration du cadre conceptuel et opérationnel de ces soins infirmiers dits « innovants ».

Auquel cas, sous l’égide des sciences infirmières, se dégagent les premiers travaux épistémologiques de l’école de pensée de « l’humain augmenté » qui pourra s’intéresser à l’application aux soins infirmiers, ainsi qu’à leur définition en conséquence, de plusieurs concepts qui formeront la colonne vertébrale de cette nouvelle école de pensée : le Soi numérisé, l’innovation, le design thinking, la digitalisation et le datacare.

Véritable plus-value humaniste dans un monde aux perspectives numériques qui ambitionnent parfois de dépasser les limites de notre humanité physique, psychique et physiologique, les soins infirmiers s’établissent comme les véritables contenants d’un être dont on ne peut admettre que les dérives ne lui accorderont pas d’être bien ou mieux. Permettant de revenir à l’essentiel de notre relation interhumaine et soucieux de rétablir l’équilibre interactionnel entre la personne, la technologie et son environnement, les soins infirmiers à travers les sciences infirmières dont ils en sont le fruits, revêtent un caractère singulier dans le système santé en pleine révolution numérique et technologique. Sans toutefois marquer le pas de ces enjeux indispensables, les sciences infirmières doivent montrer dans le train, et en particulier dans le wagon de tête, afin de prendre leur part utile aux réflexions à venir sur « l’humain augmenté ».

Pour aller plus loin :

  • Cassou-Mounat M. Thierry Magnin, PENSER L’HUMAIN AU TEMPS DE L’HOMME AUGMENTÉ. Face au défi du transhumanisme. Revue Projet. 19 févr 2018;362(1):93a 93a.
  • Gruson D, « S.A.R.R.A, une intelligence artificielle », Beta publisher, 2018.
  • Nascimento-Duarte B. Underground human augmentation : what are the limits of the body ? Revue d’ethique et de theologie morale. 24 sept 2015;286(4):89 102.
  • Perrin-Huisman E. Humain augmenté, humain diminué ? Raison presente. 2018;205(1):7 9.
  • Vers un homme « augmenté » ? | Cairn.info [Internet].

Nous remercions vivement Alexis BATAILLE , Aide-Soignant et, depuis Septembre 2019, étudiant en Soins Infirmiers au sein d’un Institut de Formation de la Croix-Rouge Française situé dans le Nord de la France, pour avoir partager régulièrement ses réflexions, à travers ses chroniques passionnantes,  pour nos fidèles lecteurs de ManagerSante.com.

Biographie de l'auteur : 

Aide-soignant diplômé en 2013. Alexis Bataille rejoint le Service de Santé des Armées la même année et servira dans différents Hôpitaux d’Instruction des Armées jusqu’en 2019. Durant son parcours de soignant militaire, Alexis aura en plus l’occasion d’être projeté en opération extérieure mais aussi d’être membre du Conseil de la Fonction Militaire du Service de Santé des Armées.
Dorénavant aide-soignant militaire de réserve, depuis Septembre 2019, Alexis Bataille est étudiant en soins infirmiers au sein d’un institut de formation de la Croix-Rouge Française situé dans le Nord de la France.
En parallèle de son activité professionnelle et étudiante, Alexis Bataille est également membre du comité de rédaction du site infirmiers.com, membre du Cercle Galien et auteur d’un ouvrage intitulé « Vous avez mal où ? Chroniques d’un aide-soignant à l’hôpital » paru chez City Editions en 2019.
Article récent dans EHPADIA Magazine publié le Lundi 22 Mars 2021  : 
Pasquelin A. « Nous ne sommes pas de simples exécutants » [Internet]. Ehpadia, le magazine des dirigeants d’EHPAD.

Témoignages d'Alexis BATAILLE (Sources : ActuSoins, Infirmier.com et RCF Radio)

[DERNIERS OUVRAGES DE L'AUTEUR]

Dans ce guide pratique, Alexis Bataille répond avec humour et sans tabou à toutes les questions pratiques que l’aide-soignant (élève ou professionnel) se pose, à l’aube de la refonte du référentiel aide-soignant. Présentant toutes les questions fondamentales (mais pas que !), le livre aborde les trois thèmes essentiels à la profession :
    • le métier d’aide-soignant dans tous ses aspects : Les missions de l’AS varient-elles en fonction du lieu d’exercice ? Quelle est la différence existe-t-il entre un AS et un IDE ? Le diplôme français suffit-il pour travailler à l’étranger ?
    • la pratique au quotidien : Comment être un AS bien organisé ? Comment planifier ses repas quand on travaille de nuit ? Comment faire face au décès d’un patient ? Comment gérer un conflit au travail ? Est-ce difficile d’être un homme dan sce métier ?
  • les relations aux patients : Que faire si j’ai un enfant comme patient ? Comment préserver l’intimité ? Quelle attitude adopter face à la douleur ? Quelle place donner à la famille du patient ? Comment réagir face à une situation violente ? 
Ce guide de survie facilitera la vie des aides-soignants jeunes diplômés et des moins jeunes, désireux d’être accompagnés au quotidien dans la bonne humeur !
Résumé de cet ouvrage : 
Alexis Bataille est aide-soignant dans un grand hôpital parisien depuis plusieurs années. C’est lui qui, avec les infirmiers, réconforte et parle aux blessés et aux malades que les médecins voient parfois trop rapidement. C’est à lui que revient la difficile tâche d’expliquer et de consoler. Dans ces chroniques, il raconte avec une infinie tendresse et beaucoup d’humour son quotidien, ses doutes et les difficultés de son métier. Il décrit ce petit univers de l’hôpital, la vie des internes et des infirmières. Un milieu parfois dur où il faut avoir la vocation chevillée au corps. Mais son histoire, c’est surtout celle de ses patients dont il raconte des fragments de vie : les petits bobos, les grandes plaies, l’injustice et le tragique. Des histoires d’une extrême sensibilité, parfois drôles et parfois tristes. Mais toujours d’une grande humanité.
ManagerSante.com soutient l’opération COVID-19 et est partenaire média des  eJADES (ateliers gratuits)
initiées par l’Association Soins aux Professionnels de Santé 
en tant que partenaire média digital

 Parce que les soignants ont plus que jamais besoin de soutien face à la pandémie de COVID-19, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé), reconnue d’intérêt général, propose son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique 24h/24-7j/7 avec 100 psychologues de la plateforme Pros-Consulte.

Merci de votre soutien précieux...

Partager l'Article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires