bb6bea32-2901-4e7d-83f1-0004002f9eab

Quels enseignements peut nous apporter le Système de Santé & de Services Sociaux Québécois ? Emilie LEBEE-THOMAS nous présentes plusieurs innovations.

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur print
Partager sur email

 

Nouvel Article de notre experte  Emilie LEBEE-THOMAS  (Directrice d’Hôpital résidant aux Etats-Unis, Rédactrice en Chef du Blog www.hopital-trotter.com et à la tête du Pôle Santé de l’entreprise Dialog Health, spécialisée dans l’organisation de voyages d’études professionnels dans la santé et le médico-social.

 


N°13, Novembre 2020


 

Du 15 au 18 octobre 2019, une délégation de trente-et-un managers français s’est rendue à Montréal, au Canada, pour découvrir le système de santé et de services sociaux québécois. Trois parcours de visite avaient été organisés en parallèle par Dialog Health : le premier à la découverte des meilleures pratiques québécoises pour l’accompagnement des personnes âgées, le second des modalités d’assistance aux personnes en situation de handicap et le troisième à la prise en charge des pathologies chroniques. A l’issu d’un débriefing commun aux trois groupes, les délégués ont identifié des grandes caractéristiques du système québécois.

 

Une intégration volontariste de l’offre de soins publique

Depuis 2015, l’offre de soins publique québécoise est regroupée au sein de 22 CI(U)SSS (Centre Intégrés (Universitaires) de Santé et de Services Sociaux). Ces Centres comprennent l’ensemble du continuum de soins, des centres de soins primaires de proximité aux Hôpitaux, en passant par les services de réadaptation, d’hébergement pour personnes âgées ou handicapées et de soins à domicile. L’objectif de la création de ces superstructures est d’améliorer les trajectoires de soins des patients, en favorisant la coordination des acteurs de santé.

Ces centres intégrés publics, qui ont absorbé les Agences Régionales de Santé, définissent l’offre de soins pour répondre aux besoins des habitants de leur territoire et proposent les services ou contractualisent avec les acteurs privés pour y répondre. Ainsi, pour les personnes en situation de handicap, les CI(U)SS offrent l’ensemble des services requis par la population, de la prévention, au dépistage précoce en passant par le diagnostic, l’évaluation, le traitement, le suivi, et l’accompagnement dans la vie quotidienne, de la pédopsychiatrie au secteur médico-social en passant par les services sociaux pour les aspects financiers.

Pour les équipes de CI(U)SSS, l’objectif est de formaliser le cheminement des usagers présentant une condition clinique donnée, clarifier le rôle des différents services et prestataires de soins impliqués, de documenter l’ensemble du parcours de soins et d’identifier les délais rencontrés ou les bris de service ou de continuité.

Concrètement, pour les personnes en situation de handicap, le Ministère de la Santé et des Services Sociaux a mis en place un ensemble règles visant à restructurer l’offre de soins et les pratiques : création d’un guichet d’accès, réduction des listes d’attentes grâce à la mise en place d’une priorisation des demandes (à traiter entre 48h pour les plus urgentes et un an) et de trajectoires de soins précisément séquencées. Les échanges avec les acteurs de terrain ont mis en lumière les difficultés à coordonner des organisations auparavant autonomes malgré la création d’une infrastructure commune.

 

Un soutien aux initiatives innovantes

La délégation de directeurs du secteur personnes âgées de la FEHAP a rencontré différents acteurs du continuum de soins, et en particulier des acteurs qui se démarquent à l’international. L’association Baluchon Alzheimer intervient ainsi à domicile, pour relayer les aidants de personnes présentant une démence. Les participants ont été conquis par ce modèle, difficile à mettre en place en France dans la mesure où les professionnels peuvent être présent à domicile plus d’une semaine jour et nuit. La visite de l’exceptionnelle résidence Carpe Diem, une maison offrant un confort « comme à la maison » à ses résidents Alzheimer a également été identifiée comme une option inspirante.

La visite du Technopôle du Centre de Réadaptation Marie Enfant a séduit les délégués du secteur sanitaire. Grâce à une alliance de la clinique et de la recherche, les petits patients du CHU Sainte-Justine bénéficient des toutes dernières avancées de la science : rééducation à l’aide d’exosquelettes et de la réalité virtuelle, prothèses sur-mesure imprimées en 3D dans le service, autant de technologies qui permettent une réelle amélioration des traitements.

La présence de chercheurs sur site permet une accélération des connaissances et des pratiques sans commune mesure. Cette omniprésence de la recherche, dans les établissements publics comme l’hôpital juif de réadaptation mais aussi privés comme la Villa Medica est une particularité des acteurs de santé québécois, tournés vers l’amélioration des pratiques.

La découverte du Centre de prévention des maladies cardiaques EPIC a constitué un moment fort de la mission d’étude de la délégation « pathologies chroniques ». Ce centre d’activité physique, rattaché à l’Institut de cardiologie de Montréal, réalise des actions de prévention primaire et secondaire auprès de plus de 5.000 montréalais.

Pour dépasser une absence de financement public, le médecin-chef du Centre, le Dr Juneau, a décidé, en 1968, d’être innovant en créant un centre de fitness privé rattaché à l’hôpital. Cela permet aux membres traditionnels de bénéficier d’une supervision médicale, et aux patients de l’hôpital d’accéder à un parcours de rééducation à leur sortie d’hospitalisation. C’est un vrai succès :en 2018, le centre EPIC a compté plus de 300 000 visites et offre 128 cours différents par semaine !

Place à l’humain !

Les trois délégations ont aisément identifié l’élément le plus saillant du système de santé et de services sociaux du Québec : l’investissement dans l’humain. Cet investissement se traduit par des ratios de personnel bien supérieurs à ceux de la France, que ce soit dans les services de soins ou dans les fonctions transversales.

Ainsi, l’équipe de rééducateurs de l’ compte plus de 30 kinésithérapeutes et ergothérapeutes (pour 200 lits de SSR). Le Complexe Guimont, dont la mission est d’accompagner la désinstitutionalisation de patients en situation de handicap complexe associant des troubles du comportement lourds, affecte un soignant à trois résidants, et peut compter sur le renfort d’une équipe support.

L’hôpital de jour pour les enfants autistes visité par la délégation spécialisée dans l’accompagnement des personnes handicapées a constitué un exemple marquant : chaque enfant est pris en charge en individuel 5 demi-journées par semaines. C’est un investissement fort dont la contrepartie est la durée limitée : ces professionnels, formés aux thérapies cognitivo-comportementales, ciblent les troubles du comportement et impliquent les parents pendant une durée limitée à 12 mois maximum.

Le développement des compétences des professionnels est un élément central de l’approche humaniste du système de santé et de services sociaux québécois. Les trois délégations ont découvert des méthodes managériales centrées sur les patients et les professionnels, comme l’approche Planetree ou les stations visuelles qui permettent d’impliquer concrètement les équipes dans la démarche d’amélioration de la qualité. Les « bons coups » des professionnels sont valorisés et mis en avant, pour encourager une approche positive.

 

Cette semaine de visites intensives a permis aux participants de découvrir des approches maintes fois citées en exemple en France, et d’échanger entre eux sur les pratiques découvertes en croisant les regards sanitaires et médico-sociaux. Un exercice unique pour ces dirigeants passionnés !

 

Infos complémentaires : 

 


Pour aller plus loin : 

Pour lire les rapports détaillés de ces missions d’étude, rendez-vous sur le site de Dialog Health :

 

Emilie LEBEE-THOMAS2

Nous remercions vivement  Emilie LEBEE-THOMAS  (Directrice d’Hôpital résidant aux Etats-Unis, Rédactrice en Chef du Blog www.hopital-trotter.com et à la tête du Pôle Santé de l’entreprise Dialog Health, spécialisée dans l’organisation de voyages d’études professionnels dans la santé et le médico-social., pour partager son expertise professionnelle auprès de nos fidèles lecteurs de www.managersante.


Biographie d’Emilie LEBEE-THOMAS

Emilie LEBEE-THOMAS, diplômée de l’Université du Minnesota – Carlson School of Management est également Directrice d’Hôpital française (EHESP) au parcours professionnel atypique.
Après quelques 10 ans de carrière en France (Hôpitaux de Chartres, puis Assistance Publique – Hôpitaux de Paris), elle a pris un tournant à l’international en s’installant aux Etats-Unis.
En novembre 2017, elle a pris la tête du Pôle Santé de l’entreprise Dialog Health spécialisée dans l’organisation de voyages d’études professionnels dans la santé et le médico-social.
Elle décrit les innovations qu’elle identifie au cours de ses missions internationales sur son Blog (www.hopital-trotter.com).
Émilie LEBEE-THOMAS partage avec www.managersante.com des retours d’expériences internationaux susceptibles d’apporter des pistes très intéressantes pour les managers du secteur de la Santé.

 


ManagerSante.com est partenaire de

DialogHealh et des e-Journey

 

 


[REVOIR LE WEBINAR DE NOTRE EXPERTE]

INNOVATIONS ORGANISATIONNELLES EN SANTE

avec

Emilie LEBEE & Inès GRAVEY

 


Et suivez l’actualité sur ManagerSante.com, 

GIF grand format 08 08 2020

Vous aimez notre Site média ?

Cliquez sur les étoiles et votez :

five-stars

FESTIVAL DE LA COMMUNICATION SANTE Visuel ManagerSante MAJ 01 08 2019 Version 5

Partager l'Article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires