Pourquoi devenir Infirmier(ère) en Pratique Avancée (IPA) ? Regards croisés de 3 d’étudiantes en 1ère année de formation à l’Université de Nantes

Image2

Article collectif rédigé pour ManagerSante.com par Nathalie ALGLAVE,  Coordonnatrice générale du Département des Instituts de Formation du CHU de Nantes, Docteure en Education, Ph.D., Laboratoire Cultures, Education, Société  – EA7437 – Equipe ERCEP3 – Université de Bordeaux / CRIFPE- Université de Sherbrooke – Québec, Coordinatrice de la formation d’Infirmier en pratique avancée Faculté de Médecine / Université de Nantes),

en collaboration avec Clara BOUTELEUX, Anne-Laure BOISSINOT, Maïlys JAUFFRIT, (Etudiantes en Formation d’ Infirmier en pratique avancée – 1ère année, – promotion 2019-2021- Faculté de Médecine / Université de Nantes)

 

Photo collective

Le mode d’exercice de la médecine est en train d’évoluer. L’augmentation de la technicité des soins, le vieillissement de la population, le développement des polypathologies, la nécessité de garantir un égal accès aux soins sur l’ensemble du territoire et la désertification médicale sont autant d’éléments qui caractérisent l’évolution sanitaire en France.

Par ailleurs, face à la maîtrise de la dépense publique, l’Etat impose au système de santé une dynamique parallèle d’efficacité des soins et d’efficience économique. De plus, la démocratie sanitaire occupe une place de plus en plus centrale. Les patients revendiquent leur droit dans les décisions de santé qui les concernent. Le pouvoir médical est remis en cause dans son structuralisme pour laisser place à des décisions partagées soignés-soignants. Ces différents enjeux, couplés à l’accroissement des besoins de santé de la population, ont mis en exergue la nécessité de développer une nouvelle forme d’exercice des professionnels de santé qu’est la pratique avancée infirmier.

 

ipa-ci

Quelle est la valeur ajoutée de ce nouveau métier ? 

Ce nouveau métier a été créé en 2018. Une formation spécifique lui est dédiée avec un dispositif de cours-stages réglementé de deux ans conférant un diplôme d’Etat d’Infirmier en pratique avancé (IPA) et un grade de master. La 1ère année de formation consiste en une année de savoirs fondamentaux et académiques communs et la 2ème année est dévolue à une spécialisation spécifique de 4 rubriques possibles : Pathologies chroniques stabilisées, prévention et polypathologies courantes en soins primaires / Oncologie et hémato-oncologie / Maladie rénale chronique, dialyse, et transplantation rénale  / Psychiatrie et santé mentale. Les Infirmiers (ères) de pratique avancée sont des infirmiers (ères) en capacité de réaliser des activités d’orientation, d’éducation, de prévention ou de dépistage, des actes d’évaluation et de conclusion clinique, des actes techniques et des actes de surveillance clinique et paraclinique, des prescriptions de produits de santé non soumis à prescription médicale, des prescriptions d’examens complémentaires, des renouvellements ou adaptations de prescriptions médicales.

Nous pensons que leur plus-value est qu’ils restent des infirmiers (ères) équipé(e)s de compétences spécifiques en sciences médicales et en sciences infirmières pour s’adapter à la singularité de chaque personne soignée dans une dynamique holiste et ce, dans des prises en soins complexes.

close up of doctor or nurse writing to clipboard

Quel est le programme de formation à l’Université de Nantes ? 

Dans ce cadre, l’université de Nantes habilitée à délivrer la formation IPA a mis l’accent notamment sur 4 domaines :

  • les sciences infirmières dans une dynamique interculturelle par des enseignements réalisés par des professeurs en sciences infirmières de différents pays : Québec, Liban, Brésil, Angleterre ;
  • une approche focale de l’éthique clinique,
  • le leadership clinique, managérial et politique,
  • une initiation à la recherche de haut niveau via un accompagnement par des enseignants chercheurs de divers disciplines permettant de façon concomitante de mener une réflexion interdisciplinaire sur l’épistémologie des sciences infirmières en France dont la section CNU 92 a été tout nouvellement créée en octobre 2019.

A ce jour, l’université de Nantes compte 26 étudiants IPA en 2ème année et 30 étudiants IPA en 1ère année. Ces étudiants ayant au minimum trois d’expériences professionnelles ont tous des cursus divers et variés favorisant ainsi le croisement de leurs savoirs expérientiels. Le recrutement des candidats s’opèrent dans ce cadre afin de favoriser une ingénierie de formation socio cognitiviste très ancrée sur l’autorégulation des apprentissages Cosnefroy (2011)[1], dans une dynamique d’apprentissage vicariant (Bandura, 2013)[2] et de causalité triadique réciproque (Ibid.).

Nous entendons ainsi créer une dynamique d’échanges croisés où les apprenants influencent le dispositif de formation tout autant que ce dernier influe sur les apprenants. Dans cette acceptation, il est donc éminemment important de laisser la parole aux étudiant(e)s afin de s’adapter à leur ambition professionnelle et de les accompagner à structurer leur future identité d’IPA.

formation-infirmier

Témoignages de 3 étudiantes IPA de 1ère année de l’Université de Nantes.

  • Améliorer la prise en charge des pathologies chroniques (Clara BOUTELEUX, 26 ans,  IDE  depuis 3 ans, service de Chirurgie)

Un patient atteint d’un cancer peut rencontrer jusqu’à̀50 professionnels différents durant son parcours de soins. Ce chiffre est considérable. La multiplicité des acteurs nécessaires pour accompagner aux mieux les patients, rend le parcours parfois insurmontable pour le patient lui-même, ses proches, mais également pour le médecin généraliste qui a pour mission entre autres de coordonner le chemin clinique de ses patients. L’IPA a spécifiquement dans ses fonctions pour objectif de coordonner les soins et d’organiser le parcours du patient avec l’ensemble des professionnels de santé. C’est précisément cette dimension qui m’a intéressé et c’est pourquoi j’ai souhaité devenir IPA.

Au fil des années d’expérience en tant qu’infirmière,  j’ai remarqué qu’avec l’évolution des technologies et des modes opératoires,  les patients récupèrent plus vite après une chirurgie. Ceci  favorise grandement leur retour à domicile. C’est ce qu’on nomme la Réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC). Elle consiste à réduire au maximum les effets délétères de l’intervention chirurgicale.

Cette prise en charge globale innovante permet au patient d’être acteur de sa propre rééducation et lui procure un confort personnel. Elle permet également une amélioration des complications post-opératoires, une meilleure récupération, ainsi qu’une diminution de la durée d’hospitalisation.

Mais celle-ci possède des limites, surtout lors du retour à̀ domicile. Le patient est de plus en plus informé et impliqué dans sa prise en charge médicale. Il est de notre rôle de soignant d’offrir un parcours patient le plus en adéquation avec ses attentes.

De fait, suivre cette formation et devenir IPA représentent un atout majeur afin de répondre aux besoins de santé des patients. Au terme de notre formation IPA, nous pourrons élargir nos pratiques soignantes et proposer une amélioration de l’accès aux soins, une prise en charge diversifiée ainsi qu’un meilleur suivi entre l’hospitalisation et le retour à̀ domicile. C’est donc à mon sens une nouvelle perspective de carrière innovante pour les infirmiers(ères).

infirmieres_10

  • Affirmer le rôle essentiel de l’IPA en soins de santé primaire (Anne-Laure BOISSINOT, 39 ans, infirmière depuis 15 ans)

Après 4 années en milieu hospitalier, je me suis installée en activité libérale dans un secteur semi-rural. Ces 11 années de pratiques de soins infirmiers à domicile m’ont permis d’appréhender toutes les difficultés que rencontrent les patients dans leur parcours de santé. Le manque de médecins généralistes, l’augmentation de la population porteuse de maladies chroniques ainsi que le parcours de soins de plus en plus complexe pour certains patients m’ont amené à m’interroger sur ma profession.

J’étais à une période de ma vie professionnelle où je me questionnais sur le sens que je voulais donner à mon travail. Je souhaitais évoluer, partir sur d’autres projets, tout en restant proche des patients et de leur problèmes de santé. J’ai alors découvert la formation d’infirmière en pratique avancée (IPA).  J’ai décidé de me lancer dans ce nouveau challenge et de faire cette formation. J’ai été suivie et encouragée dans ce projet par les médecins généralistes de ma commune d’exercice. J’ai également pu bénéficier d’une aide de l’Agence régionale de santé des Pays de la Loire pour mener à bien ces 2 années d’études ;  ce qui m’a permis de mettre entre parenthèse mon exercice libéral pour me consacrer entièrement à mes études.

L’Infirmier(ère) de Pratique Avancée a une vraie place à prendre en santé primaire en collaboration avec les médecins généralistes. Cependant, nous allons devoir faire preuve de leadership pour développer notre pratique. Nos objectifs sont de répondre de manière efficace et efficiente à la demande de soins, de renforcer le dépistage et la promotion de la santé, de renforcer la coordination entre les différents acteurs et le lien ville/hôpital, mais aussi d’améliorer le travail en équipe avec un partage des connaissances.

Notre fil conducteur est avant tout la prise en charge holistique de nos patients.

Avec les 29 infirmiers qui partagent avec moi cette aventure du Master IPA à l’Université de Nantes, nous apportons la démonstration quotidienne de notre motivation à vouloir participer à cette nouvelle offre de soins.

Nous avons tous des parcours riches et diversifiés.  Malgré les changements occasionnés dans le contexte de la reprise des études pour chacun d’entre nous, tant sur le plan familial que professionnel, nous sommes convaincus d’une chose :  notre détermination à  vouloir devenir les Infirmiers de Pratique Avancée de demain et d’être les précurseurs de ce nouveau métier.

  • Améliorer la qualité de l’offre de soins en santé mentale, un enjeu de Santé Publique (Maïlys JAUFFRIT, 35 ans, infirmière, 14 ans d’expérience en service de psychiatrie adulte)

Le monde change, notre société évolue. Plusieurs facteurs conjoncturels et structurels ayant de forts impacts sur l’offre de soins en France, nous conduisent à établir un constat préoccupant, largement admis aujourd’hui dans la littérature professionnelle, par le fait que notre système de santé s’essouffle. Ce système, autrefois envié par bons nombres de pays dans le monde pour la garantie des soins prodigués, ne semble plus adapté aujourd’hui.

C’est pourquoi en tant que soignante, j’ai décidé d’être actrice et de participer à l’évolution nécessaire de notre système de santé. En me lançant il y a 4 mois dans l’aventure humaine et professionnelle par la formation d’Infirmier(ère) en Pratique Avancée, j’étais persuadée qu’à notre niveau, nous pouvions amorcer une nouvelle façon d’aborder le soin à la population. J’en suis encore plus convaincu aujourd’hui.

La santé mentale est devenue en quelques années un véritable enjeu de Santé Publique en France. La pénurie médicale n’épargne pas les services de psychiatrie. Dans mon établissement, situé en Vendée, il manque à ce jour 17 médecins psychiatres (soit environ 30 pourcent du temps médical requis). Il faut en moyenne 3 mois pour obtenir un premier rendez-vous pour une consultation médicale au CMP (Centre Médico-Psychologique.

Concrètement, la pratique avancée prend toute sa légitimité dans la coordination du parcours de soin du patient. Les compétences acquises lors de notre formation nous permettront de prendre en charge les patients atteints de maladies chroniques de façon holistique, de coordonner les parcours de soins en ville et dans les différentes structures associées à la santé mentale (Etablissement pour personnes âgées dépendants, Associations d’aide aux réfugiés, Maison d’accueil spécialisée…).

L’obtention de ce Diplôme d’Etat d’IPA conférant le grade de master, nous permettra également, je l’espère, de proposer nos services auprès des équipes, de nos jeunes collègues en quête d’enrichissement des savoirs cliniques, psychopathologiques et de données probantes issues de la recherche en soins. Les étudiants sont parfois démunis lors de leur arrivée en service de psychiatrie.

Il s’agit surtout de proposer à la population un service de qualité prenant en charge toutes les dimensions patho-psychosociales des usagers. Suivre cette formation est une opportunité à chacun d’entre nous pour donner (ou redonner) du sens à notre profession. C’est aussi un véritable choix de vie professionnel, pendant deux ans :  apprendre, lire, rechercher, se mettre en danger, sortir de sa zone de confort.

Pour certains, c’est parier sur l’avenir, c’est aussi mettre entre parenthèse sa vie familiale, professionnelle, son salaire…Mais nous sommes tous persuadés du bien-fondé de notre future profession et nous sommes fiers de participer à l’évolution des pratiques soignantes sur notre territoire en France.

 

En conclusion 

Eu égard à ces témoignages prégnants, on prend conscience de l’engagement de ces étudiantes, tant d’un point de vue humain que professionnel. On comprend également que l’IPA aura un rôle indéniable en tant qu’acteur-trice volontariste à l’émancipation du métier d’infirmier(ère) vers une dynamique pré-configuratrice d’une profession reconnue à haute utilisé sociale via notamment sa structuration intellectuelle par les apports en sciences infirmières, le leadership et la recherche.

 

Nous remercions vivement Nathalie ALGLAVE (Ph.D) en collaboration avec Clara BOUTELEUX, Anne-Laure BOISSINOT et Maïlys JAUFFRIT, (Etudiantes en Formation d’ IPA – 1ère année, – promotion 2019-2021- Faculté de Médecine / Université de Nantes), pour avoir accepté de partager leur expertise, à travers cet article,  pour nos fidèles lecteurs de ManagerSante.com 

 


Pour aller plus loin : 

[1] Cosnefroy, L. (2011). L’apprentissage autorégulé, entre cognition et motivation  : déontologie et identité. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

[2] Bandura, A. (2003). Auto-efficacité  : le sentiment d’efficacité personnelle. Paris : De Boeck Université.


[VIDÉO]

2020-02-21_15-57-21

 


[Modalités d’inscriptions]

pour suivre cette formation IPA à l’Université de Nantes

en cliquant ci-dessous

Flyer IPA Université de Nantes 2020


[Save the date]

Notre plateforme média digitale ManagerSante.com®

est un des partenaires des

Journées Annuelles des Managers Hospitaliers de Guadeloupe 

Jeudi 23 et Vendredi 24 Avril 2020

Inscriptions ICI

JAMHG 2020 - 23 & 24 avril 2020 - Abymes Guadeloupe Version définitive validée le 16 02 2020 après Réunion

Le Comité Scientifique de l’Association des Managers Hospitaliers de Guadeloupe (AMHG) organise ses “1ères Journées des Managers Hospitaliers de Guadeloupe”  les 23 et 24 avril  2020 aux Abymes (Guadeloupe), en partenariat avec ManagerSante.com.

Un rendez-vous à ne pas manquer à l’espace @CRGuadeloupe (Raizet/Abymes).


[OUVRAGE DISPONIBLE]

 

Partenariat LEH & MS

 

Plusieurs experts de MANAGERSANTE.COM 

publient chez notre partenaire,

les éditions du Groupe LEH

_____________

 

Les Editions Hospitalières vous annoncent la publication d’une nouvelle publication d’auteurs consacrée à la  Qualité et sécurité en établissement de santé”, un ouvrage de référence concret d’expériences d’acteurs de santé confrontés au jour le jour à des organisations managériales partiellement sécurisées.


Et suivez l’actualité sur www.managersante.com, 

ManagerSante.com® est Partenaire Média de #PHW18 & #PHW19
ManagerSante.com® est Partenaire Média de #PHW18 & #PHW19

Vous aimez notre Site média ?

Cliquez sur les étoiles et votez :

five-stars

FESTIVAL DE LA COMMUNICATION SANTE Visuel ManagerSante MAJ 01 08 2019 Version 5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.