L’Ostéopathie peut-elle participer à la prévention des risques de TMS des professionnels ? (2/3).

 

 

photo-TMS


N°2, DÉCEMBRE 2017


Relire la 1ère partie de l’article de Matthieu PETIT

 

Nous avons vu dans mon article précédent que l’ostéopathie présente un intérêt certain dans les démarches de prévention des Troubles Muscolo-Squelettiques (TMS) , en particulier au titre de la prévention « centrée sur l’individu », en complément des actions de prévention organisationnelle et technique.

De nombreuses études scientifiques démontrent d’ailleurs l’importance d’un traitement ostéopathique sur la diminution des douleurs affectant le rachis (1, 2), y compris dans des centres hospitaliers (3).

Au-delà des arguments physiopathologiques en faveur de cette intégration, nous pouvons également souligner que ces pratiques permettent d’intégrer :

  • La dimension des facteurs de risques personnels aux troubles musculo-squelettiques (TMS) tels que l’âge, le genre, ou encore les antécédents.
  • Une prise en charge des troubles fonctionnels consécutifs à la part des contraintes professionnelles que la prévention «  classique » ne parvient pas (encore ?) à maîtriser et qui engendre des douleurs d’origine professionnelles

L’augmentation de la dépendance organisationnelle et des contraintes temporelles et relationnelles de travail augmentent la probabilité de survenue d’un TMS (4).

Le personnel hospitalier est particulièrement exposé a ce type de contraintes (5) qui nécessite une attention accrue, en particulier sur les conséquences en matière de risques psycho-sociaux (RPS), et pour lesquels une prise en charge individuelle peut aider à en réduire les effets.

D’autres démarches de prévention centrées sur l’individu ont su montrer leur efficacité pour, par exemple, favoriser le retour à l’emploi chez les lombalgiques chroniques (6).

Alors que des études (7, 8, 9) s’intéressent à évaluer l’intérêt des manipulations ostéopathiques sur des symptômes, il existe peu d’études menées sur l’aspect préventif.

c26c5e_f3fecb20744041fb8e8222a7fbc0e3cc_mv2

Et si on évaluait la prise en charge ostéopathique dans la prévention des douleurs professionnelles ? Enquête de terrain…

En conséquence, incorporer des démarches de prises en charge ostéopathiques nous apparaissait une évidence. Cette intégration a été menée au sein d’entreprises par le biais de mémoire de fin d’études d‘étudiants de 5e année de l’école d’ostéopathie d’Avignon (IFO-GA).

L’objectif de ces travaux est d’évaluer l’apport de l’ostéopathie auprès des salarié(e)s présentant des douleurs d’origine professionnelles. Il s’agit alors de prendre en compte à la fois le milieu professionnel et les caractéristiques des troubles fonctionnels représentés dans les motifs de consultations.

Les premiers projets (10) ont pris place au sein d’entreprises de l’agro-alimentaire. L’objectif a été de mettre en place deux consultations d’ostéopathie espacées d’un mois sur des patients volontaires (n=90). Les contraintes professionnelles ont été évaluées avec le questionnaire TMS de l’INRS et les douleurs grâce à l’échelle visuelle analogique (EVA). La fréquence de la douleur nous a servi de critère secondaire  pour approfondir la compréhension des processus douloureux observés.

MÉTHODOLOGIE :

Le questionnaire TMS de l’INRS est utilisable dans tous les secteurs professionnels.
Il comporte 127 questions réparties en 5 chapitres : généralités sur les caractéristiques des salariés, plaintes de TMS, principaux symptômes de stress, facteurs psychosociaux et vécu du travail.

Des scores sont établis à partir des réponses concernant les TMS, les symptômes de stress et les facteurs psychosociaux.

Pour approfondir, consultez la publication publiée dans la revue Documents pour le Médecin du Travail.

Les résultats préliminaires nous ont confortés dans l’impact positif de consultations sur les douleurs touchant les salariés : après deux séances d’ostéopathie seulement, 45 % des salariés ne présentent plus de douleurs.

Il a également été constaté qu’avant la première consultation 44% des patients ressentaient leur douleur au quotidien. Après la prise en charge, ce pourcentage a diminué à 28%.

Evolution EVA Agroalimentaire

À l’issue de ces travaux de fin d’études, nous avons envisagé d’étendre la démarche à une population de soignants (aides-soignant(e)s et infirmier(e)s), en collaboration avec l’hôpital Henri Duffaut d’Avignon.

Après deux années de mise en place et de cadrage de l’intervention, le protocole s’est orienté vers une prise en charge sur le lieu de travail au sein du pôle personnes âgées.

encart-1

50 % de réduction des douleurs d’origine professionnelle sont obtenues  grâce aux consultations ostéopathiques…

La méthodologie appliquée sur les études précédentes a été de nouveau employée pour cette étude. Cependant, ce projet s’inscrit dans la durée et s’attachera a observer l’évolution des données santé et sécurité (Arrêts de travail : fréquence, durée, etc.). Cette évaluation permettra d’envisager l’impact préventif du suivi ostéopathique.

Les contraintes professionnelles ont été évaluées à l’aide du questionnaire SATIN.

SATIN est un outil d’investigation des conditions de travail et de la santé (santé somatique, stress, risques psycho-sociaux, évaluation de l’environnement de travail). Il a été conçu pour s’insérer dans le cadre d’une politique de promotion du bien-être au travail et de prévention des risques psycho-sociaux. Il permet d’effectuer un diagnostic et aide à la mise en place d’une intervention.

Il a été élaboré par l’INRS et le laboratoire de psychologie de l’Université de Lorraine en 2012. Il a été validé en Janvier 2013.

L’année scolaire 2016-2017 a permis de peaufiner le protocole et d’obtenir les tous premiers résultats (11). Bien que l’échantillon ayant réalisé un cycle complet du protocole soit encore trop faible (n=26), la diminution des EVA entre la première et la troisième consultation est significative (p-value = 0,009*).

Evolution EVA AS

Les démarches d’évaluation sont poursuivies cette année 2017. Elles permettront de compléter ces résultats, l’objectif étant d’évaluer l’intérêt d’une telle prise en charge au sein d’une population exposée aux risques de TMS. 

photo

Pour l’école d’ostéopathie, les enjeux de tels projets sont pluriels. Monsieur Aymeric Le Nohaïc, directeur de l’établissement, nous les expose :

« Nous pensons depuis de nombreuses années que l’ostéopathie a toute sa place au sein des disciplines de prévention. Au-delà de rétablir une harmonie du système musculo-squelettique, l’ostéopathie élargie le champ d’action à un système global en utilisant des techniques viscérales et crâniennes, mettant en jeu des réflexes permettant de corriger une posture dans son ensemble.

L’efficacité des soins permet de crédibiliser notre discipline. Voir des ostéopathes dans un hôpital n’est pas quelque chose de courant. Les résultats prometteurs qui s’annoncent permettront dans quelques temps d’offrir de nouveaux débouchés à l’ostéopathie et ainsi d’atteindre un public plus large.

IFO-GA, l’école d’ostéopathie d’Avignon, se montre précurseur dans ces actions de partenariat avec les institutions et valorise par là même, son haut niveau d’enseignement.« 

La prolongation de ce projet de recherche doit nous permettre de répondre à trois interrogations :

  • L’ostéopathie peut-elle participer à diminuer durablement les douleurs d’origine professionnelle?
  • La prise en charge par la thérapie manuelle permet-elle de favoriser le bien-être au travail?
  • Est-ce que ces démarches auront eu un impact positif sur l’absentéisme?

 


Pour aller plus loin : 

  1. Franke H, Franke JD, Fryer G. Osteopathic manipulative treatment for nonspecific low back pain: a systematic review and meta-analysis. BMC Musculoskelet Disord. 2014;15:286.
  2. Licciardone JC, Kearns CM, Minotti DE. Outcomes of osteopathic manual treatment for chronic low back pain according to baseline pain severity: results from the OSTEOPATHIC Trial. Man Ther. 2013;18(6):533-40.
  3. Didier S, Legrand A, Iratçabal P, Lemay L, Leglise E, Ducoux B. Évaluation de l’efficacité d’une campagne de prise en charge ostéopathique préventive sur les arrêts de travail du personnel d’un hôpital privé français. Étude chronologique rétrospective: ATOSTEO. La Revue de l’Ostéopathie. 2017;17(1):15-20.
  4. Fabrice Bourgeois et François Hubault, « Prévenir les TMS », Activités [En ligne], 2-1 | avril 2005, mis en ligne le 02 avril 2005, consulté le 28 novembre 2017. URL : http://activites.revues.org/1561 ; DOI : 10.4000/activites.1561
  5. Nicoleta Lesueur, Ariane Leroyer, Jean-François Gehanno, Jean-François Caillard, Laetitia Rollin. Évaluation du retentissement des risques psychosociaux sur l’état de santé du personnel hospitalier : étude comparative à l’aide de la démarche EVREST dans un centre hospitalier universitaire. Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, Volume 77, Issue 3, Page 411.
  6. L. Bontoux, Y. Roquelaure, C. Billabert, V. Dubus, … I. Richard Étude du devenir à un an de lombalgiques chroniques inclus dans un programme associant reconditionnement à l’effort et action ergonomique. Recherche de facteurs prédictifs de retour et de maintien au travail. Original research article. Annales de Réadaptation et de Médecine Physique Volume 47, Issue 8, October 2004, Pages 563-572

  7. Des Anges Cruser, Douglas Maurer, Kendi Hensel, Sarah K Brown, Kathryn White, Scott T Stoll. A randomized, controlled trial of osteopathic manipulative treatment for acute low back pain in active duty military personnel. Journal of Manual and Manipulative Therapy 2012 VOL. 20.
  8. Marcoux S, Morales M, Lovetri M, Hemon G. Ostéopathie, prise en charge des douleurs professionnelles et démarches d’amélioration des conditions de travail (2ème partie). Mémoire de fin d’études soutenu le 15 Juin 2013 – IFOGA
  9. Coulet C, De Chateaubourg M. Ostéopathie et prévention des troubles musculosquelettiques du personnel soignant de l’hôpital Henry Duffaut d’Avignon. Mémoire de fin d’études soutenu le 24 Juin 2017 – IFOGA

 

 2000px-Linkedin_icon.svg  twitter-icon-hover fb_icon_325x325  EOSE France

 


Nous remercions vivement notre spécialiste, Matthieu PETIT , Ostéopathe Diplômé de l’Institut Supérieur d’Ostéopathie de Lille et Intervenant pour la Prévention des Risques Professionnels, Diplômé du Master 2 Professionnel en « Ergonomie et Gestion des Risques Professionnels »  à l’Université de Bourgogne, Dirigeant (CEO) de EOSE (cabinet de conseil spécialisé dans la prévention au travail), pour partager son expertise pour nos fidèles lecteurs de managersante.com 

Laisser un commentaire