Histoire de l’ergonomie

Sébastien Bruère Image 1


N°1, JUIN 2017


Bonjour à tous et bienvenue dans ce premier article pour http://www.managersante.com, consacré à l’ergonomie.

Je suis un professionnel spécialisé en organisation du travail – Gestion du changement – Santé et sécurité du travail – Amélioration continue et ergonomie. J’exerce également des activités de chercheur en Organisation du Travail &  SST, à Montréal (CANADA),

J’ai le plaisir de consacrer, pour ce premier chapitre qui sera suivi d’une série d’articles pour MMS, autour des origines de l’Ergonomie.

L’origine de l’ergonomie

Il faut bien voir que si la discipline est récente, ses origines sont anciennes. Ses origines sont liées à la volonté d’efficacité du travail humain (physique) qui amènera, au cours des siècles, à tenter d’adapter les outils, les machines, les environnements physiques et l’organisation du travail aux capacités des travailleurs.

Elles sont liées également aux questions sur les effets du travail sur la santé. Dès l’antiquité, certains philosophes grecs se demandent s’il n’existe pas des liens entre certaines maladies et certains métiers. Mais c’est Ramazzini, médecin italien de la Renaissance, qui établit les premiers liens entre le travail et des maladies dans 52 métiers différents (genre travailler dans le bruit, ça rend sourd).

L’origine du mot « ergonomie » a été inventée par un polonais au XIXe siècle la façon dont il a construit le mot est intéressante. Il est composé de mot du du grec ancien érgon qui veut dire « travail » au sens de l’activité et nόmos « loi » qu’il faut prendre ici comme les lois de la nature. En ce sens, le créateur du mot avait la volonté de créer la science qui étudierait l’activité de travail.

Lire la suite

Comment gérer les agressions dans les établissements de santé ? Témoignages d’experts et modes d’interventions

Image 2

By David Chassagne,

 

Autrefois terre d’asile, l’hôpital est aujourd’hui le reflet de notre société confronté à une violence quotidienne. Les violences sont nombreuses, diversifiées et récurrentes .les insultes, menaces, coups… mettent sous haute tension les services participant aux soins, à l’accueil administratif,  en créant un climat et des conditions de travail difficilement gérables.

L’hôpital se retrouve donc face à un paradoxe. D’un côté, il doit continuer d’assurer sa mission accueillir des patients et des familles  dans un esprit d’ouverture conformément à sa tradition et de l’autre côté, il doit se  refermer sur lui-même pour protéger son personnel et les autres usagers.

L’Observatoire National des Violences en milieu de Santé : quels chiffres ? 

Lire la suite

Blocs Opératoires : nouveau moyen de désinfection radical et non toxique en milieux intérieurs

usine-nvlle


N°03, Février 2017


La contamination dans un bloc opératoire trouve sa source principale dans l’activité humaine et la dissémination aérienne des micro-organismes (voies aérauliques des blocs).

Ils existent de nombreux procédés de désinfection plus ou moins efficaces de surface (peroxyde d’hydrogène, solvants, UV, bactéricides ,etc…) utilisés encore par de nombreuses sociétés de nos jours avec des contraintes particulières d’utilisation.

Un des procédés intéressants est la photocatalyse en présence de dioxyde de Titane (TiO2). C’est un des traitements de décontamination naturelle très efficace, capable de minéraliser partiellement ou en totalité la plupart des composés organiques connus.

De nombreux procédés brevetés permettent la désinfection de locaux par la lumière et plus généralement le traitement des surfaces et de l’air. La dépollution et la désinfection des locaux, chambres stériles, surfaces autonettoyantes… Les applications concrètes sont innombrables, à la fois pour les professionnels et aussi aux lieux publics afin d’assainir notre environnement au quotidien..

christophe-saussereau-protocalyse-image-2

Définition scientifique de la photocatalyse ? Lire la suite

La grippe saisonnière

grippe

 


N°1  JANVIER 2017

by Bertrand HACQUARD


 

Avec l’arrivée de l’hiver, certains virus aiment faire irruption dans nos vies déjà bien remplies. Vous devez sans doute penser à la grippe !

Chaque année, essentiellement entre novembre et février, la grippe, encore appelée virus Influenzae, est extrêmement contagieuse.

Elle se transmet dans la plus grande majorité des cas par les gouttelettes salivaires et plus rarement par la contamination des mains.

Il faut savoir qu’une fois malade le risque de transmission de la grippe peut aller jusqu’à 6 jours.

Lire la suite

Le « document unique » : bilan des rapports de Certification HAS des ES, peut mieux faire !!!


N°1, Décembre 2016


document-unique-image-5

Le milieu de travail de la santé est un milieu difficile pour les professionnels comme le traduisent les nombreux témoignages récents  sur les réseaux sociaux.

La pénibilité des conditions de travail peuvent conduire à des situations critiques dont les comportements suicidaires (5 suicides d’infirmiers et infirmières pour le seul été 2016, suicides de médecins…).

Cette actualité tragique rappelle combien la prévention des risques au travail, et spécialement les risques psychosociaux, est nécessaire.

Cette prévention faisant pourtant partie du référentiel de certification en vigueur,  montre encore, à la lecture des rapports récents disponibles sur le site de la Haute Autorité de Santé, de nombreuses lacunes dans les établissements de santé (la revue sera limitée aux rapports parus depuis un an).

Quelles sont les exigences du référentiel de certification ?

Lire la suite

Le travail en horaires décalés ou postés

N°6,  Octobre 2016


Les horaires atypiques, et tout particulièrement le travail de nuit, peuvent constituer un facteur de risque pour les travailleurs. En effet, l’organisme est soumis a une horloge interne, qui régit de nombreuses fonctions physiologiques .

Le cycle classique pour notre corps est de 24 heures et certaines activités sont prévues a des moment précis et ne peuvent que peu se décaler dans le temps. Les perturbations de ces rythmes peuvent entraîner l’apparition de troubles physiques et mentaux temporaires qui peuvent être nocifs à long terme.

Qu’est ce qu’un horaire atypique ? Lire la suite

L’Agression du personnel soignant, une fatalité ? (Partie 1)

securite-interieure-violence-sur-les-soignants-image-1

 


N°1, Octobre 2016

by Lionel DRAON


Le verre à moitié plein…

Quinze professionnels agressés chaque jour en milieu hospitalier peut paraître insignifiant au regard de plus de 50.000[1] patients admis chaque jour aux accueils d’urgences en France où se situent la majorité des agressions. C’est en réalité l’équivalent, sur un an, au personnel d’un hôpital universitaire ayant la charge d’un bassin d’environ 100.000 habitants. Imaginons un seul instant le CHU de Caen, ou de Nancy, fermé une journée faute de personnel disponible !

Ajoutons que ces chiffres ne tiennent pas compte des incivilités, bien plus nombreuses qui nuisent au bien-être des professionnels, ainsi que les agressions qui n’ont pas fait l’objet de signalements. L’aspect économique est désormais d’un impact non-négligeable sur le budget des hôpitaux.

Il s’agit donc d’un problème global à traiter avec professionnalisme ; la qualité de soins et de prise en charge en sont cruellement impactées pour la grande majorité des usagers. L’aspect économique ne doit plus être la question importante dans le choix des solutions. Le monde médical souffre déjà de problématique de personnel. Mais tout n’est pas que question de budget.

Pour obtenir une baisse significative des actes de violence en milieu hospitalier et libéral, l’analyse la plus complète et objective doit être conduite pour proposer un éventail multiformes de mesures préventives et correctrices.

Imaginer une réponse uniquement technique, coercitive et judiciaire, bien que nécessaire pour les passages aux actes les plus graves, n’aurait que peu d’effets dissuasifs ; le contexte psychologique du patient ou de l’accompagnant, devenu agressif, n’est que peu sensible à la rationalité dans l’instant. Lire la suite