Hôpital libéré ou personnels et soins libérés ?

Be Inspired Be Inspiring


N°4, MAI 2017


Changer une vision du monde peut mettre des millénaires. Ou pas ! Il suffit souvent d’un déclic ou d’une idée très simple pour sortir d’une crise, d’une solution sans porte (ouvrons alors les fenêtres !), d’un paradigme personnel ou collectif, d’une conception de la vie ancrée dans notre histoire. Car la seule histoire qui vaille, c’est l’histoire de la vie partagée qui nous rend pleinement vivants.

Liberté et compagnie : rendre le travail visible pour plus de bonheur au travail

Image1

La liberté dans les entreprises fait peur : reconnaître plus d’autonomie aux salariés, n’est-ce pas risquer l’anarchie, le bazar ? Perdre de vue les indicateurs, n’est-ce pas prendre le
risque de la non-qualité ?

A notre époque plus horizontale de réseaux,  Isaac Getz , dans son livre « liberté et compagnie, ou comment la liberté des salariés fait le succès des entreprises« , constate que  dans les entreprises libérées qui valorisent l’autonomie, le collaboratif et le bon sens partagé sont source de bien-être et de croissance financière. Lire la suite

De l’individu à la personne : valeurs, vertus et principes, un détour par les concepts (Partie 1/2)

 

De l'individu à la personne


N°4, Avril 2017

by Éric Delassus


Conférence donnée le 23 janvier 2017 lors de la journée d’échanges « Refaire sens avec nos valeurs » organisée par Centre Hospitalier Théophile Roussel de Montesson.

_____________________

Tout le monde connaît le proverbe, paraît-il chinois, qui dit que « Quand le doigt montre la lune, l’idiot regarde le doigt ». Cet aphorisme pourrait certainement être riche d’enseignements pour qui s’interroge sur la définition des valeurs d’une organisation et plus particulièrement, comme c’est le cas aujourd’hui, d’un établissement hospitalier.

En effet, trop souvent, nous sommes tentés de poser comme valeur ce qui n’a d’autre finalité que de viser une valeur supérieure, et nous définissons nos valeurs en fonction de notre position dans la structure, du point de vue particulier qui est le nôtre, en oubliant de prendre en compte la raison d’être de l’organisation à l’intérieur de laquelle nous nous situons.

Or, définir les valeurs auxquelles doit se référer une organisation, n’est-ce pas d’abord envisager celle-ci de manière globale et s’interroger sur ce qui donne sens à son fonctionnement ?

Lire la suite

Le lit au cœur de nos vies…

 PUBLICATIONS DE NOS EXPERTS MMS

Février 2017, Parution d’un livre,


Muriel ROSSET, Enseignante et formatrice en philosophie et management, innovation managériale, RSE et méthodes collaboratives (Universités Paris Descartes, Aix, Metz, EPF école d’ingénieur, Efrei, Haute Ecole Ferrer de Bruxelles), coach, auteur & consultante, nous présente son livre paru depuis Mercredi 22 Février 2017,  pour nos fidèles lecteurs de http://www.managersante.com

2017-01-15_184223

Quel est le point commun entre un hôpital et une maison de retraite ? Une maison et un hôtel ?

L’envie de bien-être, de santé, de soins, de guérison, d’attention, de présence, de relation ?

Un peu de tout cela sans doute. Mais alors, quel serait le point commun entre tous ces désirs profondément humains et humanisants ?

Lire la suite

Manager selon le « care »: de quoi parle-t-on ? (Partie 2/3)

Article Eric DELASSUS Image 7.jpg


N°2, Février 2017

by Éric Delassus


Lire la 1ere partie de l’article de l’auteur paru en Décembre 2016 sur MMS

2) Les origines féministes de l’éthique du « care » : 

Le modèle qui est à l’origine de l’éthique du care est celui de la relation mère / enfant. Le choix d’un tel paradigme a eu pour effet de nourrir un certain nombre de critiques accusant l’éthique du care de « maternalisme », alors qu’en réalité la sollicitude qui est à l’oeuvre dans une telle manière de concevoir et d’établir le rapport à autrui dépasse largement le cadre du simple maternage.

Les origines féministes du care donnent d’ailleurs lieu à certaines ambiguïtés dans la mesure où tout en valorisant certains comportements relevant des rôles sociaux le plus souvent dévolus aux femmes, certains auteurs ont eu parfois tendance à essentialiser ou à naturaliser certains comportements s’enracinant dans la sollicitude et la compassion, comme si ces vertus étaient inscrite dans la nature même de la femme.

Lire la suite

Rendre le travail visible 

muguet


N°3, Janvier 2017

On parle souvent d’emploi. Les hommes politiques parlent eux aussi essentiellement d’emploi (lire à ce sujet l’édito à la reconquête du travail du magazine santé et travail)

Mais c’est le travail qui occupe la tête des salariés. A tel point que si vous demandez à quelqu’un combien de temps le travail occupe réellement dans la totalité de sa vie, il peinera à s’approcher de la réalité de 12% de sa vie.

Pourquoi un tel écart ? Simplement parce que nous passons beaucoup plus de temps à penser, vivre, rêver, souffrir, aimer, désirer le travail.

01b6e70a48de221ad4c9f9eca3ce33ee

Lire la suite

Manager selon le « care »: de quoi parle-t-on ? (Partie 1/3)

article-eric-delassus-image-4


N°1, Décembre 2016

by Éric Delassus


Management : De quoi parle-t-on ? 

Le terme de management présente cette particularité d’apparaître aux francophones que nous sommes comme un anglicisme, alors qu’en réalité, il tire son origine de la langue française. Parti du français vers l’anglais, il nous est revenu pour désigner ce que certains nomment la gestion des ressources humaines et qu’il serait peut-être plus judicieux d’appeler l’art de diriger et d’accompagner les hommes au travail.

Ce terme présente une telle polysémie qu’il peut aussi bien évoquer le dressage des animaux – la ménagerie – que l’administration domestique – la gestion du ménage. D’un côté, il évoque l’exercice d’une autorité qui n’est pas nécessairement bienveillante et qui laisse peu de place à l’initiative et à la liberté, de l’autre, il évoque une forme d’administration – la gestion – qui apparaît comme relevant plus de la prise en considération de données quantitatives que du souci de la qualité de vie des êtres humains dans une organisation à l’intérieur de laquelle ils ont à accomplir des tâches qu’ils n’ont pas toujours le désir d’effectuer.

Lire la suite

Du command & control au leadership (1)

 

leadership-5-638


N°2, Décembre 2016


« Tais-toi et mange ta soupe »

Autrefois  la vie était plus simple. Le pater familias pouvait se contenter de dire « tais-toi mange ta soupe » sans être dérangé par les avis contradictoires de ses enfants. La loi lui donnait même l’entière responsabilité de chef de famille.

En somme, la vie relationnelle familiale coulait comme un long fleuve tranquille !

Jusqu’en 1970 où l’autorité parentale a remplacé la puissance paternelle… Avec la modernité est apparue une nouvelle forme de dialogue au sein des familles, vaste champ d’exploration qui réussit à ceux qui savent l’investir. De nouvelles relations sont nées au sein de nos maisons, qui ont permis à chacun de se faire grandir mutuellement. Finalement, la vie n’est pas moins belle depuis, bien au contraire ! Elle demande juste des efforts partagés. Parce que lorsque l’un de la famille ne fait plus d’efforts ou ne tient pas tout à fait son rôle (et non sa fonction), cela se voit et parfois même cela se dit. Plus ou moins selon les familles. Différemment selon les cultures.

Quid du management au bâton et à la carotte ?

Lire la suite