Le Financement des pratiques de Télémédecine en France est déverrouillé…

e-santc3a9

N°1, Mai 2017


On attendait ce jour depuis 2011 !

L’article 91 du LFSS 2017 lève la quasi totalité des obstacles administratifs et financiers qui freinaient le développement de la Télémédecine en France, en particulier chez les médecins libéraux. Déjà voté en première lecture par l’Assemblée nationale, il vient d’être voté par le Sénat.

Soulignons les points les plus significatifs et pratico-pratiques :

Tout médecin exerçant sur le territoire français, dans le secteur ambulatoire ou dans le secteur hospitalier, peut désormais s’engager dans des pratiques de téléconsultation et/ou de télé expertise chez des patients en ALD (Affection de Longue Durée), c’est à dire atteints d’une maladie chronique.

Il devra simplement déclarer cette activité de télémédecine à l’Agence Régionale de Santé dont il dépend (simple formulaire type qu’il pourra retrouver sur le site web de l’ARS), ainsi qu’au Conseil Départemental de l’Ordre des médecins où il est inscrit.

Il devra également en informer son assurance en responsabilité civile (une obligation s’il est en libéral ou salarié d’un établissement privé, une simple recommandation s’il est salarié d’un établissement public).

Il est libéré de toute charge administrative, que ce soit la démarche de contractualisation ou celle de participer à l’évaluation de ces nouvelles pratiques professionnelles.

L’évaluateur sera externalisé et la HAS aura la mission de valider ou non le rapport d’évaluation.

Il est rémunéré sur la base des tarifs qui ont été fixés par l’arrêté ministériel du 26 avril 2016, abrogeant le précédent arrêté d’avril 2015 qui ne ciblait que la prise en charge des plaies chroniques dans les EHPADs.

S’agissant encore de l’expérimentation Art. 36 prorogé d’un an jusqu’au LFSS 2018, avec une enveloppe financière limitée à 8,2 millions d’euros, le nombre d’actes et leur périmètre restent encadrés jusqu’au LFSS 2018.

Téléconsultation

Pour la téléconsultation : 3 tarifs

  • 26 euros par acte et jusqu’à trois actes par an et par patient pour un médecin généraliste (titulaire d’un DU de gériatrie) ou un professionnel de santé non médical bénéficiant d’un transfert d’acte (art. 51 de la loi HPST).
  • 28 euros par acte et jusqu’à trois actes par an et par patient pour un médecin spécialiste (sauf psychiatre et gériatre) ou un professionnel de santé non médical bénéficiant d’un transfert d’acte (art. 51 de la loi HPST).
  • 43,7 euros par acte et jusqu’à cinq actes par an et par patient, pour un médecin psychiatre ou un professionnel de santé non médical bénéficiant d’un transfert d’acte (art. 51 de la loi HPST).

Lorsqu’il s’agit d’une téléconsultation auprès d’un médecin spécialiste d’organe, le médecin traitant qui fait la demande (le requérant) n’est pas rémunéré.

Téléexpertise

Pour la Télé expertise : un forfait

Le montant forfaitaire de la rémunération est de 40 euros par an et par patient pour chaque professionnel spécialiste requis. Il n’y a pas de limitation par patient. Il y a une limite de 100 télé expertises par an par professionnel requis.

Le professionnel médical requis devra fournir à l’ARS la liste nominative de 5 à 20 médecins traitants (requérants) avec lesquels il souhaite réaliser des téléexpertises. Les rémunérations sont effectives pour les établissements au titre des consultations externes.

Télésurveillance

Pour la Télésurveillance : un intéressement des médecins aux résultats obtenus

L’arrêté ministériel du 6 décembre 2016 a choisi trois pathologies chroniques parmi les plus fréquentes que sont :

  • l’insuffisance cardiaque chronique,
  • l’insuffisance respiratoire chronique et
  • l’insuffisance rénale dialysée et transplantée.

On attend deux autres cahiers des charges pour mai 2017, la télésurveillance du diabète complexe et celle des arythmies appareillées par un dispositif médical implanté).

La philosophie retenue par les pouvoirs publics est d’intéresser les médecins qui s’engagent dans la télésurveillance de ces maladies chroniques à domicile et qui démontreront une réduction des coûts liés aux hospitalisations.

La télésurveillance est réservée aux malades les plus sévèrement atteints qui ont, de ce fait, de fréquentes hospitalisations. L’organisation d’une télésurveillance à domicile par des dispositifs médicaux (ayant un marquage CE) peut prévenir les complications et, par voie de conséquence, les hospitalisations.

Reconnaissons qu’un grand pas a été franchi pour déverrouiller le financement de la télémédecine en France.

Le choix des patients en ALD (malades atteints de maladies chroniques) est judicieux et devrait permettre d’entrer enfin dans une médecine de parcours structurée par la télémédecine.

On reste néanmoins sceptique sur la qualité de l’étude médico-économique qui devrait être présentée lors du LFSS 2018, soit dans un an, alors que l’expérimentation qui vise deux millions de personnes en ALD n’a pas encore débutée…

Les pouvoirs publics seraient bien inspirés de prendre en compte les récentes études européennes médico-économiques qui ont échoué (WSD, Renewing Health), en partie parce que le délai d’observation était trop court et, surtout, parce que les organisations des professionnels de santé n’avaient pas été prises en compte dans la méthodologie retenue.

La télémédecine est d’abord une organisation professionnelle nouvelle pour des pratiques médicales nouvelles, avant d’être une évolution technologique.

2000px-Linkedin_icon.svg  Capture  téléchargement


Nous remercions vivement  le Docteur Pierre SIMON (Medical Doctor, Nephrologist, Lawyer, Past-president of French Society for Telemedicine) , pour partager son expertise professionnelle en proposant cette Rubrique mensuelle « E.Santé & Télémédecine», pour nos fidèles lecteurs de http://www.managersante.com

 

 

7 réflexions sur “Le Financement des pratiques de Télémédecine en France est déverrouillé…

  1. GARANDEL

    Merci Docteur Simon pour votre engagement de longue date. Une remarque toute fois, je ne vois pas apparaître la télé médecine et les plaies chroniques dans vos articles.

    J'aime

  2. Bonjour Docteur Pierre SIMON,
    Je viens de tomber par hasard sur votre article. Celui ci est très intéressant.
    Il est très intéressant d’imaginer que les pratiques de télémédecines peuvent palier au manque cruel de médecin généralistes dans certaines régions Françaises;
    Affaire à suivre avec beaucoup d’attention.

    J'aime

  3. Aucouturier

    Bonjour à tous,

    J’ai uniquement une question : connaissez vous une expérience de « teleconsultation » en lien avec les conduites addictives ?

    Je suis Infirmier Général du CHPE qui va m’être en place cette offre de soins.

    Cordialement.

    J'aime

    1. pierreSIMON

      Merci de votre question. Ce projet est intéressant. Il existe une plateforme (« MesDocteurs ») ,qui lance cette offre de service en téléconsultation, financée par des complémentaires santé (voir mon dernier billet au lien : http://linkis.com/telemedaction.org/JUcvH) . C’est une initiative récente. Rendez-vous sur le site mesdocteurs.com. Je n’ai pas connaissance d’initiatives dans le secteur hospitalier public. Une telle initiative en hôpital public peut trouver son modèle économique dans le cadre du programme ETAPES réservé aux patients en ALD (http://www.telemedaction.org/ dans la rubrique du menu « On en parle »)

      J'aime

  4. Bonjour Docteur Pierre SIMON
    Je suis Mr Philippe BONAZEBI, en formation au Cnam de Paris 3, pour un Master 2,mention: Management, spécialité : Gestion des services de santé.
    C’est en lisant l’article « le financement des pratiques de télémédecine en France est déverrouillé » que j’ai découvert que vous êtes suffisamment avancé sur ce domaine; la preuve en est que vous proposiez une votre expertise dans le domaine de la télémédecine. En plus, votre ouvrage « Santé connectée et télémédecine, construisons ensemble la médecine du 21é siècle est éloquent à cet égard.En tant que Manager en herbe, j’ai été très touché par votre travail.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s