3- L’Anniversaire (Nouvelle litteraire mensuelle d’Arnaud BOVIERE)

arnaud-boviere-image-4-11-2016-nouvelle

Relire le Chapitre 1 : Le Départ

Relire le Chapitre 2 : l’Arrivée


3- L’Anniversaire


Marc était arrivé à l’hôpital depuis maintenant trois jours. Petit à petit, il prenait ses marques. Le monde dans lequel il évoluait lui était encore malgré tout bien étranger. Lui qui avait constamment été soigné à la maison, dans le confort d’une chambre et de parents à proximité, se retrouvait soudainement projeté dans un univers teinté de jargon médical et de médecins, qui, la plupart du temps, se déplaçaient en courant. Leur corps, recouvert d’une blouse – parfois bleue, parfois blanche – semblait toujours pressé et dirigeait tous ces pauvres êtres, bien incapables de résister. Une véritable course contre-la-montre. Pour Marc, c’était simple, les médecins n’avaient de temps pour rien ! C’est sûrement ça, le « secret médical », se dit-il, fier de sa découverte.

Pour eux aussi, les « p’tits » comme ils se surnommaient, la matinée était haletante ! Marc avait surpris à plusieurs reprises Bryan et Manon pénétrer sur la pointe des pieds dans les chambres voisines, en prenant soin de n’éveiller aucun soupçon. Ils restaient à chaque fois quelques minutes, puis ressortaient avant de disparaître dans la chambre suivante. Ce ballet intrigant avait duré une bonne partie de la matinée, et Marc avait beau réfléchir, il restait circonspect… Que faisaient-ils ?

Après que les deux dernières chambres qui précédaient la sienne furent visitées, il s’assit sur son lit et attendit patiemment la visite des deux voyageurs de fortune. Malgré la douceur qui habitait Manon, Marc entendit la semelle de ses chaussures crisser contre le sol du couloir. Bryan lui chuchota quelques mots, comme pour la réprimander, ce qui fit sourire Marc. Puis soudain, les crissements s’arrêtèrent, et trois coups furent frappés contre la porte.

Marc se dirigea d’un air nonchalant pour leur ouvrir.

– Vite, entre ! prononça Bryan en tirant Manon par la manche.

Les deux enfants passèrent à toute vitesse devant Marc, manquant de lui écraser les pieds, et fermèrent la porte derrière eux.

– Tu crois qu’on nous a vus ? l’interrogea-t-elle inquiète.

– Mais non !

– Qu’est ce qu’il se passe ? demanda Marc d’une voix forte.

Manon et Bryan se turent, jetant un regard surpris en direction de Marc. Bryan s’approcha lentement, puis reprit la parole.

– C’est Judith.

– Judith ? répéta Marc sans comprendre.

– Oui, Judith, confirma Manon. Judith, c’est l’ange-gardien, ajouta-t-elle après un moment.

– Elle nous accompagne partout ! précisa Bryan.

– Elle vous accompagne partout ? Mais pourtant elle n’est pas là, lâcha Marc après avoir balayé sa chambre d’un rapide coup d’œil.

– Elle revient aujourd’hui ! expliqua Bryan. Je les ai entendues !

– Qui ?

– Les blouses ! J’ai entendu les blouses bleues ou peut-être les blouses blanches, je ne sais pas trop, j’étais caché derrière un mur, je ne voyais pas très bien !

Marc dévisageait Bryan sans ajouter un mot.

– Dis-lui… Dis-lui ce que tu as entendu, chuchota Manon.

– Que Judith revenait, qu’elle revenait aujourd’hui ! Et qu’elles allaient l’accueillir avec un cadeau ! Tu te rends compte ? s’écria Bryan d’une voix enjouée.

– Je ne comprends pas… avoua Marc à demi-mot.

– Avec un cadeau ! répéta Manon. Elles vont l’accueillir avec un cadeau ! C’est l’anniversaire de Judith ! On va lui faire une surprise nous aussi.

– Mais on offre quoi à un ange qui nous garde ?

Bryan et Manon éclatèrent de rire.

– T’es vraiment nouveau toi… Un ange-gardien, c’est quelqu’un qui veille sur toi, qui prend soin de toi, tout le temps. Judith, elle est comme ça. Elle est comme ça avec nous tous, lui expliqua Bryan.

– Tu peux lui parler quand ça ne va pas.

– Tu peux aussi lui parler quand ça va bien, ajouta le jeune garçon en adressant un sourire à Marc.

– Même Teddy ? rétorqua Marc en agitant sa perfusion.

– Même Teddy ! En plus, elle est infirmière, c’est son autre métier après ange-gardien, alors elle pourra vérifier les constantes de Teddy. Si, si, je t’assure, c’est comme ça qu’on dit : « vérifier les constantes », précisa Bryan en mimant la voix grave des adultes.

Manon étouffa un rire gêné.

– On a tout prévu ! Quand elle arrivera, on va tous aller en face du portail pour lui crier « : « Joyeux anniversaire ! »

– Tous, sauf Lilian, précisa Bryan.

– Ah oui, c’est vrai, il est muet ! se souvint Marc. Comment il va faire alors ?

– Bah, il va sauter. Il aime bien sauter Lilian.

– C’est vrai, il est heureux quand il saute ! confirma Manon.

Une seule question brûlait maintenant les lèvres de Marc.

– Elle arrive quand ?

Les heures s’écoulaient lentement et l’après-midi touchait péniblement à sa fin. Les enfants se relayaient pour passer devant le portail et vérifier l’arrivée surprise de leur invité-mystère. Soudain, le bouton de l’ascenseur s’alluma. Le vrombissement de l’engin se fit entendre et le passager – qui devait être plusieurs se dit Bryan car l’ascenseur montait très lentement – se rapprochait toujours plus. Alors que la montée s’achevait, Lilian arriva en courant. Il tenta maladroitement de bouger ses lèvres pour former des mots mais Bryan le regardait comme-ci son visage était tordu. Lilian soupira puis frappa dans ses mains en désignant les escaliers de l’autre côté du hall d’entrée. Bryan fixait son regard sur le bouton de l’ascenseur, et comprit. Judith avait pris les escaliers ! Il indiqua plusieurs chambres à Lilian et se chargea des autres. Rapidement, tous les enfants sortirent et se dirigèrent d’un pas pressé vers la porte des escaliers. Un cercle parfait se forma et, quelques secondes plus tard, la porte s’ouvrit. La silhouette de Judith apparut dans l’embrasure de la porte, et fut accueillie par un tonitruant : « Joyeux anniversaire ! ».

Seul, Lilian, un peu en retrait sur le côté, sautait sur place et accompagnait cette chorale à la fois malade et pleine de vie. Judith, ne sachant trop où regarder, balayait l’ensemble de cette joyeuse troupe d’un regard conquis. Une fois les festivités achevées, elle les raccompagna dans leur chambre.

Tout était redevenu calme, et assis sur le lit qui remplissait le vide de sa chambre, Marc se dit que finalement, l’anniversaire à l’hôpital, ce n’était pas si mal.

Découvrez la suite de cette Nouvelle, dès le mois prochain

sur http://www.managersante.com

 2000px-Linkedin_icon.svg   youtube  


N’hésitez-pas à laisser vos impressions, Arnaud BOVIERE vous répondra avec plaisir !!!

Nous remercions vivement  Arnaud BOVIERE (Ambassadeur LinkedIn France, Chargé de Mission au  Ministère de la Culture, Journaliste chez Gallimard, Ambassadeur chargé des projets culturels, Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, Ancien patient des hôpitaux de Paris) , pour partager ses talents d’écriture  en proposant cette Rubrique mensuelle « Culture littéraire & santé », pour nos fidèles lecteurs de http://www.managersante.com 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s