2- L’arrivée (Nouvelle littéraire mensuelle d’Arnaud BOVIERE)

arnaud-boviere-image-4-11-2016-nouvelle

Relire le chapitre 1


2- L’arrivée


 

Du blanc partout… Est-ce que tous les hôpitaux était comme ça ? Ou bien juste celui-là ? Le regard de Marc balayait rapidement le couloir qui lui faisait face et tentait une première approche. La porte de sa chambre l’attendait, entrouverte, comme pour le convaincre d’y entrer. Théodore se tenait droit et souriant.

Un beau visage, vraiment, se dit Marc, mais bon, un trop gros nez quand même ! Des éclats de voix résonnaient de part et d’autres du couloir, comme si des milliers de vies criaient à plein poumons. Marc avançait de quelques pas et s’engouffra dans la chambre.

– Mais c’est pas possible ! s’écria-t-il.

– Qu’est ce qu’il y a ? s’inquiéta Théodore.

– Vous n’avez pas de peinture ici ?

– De peinture ?

– Bah oui, c’est tout blanc. Partout.

Lisa étouffa un rire nerveux. Lucas s’était lancé dans une grande conversation avec Théodore sur la démarche à suivre. Ils parlaient de papiers à signer, d’autorisation, d’horaires de visite… plein de mots que Marc ne comprenait pas. Ses parents étaient venus avec lui, et s’apprêtaient déjà à repartir, c’est tout ce qu’il retenait. Heureusement que Teddy était là ! Lui de toute façon ne le quittait jamais, un vrai pot de colle ! Ce mot qu’il avait entendu sur le trajet lui revenait maintenant comme un refrain lancinant. Les syllabes s’inscrivaient dans son cerveau meurtri et l’enlaçaient. Hospitalisation… murmura doucement Marc. C’était donc ça ? La solitude semblait envahir toute sa famille. Il regardait ces trois adultes d’un air inquiet et préféra s’éloigner doucement. Même si ses parents étaient ensemble, leurs corps lui apparaissaient aujourd’hui relativement éloignés. Au final, la maladie semblait ronger toute sa famille.

– T’es qui toi ?

Une petite voix le sortit de sa torpeur. Le timbre était clair et doux, presque innocent. Marc se tournait et se retrouva face à une petite fille qu’il dépassait de quelques centimètres. De longs cheveux noirs coulaient le long de ses épaules et faisaient ressortir la blancheur de sa peau.

– Moi ? Marc… Je suis Marc, répondit-il décontenancé.

– Et tu as quel âge ?

– J’ai huit ans. Et toi ?

– Moi, je n’ai pas huit ans, rétorqua-t-elle avant de tourner les talons.

– Attends, tu vas où ? l’interrogea Marc.

Il avait commencé à suivre ses pas, et déambulait dans les couloirs de l’hôpital sans trop savoir où il allait. Devant lui, les cheveux noirs se balançaient et l’impressionnaient. Les pointes, secouées dans le vide, effleuraient avec douceur le bas du dos. Un nouveau couloir venait d’être avalé lorsque la petite fille s’arrêta net devant la porte d’une chambre.

– Je vais là, répondit-elle en désignant la porte avec son index. C’est chez moi.

– Chez toi ? Mais tu n’as pas de maison ?

– C’est ici ma maison, rétorqua la petite fille en haussant les épaules.

Marc fixait la porte d’un air interloqué.

– Mais c’est ta maison depuis longtemps ?

– Depuis très longtemps.

– C’est le nouveau ? prononça une autre voix qui venait de la chambre accolée à celle de la petite fille.

– Oui !

La porte s’entrouvrait et laissait apparaître une petite tête blonde, coiffée de cheveux en bataille. Un jeune garçon, avec un nez légèrement retroussé. Ils se fixèrent pendant un long moment avant que Marc ne brise le silence.

– C’est la première fois que je vais rester dans un endroit comme ça.

– Tu t’appelles comment ?

– Il s’appelle Marc, répondit la petite fille.

– Et vous ? demanda Marc.

Un brancard passait à toute allure dans le couloir, suivi de près par deux infirmières en blouses bleues.

– Moi, c’est Bryan. Elle c’est Manon.

– Avant toi, c’était Lucie, murmura Manon.

– Avant moi ? répéta Marc sans comprendre.

Un autre brancard arrivait à toute vitesse et les dépassa dans un bruit assourdissant.

– Oui, là-bas, dans ta chambre. Avant que tu arrives, c’était la chambre de Lucie, lui expliqua Bryan.

Marc l’écoutait et regardait son nez avec insistance, sans comprendre pourquoi il était à ce point attiré par le nez des gens ! Il jetait un rapide coup d’œil en direction de sa perfusion. Teddy n’avait pas de nez… c’était sûrement pour ça.

– Elle a pris le portail, ajouta doucement Manon.

– Le portail… ?

– Oui, le portail ! s’écria Bryan en désignant du doigt l’ascenseur par lequel Marc était arrivé avec ses parents.

– C’est un portail magique, il permet de sortir d’ici. Ca t’emmène loin, ça t’emmène dehors, lui expliqua Manon.

– J’espère que tu le prendras bientôt, comme Lucie, ajouta Bryan.

Lisa, Lucas et Théodore arrivaient à leur hauteur. Le neurologue renvoya Manon et Bryan dans leur chambre, et indiquait à Marc de le suivre. Il fit un petit geste de la main à ses deux nouveaux amis, en leur promettant de revenir les voir, puis lui emboîta le pas. Lisa et Lucas fermaient la marche. Une fois arrivé dans sa chambre, Marc s’assit doucement sur le lit et serra Teddy avec force. Il regarda le mur qui lui faisait face avec intensité, puis soudain, il réalisa. Il venait de déménager.


Découvrez la suite de cette Nouvelle, dès le mois prochain sur http://www.managersante.com 

 2000px-Linkedin_icon.svg   youtube  


N’hésitez-pas à laisser vos impressions, Arnaud BOVIERE vous répondra avec plaisir !!!

Nous remercions vivement  Arnaud BOVIERE (Ambassadeur LinkedIn France, Chargé de Mission au  Ministère de la Culture, Journaliste chez Gallimard, Ambassadeur chargé des projets culturels, Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, Ancien patient des hôpitaux de Paris) , pour partager ses talents d’écriture  en proposant cette Rubrique mensuelle « Culture littéraire & santé », pour nos fidèles lecteurs de http://www.managersante.com

 

Une réflexion sur “2- L’arrivée (Nouvelle littéraire mensuelle d’Arnaud BOVIERE)

  1. Ping : 3- L’Anniversaire (Nouvelle litteraire mensuelle d’Arnaud BOVIERE) – managersante.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s