La PNL au service de la santé

IMAGE Eugénie THEVENON Article N°5, Mai 2016


N°4, Juin 2016


Je vous propose ce mois-ci  une présentation de la PNL (Programmation Neuro-Linguistique), afin d’entrevoir les possibilités d’évolution et d’ouverture qu’elle offre. Elle est initiée dans les années 1970 par Richard Bandler Et John Grinder.

Ils cherchent à comprendre comment font les individus de talent qui réussissent en étudiant les stratégies qu’ils mettent en place pour atteindre les objectifs qu’ils se fixent. Ils s’inspirent de thérapeutes comme Milton Erickson, de grands communicants, de sportifs connus, et d’experts de milieux variés.

Ils étudient la manière dont ils s’y prennent pour réussir. Comment ils font bien ce qu’ils font. Ils regroupent des outils et des processus de courants de pensées, notamment de l’école de Palo Alto, des stratégies d’excellence comme celles de Léonard de Vinci et Sherlock Holmes, qu’ils modélisent sous forme d’outils d’accompagnement.

Qu’est-ce que la PNL ?

Nous sommes la somme de nos expériences et de nos apprentissages…

Programmation :

Ce sont les apprentissages que nous faisons tout au long de notre vie qui conditionne notre manière d’être et de réagir à notre environnement. Je vis une expérience agréable ou désagréable (émotion), j’en tire une conclusion, aidante ou non, je généralise et transforme en croyance.

Prenons un exemple :
Enfant j’ai récité devant toute ma classe un poème. J’avais peur., je tremblais Incapable de m’exprimer j’ ai eu un trou de mémoire. Mes camarades se sont moqués de moi, et ceci pendant plusieurs jours. La maîtresse de surcroît m’a disputé car elle a pensé que je ne l’avais pas appris. Je suis rentré à la maison et devant la mauvaise note reçue, mes parents n’ont pas été satisfaits.

Imaginons maintenant que j’ai parfaitement bien récité mon poème. La maîtresse fière de moi me félicite tout comme mes parents. Mes copains de classes sont contents pour moi, et je reçois des compliments pendant plusieurs jours.

Quels apprentissages cet enfant peut faire de ces deux événements? Quelles croyances peuvent en découler ? Je suis capable de « parler en public » de réciter une poésie, de réussir. Je ne suis pas capable de… Je suis nul à l’école… J’y arriverai la prochaine fois…

Nous vivons nos expériences et encodons la réalité à travers nos 5 sens. Nous lions des états internes (émotions) à des expériences vécues selon l’interprétation que nous faisons de la réalité. De là nous tirons des conclusions que nous nommons croyances.

Si l’apprentissage est source de croyances aidantes, une ressource est née et aide l’individu à réussir. Si c’est une expérience difficile voire traumatique, cela va limiter l’individu dans l’expression de ses talents. Plus l’émotion liée à l’expérience initiale est intense (en terme de ressenti) plus la croyance et l’apprentissage sont ancrés dans la personne.

La perception que nous avons de ce qui nous entoure est régie par nos croyances. Ces dernières sont comme des filtres qui recouvrent nos sens, des lunettes sur les yeux, des boules Quies dans les oreilles, un masque sur le nez… Souvent nous n’en avons pas conscience. Elles modifient donc notre comprehension de la réalité, créent des distorsions, et sont responsables de nos comportements.

Elles peuvent être aidantes (je suis né sous une bonne étoile), ce qui permettra à l’individu d’ouvrir son champ des possibles et de se focaliser sur les opportunités qui se présentent à lui, et limitantes (je ne mérite pas de…) confortant celui-ci par les pensées, émotions comportements et résultats qui en découlent.

Les apprentissages, une fois acquis deviennent automatiques. Je suis capable aujourd’hui de conduire en écoutant la musique tout en mangeant un sandwich. Et c’est ainsi pour tous les apprentissages.

IMAGE Eugénie THEVENON Article N°5, Mai 2016 extrait

Neuro :

Concerne la neurologie le fonctionnement du cerveau et des processus de pensées qui influence nos émotions et nos comportements.

Linguistique :

Pour parler d’une expérience qui nous transporte dans la vie, des difficultés que l’on rencontre, on va utiliser le langage : verbal que l’on traduit en mots et non verbal. Le langage c’est la transformation de nos représentations sensorielles en mots et expressions corporelles observables. Ainsi on va voir un beau paysage, se parler à soi-même, ressentir de la douceur.

On exprime l’expérience interne avec des mots en y liant une intensité d’expression à qui on donne vie sur le plan corporel, par un sourire signe de plaisir par exemple… La manière dont la personne se représente une situation va être cohérente avec ce qu’elle vit. Sa réaction n’est pas liée à l’événement mais à la manière dont elle entend voit et ressent celui-ci. Elle va donc en parler avec des mots. Cela est vrai pour elle. Dans une situation de conflit, établir une communication de qualité est primordial.

La posture payante est celle de la flexibilité et de la curiosité. Aller dans les baskets de l’autre l’espace d’un instant pour toucher du doigt le regard qu’il porte permet d’élargir le sien d’ouvrir le dialogue, et permettre la rencontre.

La PNL est un ensemble d’outils qui permet d’optimiser sa relation à soi, à l’autre et aussi de préparation mentale (à l’image des sportifs). Elle donne des clefs de compréhension pragmatiques sur le fonctionnement de l’humain, des outils pratiques pour tendre vers l’excellence, ainsi que des techniques affinées pour se préparer et atteindre ses objectifs de professionnels, ses objectifs de vie.

Elle offre des outils de changement impactant, qui élargissent et transforment des schémas de comportements et des croyances qui limitent la relation de l’individu à lui-même, à l’autre et à son environnement, une ouverture à d’autres perspective en somme.

Utiliser la PNL dans le milieu hospitalier…

Le domaine de la santé est par essence un milieu exigent impliquant, dans lequel le personnel soignant et encadrant emploie son temps à apporter de l’aide et des soins à des personnes en souffrance physique et/ou psychique. De plus en plus de demande de performance, pour une restriction de moyens humains et financiers. Une bonne gestion du stress, une organisation efficace, de la créativité ainsi qu’un savoir être efficient sont des qualités appréciées et nécessaires pour exercer dans ce milieu, des compétences à développer et à affiner.

Au-delà même du cahier des charges de l’organisation que représentent les structures hospitalières extra hospitalières et médico-social, le bien être de l’individu sur son lieu de travail, du soignant dans son rôle est un vecteur essentiel, si ce n’est central, de la qualité de la prise en soin et du bon fonctionnement de l’organisation.

L’approche de la PNL à son échelle, est une possibilité supplémentaire pour faciliter l’équilibre systémique des relations humaines au sein de l’organisation.

En savoir plus :

Richard BANDLER “L’essentiel de la PNL”

 

Une réflexion sur “La PNL au service de la santé

  1. Ping : LA PROGRAMMATION NEURO- LINGUISTIQUE (PNL) au service de la santé… – MANAGEMENT EN MILIEU HOSPITALIER

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s