830x532_professionnels-sante-premiere-ligne-lutte-contre-covid-19

Comment préserver la santé professionnelle des personnels soignants et encadrants de la santé ? Denis BISMUTH et le Docteur France COSTANTIN proposent leurs réflexions et lancent une étude de terrain.

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur print
Partager sur email

Nouvel Article rédigé pour ManagerSante.com par Denis BISMUTH, Chargé du pilotage de l’innovation pédagogique de l’entreprise Isokan, membre de l’EMCC France (European Mentoring and Coaching Council) et animateur de la commission recherche. Il est Dirigeant du cabinet de coaching Métavision) et auteur de plusieurs ouvrages.* Cet article est rédigé en collaboration avec le Docteur France COSTENTIN , médecin urgentiste hospitalier en SAMU et médecin libéral en maison médicale pour des consultations non programmées de médecine générale. Elle est également déléguée régionale Normandie de l’association SPS (Soins aux Professionnels de la Santé)

N°10, Novembre 2021

En ces temps de crise sanitaire, la question de la santé ne se pose pas seulement pour les soignés, mais aussi pour les soignants et les encadrants du secteur de la santé. Comment créer les conditions de la santé professionnelle des acteurs dans un environnement incertain et complexe ?

La santé des professionnels, un problème de définition :

Selon l’OMS la santé La santé est un état de complet, un bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité.

Qu’en est-il de la santé professionnelle ? à partir de quel moment et à quelles conditions peut-on dire qu’un employé est dans une situation de santé professionnelle ?

Cette vaste question mérite qu’on s’attarde quelque peu sur les spécificités des différents métiers.

La santé professionnelle des encadrants

Ce début de siècle est marqué par cette transformation naissante dans la conception des modalités d’encadrement.

Les nouveaux modèles de management depuis quelques années tendent à privilégier la fonction d’accompagnement du management sur les pratiques directives et bureaucratiques du type « command and contrôle ». On voit ainsi émerger des entreprises qu’on qualifie de « responsabilisante » ou « apprenante » ou « libérée »

Pourquoi maintenant ?

Un environnement de travail incertain imprévisible et en mutation rapide met l’entreprise en situation de crise permanente. Cet état d’instabilité permanent rend nécessaire l’autonomisation des acteurs pour développer l’adaptabilité de l’entreprise son « agilité » comme on dit maintenant.

L’injonction d’autonomie des acteurs de l’entreprise entraine comme corolaire l’exigence d’un encadrement qui accompagne et non plus qui dirige. La mode est de stigmatiser les modalités de management du type « command and contrôle ».  Le coaching est alors mis à toutes les sauces pour offrir une main secourable aux managers décontenancés, sommés de s’autoréguler, de s’inventer en permanence, de construire eux même le sens de leur action.

Des managers qui paraissent décontenancés parce qu’ils ne se sentent plus contenus par un modèle dominant explicite et ne sait pas clairement la contenance qu’il doit prendre pour bien faire son travail et répondre autant aux exigences de la direction (diriger) qu’à cette nouvelle idéologie de la gouvernance (rendre autonome).

Cette injonction à s’auto déterminer à s’auto produire peut paraitre en contradiction avec le contrat de travail traditionnel qui est un contrat de subordination. Les acteurs de l’entreprise sont alors dans une double contrainte du type que « soyez autonome » qui est une injonction paradoxale du type : je vous ordonne d’être libre

En même temps, face aux situations d’incertitude, on voit se renforcer des pratiques traditionnelles de contrôle bureaucratique qui rajoutent un peu de contradiction au management des institutions de santé.

Alors, comment envisager des pistes d’amélioration ?

– faut-il renforcer les contrôles bureaucratiques pour pouvoir anticiper ? ne dit-on pas que « gouverner c’est prévoir » ?

– ou doit-on déléguer aux équipes ou aux individus la légitimité à s’auto organiser ? comme seul moyen de permettre l’engagement des opérationnels et leur réactivité face à l’incertitude ?

Cette confrontation de modèle de gouvernance pèse fortement sur la santé professionnelle des acteurs de la santé. Comme souvent dans les situations complexes, la réponse n’est pas dans un « ou » exclusif : c’est ou l’un ou l’autre. La réponse est plutôt dans un « et » inclusif.

La question est donc de savoir quelle sont les missions spécifiques de la direction et quelles décisions doivent etre délégué aux opérationnels ?

L’expérience montre depuis déjà quelques années que si la direction a pour fonction d’incarner le « quoi », l’exécution est parfaitement légitime pour gérer le « comment ».

La fonction d’une direction est d’être le garant du cadre institutionnel, du sens de l’action. Elle a comme mission d’incarner la stratégie et le cadre. Et c’est parce que l’exécution se sent contenue par une direction qui sait porter le sens, qu’elle peut, sans risque, prendre la responsabilité de la manière dont elle doit s’y prendre pour s’auto-organiser.

Mais une telle conception de l’organisation du travail crée un espace de tension qui mérite toute notre attention : le management intermédiaire.

Le manager intermédiaire doit gérer l’interface entre deux champs de critère : Les critères de la direction qui sont des critères financiers et organisationnels et les critères de l’exécution qui sont des critères de travail bien fait comme le montre Yves Clot[1]. Son travail consiste essentiellement à maintenir ensemble ces deux champs de critère souvent incompatibles.

Son rôle n’est pas d’etre le bras armé de la direction car il risque de se trouver en opposition avec l’équipe. Il n’est pas non plus de prendre le parti de défendre les intérêts de l’équipe car il prendrait le risque de se couper de sa direction. Il a donc cette mission extrêmement complexe de maintenir une impossible cohésion dans une certaine neutralité. Cette posture complexe n’est pas seulement une question de compétence technique c’est une façon d’etre qui ne s’apprend pas à l’école. Même si la formation au management est nécessaire elle n’est pas suffisante pour assurer sa professionnalisation en continu et entretenir sa santé professionnelle.

Malheureusement il ne peut pas remplir une mission aussi complexe sans un accompagnement personnalisé.

La santé professionnelle des managers passe en grande partie par un accompagnement en continu par de la supervision ou de l’analyse de pratiques.

La réflexion engagée par les organismes de formation sur les modalités de développement des compétences les conduit à promouvoir les pratiques d’analyse de pratiques. Encouragées pour cela par la loi de 2014 sur la formation qui privilégie les démarches Fest[2] et incite les entreprises à donner aux situations de travail toute leur place dans le développement des compétences

Les techniques d’accompagnement comme le coaching, marginales jusque-là, utilisées en périphérie du travail pour leur fonction de régulation des systèmes, ont tendance à s’instituer.
Le coaching s’est banalisé, massifié. En même temps il a perdu son aura élitiste qui en faisait sa valeur marchande. Cette massification du coaching a été une manière inadaptée et maladroite de répondre à un nouveau besoin social : instituer l’accompagnement dans les modes de régulation sociale. Les nouvelles modes managériales comme les nouvelles modes de formation comme l’Afest sont autant d’indicateurs de cette nécessité d’instituer l’accompagnement. Le manager doit accompagner ses collaborateurs et pour pouvoir s’auto déterminer les collaborateurs doivent apprendre à apprendre.

Le monde de la santé est bien entendu impacté par ces changements. Les pratiques d’accompagnement se développent et de nombreuses innovations apparaissent. On trouvera dans un ouvrage collectif de référence, auquel j’ai eu l’honneur de contribuer, un certain nombre de réflexions et de témoignages sur ces nouvelles pratiques.

Instituer la supervision des accompagnants :

On sait depuis longtemps dans les métiers de la relation, qu’un professionnel de l’accompagnement doit etre supervisé en permanence pour se professionnaliser en continu mais aussi et surtout pour entretenir sa santé professionnelle, éviter les risques de dérive qui pourrait le mettre en danger ou mettre en danger ses clients. Cette question de la supervision se pose maintenant dans le cadre du management dans la mesure ou l’on va lui demander de développer des compétences d’accompagnement.

Ainsi la supervision apparait comme une des conditions de la santé professionnelle des leaders en posture d’accompagnement.

Certaines entreprises ont déjà compris cette nécessité, qui intègrent dans leur processus de formation continue des sessions d’accompagnement du management intermédiaire qu’on nomme « analyse de pratiques » ou « supervision ».  Instituer la supervision dans le secteur de la santé contribue sans aucun doute à faciliter les mutations en cours. C’est par ailleurs instaurer une culture de l’accompagnement, terreau nécessaire à l’émergence des démarches apprenantes qui sont la condition d’une adaptation en continu du système de santé.

Notre enquête de terrain : la parole est donnée aux professionnels de santé  

  • Le contexte sanitaire à l’origine du projet :

La crise sanitaire que nous traversons nous invite à nous interroger sur la genèse des difficultés actuelles et sur les solutions concrètes à y apporter à court et moyen terme.

C’est très probablement une mutation profonde et adaptée aux différents besoins qui permettra de faire émerger un nouveau système sanitaire, plus juste et à l’écoute de ceux qui contribuent à le faire vivre.

La souffrance des professionnels participant à l’écosystème des soins est désormais connue, reconnue et exprimée par ces derniers. Elle nécessite en urgence que les acteurs de Santé bénéficient d’accompagnements spécifiques et personnalisés.

L’objectif de ces accompagnements spécifiques étant entre autres de les écouter, faire émerger des solutions, leur permettre de poursuivre leur engagement et de traverser plus sereinement des phases de transition pour exercer dans un environnement motivant.

Parmi les différents accompagnements spécifiques existants, le coaching personnel ou d’équipe est un outil précieux et efficace.

Dans un premier temps, il nous a paru nécessaire de connaître la perception des acteurs de Santé sur l’accompagnement par Coaching. Le premier volet de notre enquête ci-joint comporte une vingtaine de questions et nous permettra d’établir un état des lieux sur les pratiques d’accompagnement par coaching professionnel dans les établissements de Santé.

  • Le projet d’étude : 

Cette enquête à l’attention des professionnels de santé a comme finalité de proposer un reflet instantané de l’état des pratiques d’accompagnement.

En coopération avec l’European Mentoring and Consulting Council EMCC et la plateforme média digitale d’influence et de référence ManagerSante.com une enquête sur l’état des pratiques d’accompagnement dans le secteur de la santé est lancée actuellement, à laquelle vous avez la possibilité de contribuer : 

Les pratiques d’accompagnement dans le secteur de la santé : où en est-on ?

  • La coordination scientifique de cette étude : 

Le Docteur France COSTENTIN, Médecin Urgentiste et Coach professionnelle est un des principaux promoteurs de cette enquête, initiée par le pôle Recherche EMCC Normandie de l’association de coachs professionnels l’EMCC ( Conseil Européen du Coaching , du Mentorat et de la Supervision).

La commission recherche de l’EMCC, pour laquelle Denis BISMUTH assure l’animation et la coordination scientifique, a donc mobilisé ses ressources internes pour élaborer un questionnaire au service d’une enquête sur les pratiques dans le secteur de la santé, intitulé « Etude de terrain sur les «pratiques d’Accompagnement dans le secteur de la santé en France » état des lieux »

  • L’accompagnement des professionnels : un enjeux prioritaire dans le secteur de la santé 

Ce projet s’inscrit également dans la continuité des réflexions menées dans l’ouvrage collectif de référence, dans lequel j’ai eu le plaisir d’en rédiger un chapitre,  qui est publié depuis le 4 Octobre 2021, par 54 auteurs portant sur les  « Innovations et management des structures de santé en France : accompagner l’offre de soin sur le territoire». Il propose une réflexion exhaustive et interdisciplinaire de la question de la transformation des organisations dans le secteur de la santé.

Ainsi, l’ambition, à travers cette enquête, propose de chercher à mesurer concrètement les impacts des modalités d’accompagnement comme le coaching, le mentorat ou la supervision, pour tenter d’esquisser une cartographie de l’utilisation des pratiques d’accompagnement dans ce secteur.

Le questionnaire qui accompagne cette enquête sera disponible pour les personnes souhaitant y participer jusqu’à fin décembre 2021. Il s’adresse à tous les personnels de la santé quelle que soit leur place dans l’organisation. Pour que cette enquête apporte des informations significative il est nécessaire que l’échantillon des répondants soit le plus large possible et couvre un champ institutionnel et géographique le plus large possible.

Ce questionnaire s’adresse à tous les acteurs des établissements de santé, qu’elles soient ou non utilisatrices d’outils comme le coaching ou le mentorat.

Nous vous invitons à participer à notre étude, qui a pour intention de tendre au secteur de la santé un miroir lui permettant d’observer où il en est de ses pratiques en matière d’accompagnement.

  • Communication des résultats de cette étude : 

Cette enquête nous permettra d’élaborer un document de recherche qui fera l’objet d’une publication conjointe par l’EMCC et ManagerSante.com, afin de proposer une large diffusion auprès des acteurs de santé, institutions, tutelles et structures de santé publiques et privées.

 

En conclusion :  

Ces différentes modalités comme le coaching, le mentorat ou la supervision ont toute leur place, chacune dans sa finalité, dans l’accompagnement de la gestion de la crise sanitaire. que ce soit pour développer le professionnalisme, aider à la prise de recul ou aider au dépassement des souffrances au travail, de plus en plus d’institution l’ont compris qui, chacune dans son environnement, ont initié intuitivement ce type de démarches.

Cette cartographie des pratiques d’accompagnement dans le secteur de la santé  que nous cherchons à initier, permettra de mesurer l’état des lieux de l’engagement des institutions de santé dans cet accompagnement. Il est peut-être nécessaire de tenter de coordonner ces initiatives individuelles et de chercher à esquisser une cartographie de l’accompagnement qui pourrait nous donner de précieuses informations sur les effets attendus d’une démarche intentionnelle, coordonnée et instituée.

Pour aller plus loin :

[1] Yves Clot : Le travail à cœur Pour en finir avec les risques psychosociaux.  La Découverte 2015

[2]   La  FEST :Formation en Situation de Travail Formation en Situation de Travail :

L’accompagnement professionnel 

Nous remercions vivement Denis BISMUTH, Chargé du pilotage de l’innovation pédagogique de l’entreprise Isokan, membre de l’EMCC France (European Mentoring and Coaching Council) et animateur de la commission recherche et le Docteur France COSTENTIN , médecin urgentiste hospitalier en SAMU et médecin libéral en maison médicale pour des consultations non programmées de médecine générale,  déléguée régionale Normandie de l’association SPS (Soins aux Professionnels de la Santé), pour avoir partagé leurs réflexions pour nos lecteurs de ManagerSante.com

Biographie des auteurs : 

Denis BISMUTH 
Chargé du pilotage de l’innovation pédagogique de l’entreprise Isokan, il accompagne les entreprises dans la mise en place de l’organisation apprenante. il anime des supervisions de coach  et de dirigeant.
Denis BISMUTH est membre et  Animateur de la commission recherche de l’European Mentoring and Coaching Council  EMCC France (fédération de coach).
Dirigeant du cabinet de coaching Métavision depuis 2000, il accompagne des grands groupes industriels comme des PME et des entreprises du secteur social qui font le choix de faire évoluer leurs pratiques managériales dans  le sens d’une responsabilisation des acteurs. Il a développé une modalité de professionnalisation par la supervision :
les groupes de coprofessionnalisation© qui lui permettent de superviser le management intermédiaire, les coaches et les dirigeants.
Spécialisé dans l’Audit d’entreprise et de centres  de formation innovants il les accompagne dans leur transformation vers une organisation apprenante.
Il est également auteur de nombreux articles publiés dans l’excellente revue HBS (Harvard Business Review)
Docteur France COSTENTIN
Exerçant depuis 25 ans la médecine d’urgence et constatant les nombreux dysfonctionnements des organisations de Santé, elle a souhaité se former à la programmation neurolinguistique puis au coaching professionnel depuis une dizaine d’années. Elle accompagne actuellement les particuliers, les soignants et les organisations afin de leur permettre de découvrir et développer leurs potentiels et intelligence collective et mettre en place des stratégies de réussite en optimisant leurs conditions de travail.
Le Docteur France COSTENTIN exerce actuellement en tant que médecin urgentiste hospitalier en SAMU et médecin libéral en maison médicale pour des consultations non programmées de médecine générale ce qui lui permet d’avoir une vision transversale de l’état des lieux de notre système sanitaire.
Elle est actuellement déléguée régionale Normandie de l’association SPS (Soins aux Professionnels de la Santé)- Association qui vient en aide aux professionnels de la santé et aux étudiants en souffrance.
 
ManagerSante.com soutient l’opération COVID-19 et est partenaire média des  eJADES (ateliers gratuits)
initiées par l’Association Soins aux Professionnels de Santé 
en tant que partenaire média digital

 Parce que les soignants ont plus que jamais besoin de soutien face à la pandémie de COVID-19, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé), reconnue d’intérêt général, propose son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique 24h/24-7j/7 avec 100 psychologues de la plateforme Pros-Consulte.

Partager l'Article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles similaires