“Aide-Soignant”, ouvrier qualifié ou professionnel confirmé ? Alexis BATAILLE, étudiant en soins infirmiers, nous partage son expérience.

B9723059023Z.1_20200330165638_000+GO3FQ1UNE.1-0

Article rédigé pour ManagerSante.com par Alexis BATAILLE , Aide-Soignant militaire de réserve, depuis Septembre 2019, aujourd’hui étudiant en Soins Infirmiers au sein d’un Institut de Formation de la Croix-Rouge Française situé dans le Nord de la France.

Il est membre du comité de rédaction du site Infirmier.com et auteur d’un ouvrage intitulé “Vous avez mal où ?”, publié aux éditions City, en Mars 2019.


 

 

La crise sanitaire vient à nouveau de nous le prouver, les professionnels de santé sont, à la fois, le pivot et le socle de notre système de santé.

Pour autant, cette place, chacun le sait, même si  elle est grande pour certains et bénéficie d’une tribune médiatique plus importante, est souvent qualifiée à grands renforts d’une sémantique inspirée de l’histoire religieuse de la communauté paramédicale. Des élements de langage qui ne sont plus tout à fait d’actualité lorsque l’on évoque encore en 2020 la « vocation » ou bien « l’abnégation »[1] pour désigner les qualités premières de tout un ensemble de professionnels de santé diplômés, compétents et experts ayant quitté, depuis très longtemps, les ordres cléricaux pour rejoindre les ordres professionnels !

En dépit de ce premier amer constat sémantique, force est de constater que cela se poursuit dans la représentation médiatique car, s’il existe des soignants plus connus et reconnus par l’opinion publique, citons particulièrement les infirmières et les médecins, d’autres tirent à peine un morceau de la couverture ; ce sont les métiers dits de « l’ombre »[2].

Nous aurions pu également utiliser le terme « ingrat » pour les qualifier. En effet, c’est de ceux-là mêmes dont il s’agit et, notamment, du plus connu d’entre-eux dans la communauté paramédicale : l’aide-soignant.

Ainsi, malgré la vaillance quotidienne durant la pandémie, la qualité de leur déploiement et les efforts humains et relationnels fournis dans tous les endroits qui en accueillent, l’image des aides-soignants souffre de profonds stigmates socio-professionels, provenant de leur création originelle, dont ils n’arrivent pas à s’en défaire…

Or, en 2020, alors que, dans le cadre du Ségur de la Santé, s’est conclu, notamment, un accord catégoriel,  que la ré-ingénierie du D.E.A.S est à l’étude et que l’on peut légitimement reconnaître l’essentialité de l’A.S dans de nombreux domaines cliniques, se pose une question incontournable pour nos organisations de soins, aide-soignant, es-tu toujours un métier qualifié ou bien doit-on te reconnaître comme un professionnel confirmé ?

8035-tab

Les stigmates socio-professionnels : une naissance au forceps, des séquelles au centuple.

A la fin des années 50, la hiérarchie paramédicale, soucieuse de soulager les infirmières de certaines tâches au profit de nouvelles fonctions administratives,  cherche une solution pour aider le soignant en le libérant de soins chronophages tels que l’entretien des locaux, les bains des patients, le service des repas, la lingerie… Soit ! Les décideurs institutionnelles proposent une hybridation professionnelle innovante : la rencontre des agents de services, ayant à cette époque des fonctions hôtelières équivalentes à celles des A.S avec d’une partie du rôle propre de l’I.DE.

Ce mariage de la carpe ou du lapin entraînera par conséquent une triste situation pérenne… Pour les unes, elles se sentiront dégradées de se voir piétiner leur pré carré, pour les autres, elles se libéreront de tâches que l’on qualifiera bientôt d’ingrates…

Ni tout à fait ASH, ni tout à fait I.D.E, l’histoire des A.S s’est bâti sur cette instabilité du seuil entre deux mondes professionnels et beaucoup témoignent encore de ce sentiment d’illégitimité, de manque de reconnaissance et de valorisation d’une fonction qui peine définitivement à « trouver sa place ».

71 ans après sa naissance, la communauté aide-soignante navigue toujours sur cette catégorisation floue, intermédiaire où le rôle d’aide aux soignants n’est finalement que peu identifiée comme une fonction soignante à part entière, et ce n’est pas la catégorie C de la fonction publique hospitalière, plaçant, jusqu’à la conclusion du Ségur de la Santé début Juillet, le métier A.S en compagnie des agents de services hospitaliers qualifiés, qui a permis d’affirmer leur identité professionnelle.

service-medical-covid19-clinique-cedres_4702572

Aide-soignant, un métier qualifié ou une profession confirmée ?

De sorte que, aborder les catégories fonctionnelles de la fonction publique hospitalière, c’est réveler d’autant plus la modification de la place occupée par l’A.S dans les organisations de soins.

Dans la F.P.H, les A.S appartiennent à la catégorie C des emplois, c’est à dire relative à des fonctions d’exécutions. Un niveau de la fonction publique qui rassemble beaucoup de métiers accessibles sans diplômes ou avec des qualifications de niveau 3, qui sont pour la plupart des métiers manuels, avec un savoir-faire spécifique et une formation systématique pour les emplois « qualifiés ». En cela, la fonction A.S est un métier qualifié à supposer que, réduire l’A.S à une seule fonction exécutante, exclusivement manuelle, c’est méconnaître la polycompétence grandissante de la fonction et c’est la regarder avec un éternel regard suranné d’une époque soignante révolue. L’évolution catégorielle prévue, de la catégorie C vers la catégorie B, proposée lors du Ségur de la Santé, marque le pas aux a priori et nous offre une nouvelle paire de lunettes pour observer les multiples dimensions d’un A.S polymorphe !

Effectivement, de nos jours, l’A.S est un collaborateur direct de l’I.D.E, les liens qui les unissent sont purement fonctionnels, car ces derniers dépendent toujours du rôle propre infirmier sans en être toutefois le subalterne, et il exerce l’art de soigner de façon réelle et non abstraite !

La polycompétence s’exprime au travers de l’expertise aide-soignante. Complexe, car mal connue ou méconnue, c’est pourtant une réalité professionnelle à la concorde des savoirs, du savoir-faire et du savoir-être.

L’expertiste aide-soignante, s’organise d’abord autour du raisonnement clinique intermédiaire, qui vient nourrir le haut raisonnement clinique de l’I.D.E. En effet, l’A.S est le premier échelon d’alerte dans l’altération ou la modification de l’état de santé d’une personne soignée. Pour ce faire, il faut donc, a minima, mobiliser des connaissances apprises en formation mais aussi sur le terrain, faire des liens entre elles et en dégager un supposé problème de santé que l’on transmet à l’I.D.E, au médecin ou directement aux services d’urgences lors de soins à domicile.

Ensuite, l’A.S est également un expert dans le domaine primordial de l’intégrité cutané. Dans beaucoup de services de soins, notamment en gériatrie ou en E.H.P.A.D, son rôle de prévention, d’observation et d’utilisation pertinente des ressources matérielles afin de prévenir l’apparition d’escarres intervient en amont de l’intervention I.D.E.

Parlons aussi de la chirurgie, notamment digestive ou en orthopédie, service au sein desquels l’A.S dispose d’une expertise post-opératoire, alimentaire ou bien de mobilisation active/passive qui est mis à profit de l’éducation thérapeutique, et/ou à la santé, en collaboration avec l’I.D.E et les masseurs-kinésithérapeutes, ergothérapeutes.

Ainsi, à plus d’un titre, dans les services de chirurgies ambulatoires ou conventionnels, l’on s’appuie sur l’A.S pour dynamiser le parcours de soins du patient dans son ensemble, de l’entrée à la sortie, comme, par exemple, en les intègrant systématiquement aux protocoles de Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie (R.A.A.C).

De toutes ces nuances de l’expertise A.S, je suis persuadé que beaucoup de personnes n’en ont pas la moindre connaissance, y compris au sein même de la communauté soignante..

C’est normal, la méconnaissance est le revers même de la stigmate. L’on ne regarde plus la personne qu’au travers de cette dernière qui devient, de fait, son image sociale : une ombre exécutant des tâches ingrates.

Exception faite qu’en 2020, les petites avancées institutionnelles en témoignent, l’A.S n’est résolument plus dans un tâcheron mais un réflexif, on peut alors s’interroger sur la nécessité de transformer ce métier vers une profession…

Un-mois-en-Ehpad-face-au-coronavirus-C-est-l-experience-la-plus-riche-de-ma-vie

Le défi de l’évolution professionnelle

Dès lors qu’il y a un défi[3], il y a des obstacles. En ce domaine de l’évolution professionnelle, les A.S sont d’abord confrontés à une problématique majeure : le référentiel d’activités. Comme nous l’avons un peu plus loin, celui-ci s’est construit en allant piocher dans celui des I.D.E et des attributions des A.S.H. Jusqu’à présent, cela convenait à tout le monde et chacun y trouvait son compte. De sorte que, aussitôt que l’on veut faire gagner de la densité professionnelle aux A.S se pose une question pragmatique : Comment officialiser des actes réalisés, par l’A.S de façon officieuse, qui appartiennent à d’autres référentiels d’activités ? De quelle manière desiner, a terme, une ou des nouvelles compétences professionnelles sans les soustraire aux autres ?

Bien entendu, il ne faut pas avoir fait de grandes écoles pour voir se dessiner l’endroit d’un débat interprofessionnel, somme tout légitime, quelqu’en soit la place, entre les I.D.E et les A.S, afin de défendre son champ de compétence ou bien de renforcer le sien ; les débats récents quant à l’attribution de 27 nouveaux actes aux A.S d’ici 2021 argumentent cela !

Or, le défi de l’évolution professionnelle des A.S ne saurait se remporter sur le terrain du clivage[4] entre deux professionnels de santé qui doivent absolument continuer à collaborer ensemble. Non. Intrinsèquement, le défi de l’évolution professionnelle des A.S est aussi celui des I.D.E car l’un ne va pas sans l’autre.

Demain, les professionnels de santé infirmiers verront certainement leurs compétences cliniciennes se densifier de façon exponentielle, gagnant, notamment, davantage d’autonomie dans les domaines d’expertises de la pratique avancée . Demain, les professionnels de santé infirmiers devront être encore plus au cœur de l’action sanitaire et exerceront davantage des fonctions de coordination des soins, devront investir la conception, le pilotage et la conduite des politiques publiques en terme de santé.

Demain, pour mieux s’approprier toutes ces nouvelles fonctions, les professionnels de santé infirmiers devront s’appuyer sur les A.S pour deux raisons : éviter de brader les actes du rôle propre, des compétences historiques ne pouvant être décoreller des soins infirmiers, qui ne pourront plus être mis en œuvre par l’I.D.E « nouvelle génération », vers tout tout un tas de nouveaux métiers du soin et, de fait, se préserver de perdre des données fondamentales au diagnostic infirmier.

Par conséquent, l’évolution de la profession I.D.E, obligatoirement accompagnée de l’évolution du métier A.S, sera le moment de repenser la création du tant décrié rôle propre A.S et donc de la place que l’on veut dorénavant leur donner dans l’organisation des soins.

photo-aide-soignante-ehpad

S’inscrivant dans la complémentarité des expertises au profit de la personne soignée, le rôle propre A.S, tel que je le conçoit, ne doit pas être une division des savoirs-faire infirmiers mais plutôt la coopération des faire-savoirs soignants. Le rôle propre A.S devrait être un espace contributif où l’A.S et l’I.D.E travaillent toujours en collaboration, à la recherche du mieux-être de la personne soignée, tout en ayant la possibilité de faire-valoir la transversalité, en fonction de son niveau de compétence et en toute autonomie (interpeller et former les auxiliaires de vie à des techniques de soins ou d’entretien des locaux, guider des ateliers thérapeutiques, établir des bilans nutritionnels avec une diététicienne, organiser un parcours de vie avec une assistante sociale…) sous l’égide d’un code de déontologie[5] ad hoc.

Le rôle propre A.S serait également le moment d’intégrer ce dernier dans la coordination et la gestion des parcours de soins, toujours en collaboration avec l’I.D.E.C ou les réseaux de santé.

Pour autant, aujourd’hui, ce rôle propre à l’A.S n’est pas à l’ordre du jour car il ne doit pas se construire au détriment de la profession I.D.E commençant à peine à engager sa mutation. Le faire, serait engager la légitimité même du métier A.S. En effet, déshabiller Pierre pour rhabiller Paul c’est creuser le fossé de la discorde alors que des ponts doivent demeurer entre eux !

C’est là où nous revenons au nœud de ce défi de l’évolution professionnelle qui est en même temps le problème de fond du métier A.S : trouver sa place sans prendre une place.

A mon sens, à court terme, la place des A.S dans une société vieillissante, où les maladies chroniques prennent une place prépondérante et que s’intensifie le souci de prendre en soin à domicile, doit être celle d’un changement de représentation de la fonction A.S.

Dans un système de santé renouvelé, l’A.S devra être le professsionnel de l’autonomie et non de la dépendance. Alors, fort de cela, s’ouvre un champ des possibles en activités de soins et un boulevard à prendre pour les A.S car, en ce domaine, il n’y a que des innovations à proposer et non des actes à récupérer ! L’image des A.S version 2.0 ne doit plus être associée exclusivement à des représentations tabous de la dépendance mais brosser le portrait d’un professionnel de la réhabilitation physique/psychique, de l’empowerment, ayant le souci de faire exercer la pleine capabilité du soigné, et doué d’une expertise complémentaire à l’I.D.E.

000_1qh12k

L’expérience de la COVID19 

Par la même, c’est souvent dans les épreuves que se révélent la valeur et l’efficacité des discrets. L’expérience de la COVID19 est en cela forte de sens pour la communauté A.S se tenant vent debout, en « première ligne », en compagnie d’autres professions de santé.

En effet, en période de confinement, mais aussi d’adaptabilité majeure des forces sanitaires, face à des prises en soins hautement spécifiques, la valeur des A.S s’avère être double.

D’une part, portant haut la valeur relationnelle du métier, les A.S ont fait preuve d’une admirable capacité d’innovation humaine devant les contraintes imposées par la distanciation sociale. En dépit d’une augmentation de l’activité de soins, les A.S ont été les promoteurs de la transversalité des pratiques au contact de la personne soignée. Les A.S travaillant en E.H.P.A.D, en S.S.I.A.D ou établissements médico-sociaux, soutenant l’action des animateurs, ont ainsi élaboré, non pas des chemins cliniques, mais des chemins physiques vers l’entourage des résidents et des bénéficiaires isolés (visio-conférence, opération d’échanges de courriers, défi Facebook…).

A tout le moins, les A.S n’ont pas accentué la dépendance de ses personnes face à l’outil numérique, ils ont favorisé leur autonomie devant ces derniers. A tout le plus, les A.S ont fait l’éxègese de leur importance contributive aux soins infirmiers en étant des faiseurs de « dignité » et en prévenant les risques liés à l’isolement social.

D’autre part, durant la crise sanitaire, les A.S ont prouvé, à nouveau, leur valeur clinique, doublée d’une forte capacité d’auto-apprentissage.

Alors que les spécificités bio-physiopathologiques de la COVID19 apparaissaient encore un peu floues, il a fallu, à bon nombre de professionnels de santé, se former à la compréhension clinique, à la sémiologie de la COVID19 et aux gestes de réanimation/soins intensifs, afin de se doter de toutes les armes nécessaires pour combattre le virus. Directement au contact de la personne soignée, parfois seul professionnel de santé à rendre visite à un bénéficiaire isolé, soucieux de soulager et de renforcer son binôme I.D.E, les A.S ont saisi l’absolue nécessité de se former, quelqu’en soit l’endroit. Outre le fait, d’avoir su rapidement monter dans le train sanitaire de la pandémie avec de nouveaux bagages de compétences, les A.S ont indéniablement prouvé qu’ils pouvaient être des « lanceurs d’alertes »[6] en santé mobilisable, force de proposition et non d’exécution, au chevet du patient.  Enfin, de cette crise sanitaire, le binôme I.D.E/AS n’en sort que plus riche d’enseignements managériaux et professionnels car, face aux difficultés, il fut l’endroit du renouvellement d’un sentiment propre à sa dynamique : la confiance.

Ainsi, faisant le lien entre différents wagons de tête que sont les I.D.E, les médecins et les services de secours, l’on peut tout à fait reconnaître, qu’à leur tour, les A.S de « première ligne » ont aussi gagné leur place en « première classe » sans faire du train !

1043373814_0_368_3104_2048_1000x541_80_0_0_1500f6157d4726ef1a1efac3f9ccaedb

En définitive, même si des difficultés fonctionnelles et identitaires s’opposent actuellement pour les A.S, son rôle de professionnel de santé n’est plus à démontrer. Son rôle durant la pandémie ne doit pas être oublié.

Au point que, tout cela le prouve, dans notre système de santé renouvelé, intégrer l’A.S dans une démarche d’investigation de terrain, reconnaître son expertise clinique et technique, s’appuyer sur sa connaissance du patient, de ses désirs, de ses difficultés et de ses capacités, ne fera que renforcer l’efficience et la pertinence du diagnostic infirmier dont il en est le liant fondamental.

Considérant que l’on doit libérer de leur carcan la totalité des soins infirmiers pour construire un solide socle sanitaire sur lequel viendra se bâtir un probable nouveau modèle de santé, gageons que les enseignements de la crise de la COVID19 ne soit pas comme la broderie de Pénélope dans l’Odysée. Une œuvre que l’on fabrique patiemment le jour et que l’on défait aussitôt la nuit venue afin de ne véritablement pas avancer.

Car, en tout état de cause, l’on est en train de tracer les lignes d’une future tapisserie moderne dont l’A.S ne doit plus être l’unique « métier à tisser » mais le fil de trame co-réflexif, d’usage « professionnel », d’un ouvrage, au demeurant fragile, celui de notre « prendre soin » à la française.


Articles de l’auteur : 

[1]BATAILLE A., « Identité soignante : à la recherche du sens perdu… »  

[2]BATAILLE A., « Vous avez mal où ? Chroniques d’un aide-soignant à l’hôpital », City Editions, Février 2019.

[3]BATAILLE A. « Aide-soignant : nouveaux enjeux et défis d’une profession au cœur du soin » 

[4]BATAILLE A., « IDE/AS : un travail d’équipe pluri-disciplinaire dans lequel chaque ingrédient compte ! » 

[5]BATAILLE A., « Et pourquoi pas un code de déontologie pour les aides-soignants ? »  

[6]BATAILLE A., « Les A.S méritent plus que jamais des lendemains qui chantent »


Pour aller plus loin : 

[1] Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d’Etat d’aide-soignant 

[2] Plan « Ma santé 2022 » 

[3] [Ségur de la Santé 

[4] Rapport « Les métiers en 2022 »

 [5] Plan de mobilisation nationale en faveur de l’attractivité des métiers du grand âge 2020-2024 – Rapport de M.El-Khomri

[6] Stratégie « Vieillir en bonne santé » – Projet de loi « Autonomie – Grand âge »

[7] Fédération Nationale des Associations d’Aides-Soignants (F.N.A.A.S) 

[8] Interview de Guillaume Gontard – Président de la Fédération Nationale des Associations d’Aides-Soignants (F.N.A.A.S)

[9] Les 27 nouveaux actes A.S – Débat sur la ré-ingénierie du D.E.A.S

 

Alexis BATAILLE et JL STANISLAS, 22 07 2020 Version 5

Jean-Luc STANISLAS,  Fondateur de la plateforme média digital d’influence ManagerSante.com remercie vivement  Alexis BATAILLE , Aide-Soignant et, depuis Septembre 2019, étudiant en Soins Infirmiers au sein d’un Institut de Formation de la Croix-Rouge Française situé dans le Nord de la France. pour avoir accepté de partager son expérience, à travers cet article,  pour nos fidèles lecteurs de ManagerSante.com.

 


Biographie de l’auteur : 
Aide-soignant diplômé en 2013. Alexis Bataille rejoint le Service de Santé des Armées la même année et servira dans différents Hôpitaux d’Instruction des Armées jusqu’en 2019. Durant son parcours de soignant militaire, Alexis aura en plus l’occasion d’être projeté en opération extérieure mais aussi d’être membre du Conseil de la Fonction Militaire du Service de Santé des Armées.
Dorénavant aide-soignant militaire de réserve, depuis Septembre 2019, Alexis Bataille est étudiant en soins infirmiers au sein d’un institut de formation de la Croix-Rouge Française situé dans le Nord de la France.
En parallèle de son activité professionnelle et étudiante, Alexis Bataille est également membre du comité de rédaction du site infirmiers.com, membre du Cercle Galien et auteur d’un ouvrage intitulé “Vous avez mal où ? Chroniques d’un aide-soignant à l’hôpital” paru chez City Editions en 2019.

[OUVRAGE DE L’AUTEUR]

Image1


Interviews de l’auteur : 

 

 


[DÉCOUVREZ NOTRE NOUVELLE CHAÎNE YOUTUBE]

youtube.com/c/ManagerSante

GIF 12 Flyers Replay 25 07 2020, ManagerSante


Et suivez l’actualité sur ManagerSante.com, 

Image1

Vous aimez notre Site média ?

Cliquez sur les étoiles et votez :

five-stars

FESTIVAL DE LA COMMUNICATION SANTE Visuel ManagerSante MAJ 01 08 2019 Version 5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.