Comment mieux supporter les personnalités irritantes avec les sciences cognitives ? Réponse du Dr ANSELEM

 

Article publié par notre expert en Neurosciences pour managersante.com, le Docteur Bernard ANSELEM, auteur de plusieurs ouvrages dont, « Je rumine, tu rumines, nous ruminons » (aux Editions Eyrolles, 2017) et « Ces émotions qui nous dirigent » (aux éditions Alpen éditions, 2017)


N°12, Janvier 2019


 

 

“La sagesse c’est essayer d’être le meilleur être humain possible en travaillant sur nos contradictions, sur toute la violence qui est en nous et d’essayer de la convertir” F. Lenoir

 

Le travail en équipe a toujours été fondamental, mais prend une place capitale actuellement, en lien avec les révolutions digitales, la complexité croissante et les transformations incessantes. Une collaboration étroite et des liens fluides sont toujours plus indispensables. Il importe de bien vivre les aspérités relationnelles, tout en restant authentique, sans tomber dans le conflit, ni à l’inverse dans le déni, la soumission ou la résignation.

Un collègue s’est mal comporté avec vous, à une occasion précise (au choix : il a tiré la couverture à lui, vous coupe régulièrement la parole, il parle fort en vous prenant de haut, il a médit dans votre dos ou ne prend pas ses responsabilités). Inutile de préciser que vous ne l’appréciez pas, pourtant un matin, il vous accueille chaleureusement avec un large sourire et des paroles bienveillantes. Votre réaction : « quel hypocrite, il a une idée derrière la tête, méfiance ».

Bien sûr, le mieux serait de mettre à plat les difficultés avec lui, par une conversation assertive et respectueuse de part et d’autre . Mais ce n’est pas toujours possible.

En attendant, comment se comporter de façon plus objective, et ne pas se laisser emporter par notre hostilité, bref comment supporter cette personne ?

Pour une action durable il est utile de comprendre quelques principes de fonctionnement cérébral. Notre cerveau intuitif oriente son jugement automatique à partir des expériences émotionnelles du passé qui vont influencer nos cheminements rationnels. i

L’interprétation des pensées masquées de nos semblables est non contrôlable, automatique et rapide ii, elle nous apparaît comme évidente et indiscutable. En réalité un peu de recul permet de constater que nous manquons d’éléments pour connaître les intentions réelles de ce collègue.

  • Il a peut-être pris conscience de son erreur et tente maladroitement de la réparer,
  • il n’a aucune conscience de s’être mal comporté, et se trouve simplement de bonne humeur ce matin,
  • Il se comporte normalement mais vous avez une sensibilité exacerbée, pour de multiples raisons possibles,
  • il s’agit peut-être d’une authentique tentative de manipulation.

Mais nos réseaux intuitifs n’aiment pas l’incertitude, ils comblent spontanément les vides avec les éléments disponibles en mémoire, c’est-à-dire les souvenirs les plus émotionnels, car la mémoire est directement dépendante de l’impact émotionnel d’une information. Dans la nature, cette préférence pour les souvenirs émotionnels forts peut nous sauver la vie, mais dans une situation sociale complexe, elle va aussi fausser nos raisonnements, c’est ce qu’on dénomme le biais de disponibilité en mémoire.

Dans le cas présenté ici, les émotions négatives vis-à-vis de cette personne influencent notre jugement. Notre langage corporel sera défensif, voire hostile, nos ressentis intuitifs seront désagréables et nos pensées analytiques ne seront pas neutres et objectives : « attendons la suite pour mieux comprendre ses intentions » mais émotionnellement orientées « il n’est pas sincère ».

S’appuyer sur quelques élément de neurosciences cognitives émotionnelles

1/ Comprendre la subjectivité de nos raisonnements :

Êtes vous plutôt objectifs ou subjectifs ?

Les recherches en neuropsychologie confirment un fait essentiel, notre objectivité n’existe pas, nous sommes TOUS sous l’emprise d’influences multiples venant du passé, des circonstances présentes et de nos objectifs de vie, (y compris dans nos analyses les plus rationnelles comme une évaluation économique). Connaître cette subjectivité améliore infiniment nos prises de décision, autant que notre rapport à soi et aux autres. L’admettre et l’accepter, est l’étape incontournable pour observer notre mental en action, nos habitudes, automatismes, conditionnements, biais et ornières de pensées. Cette connaissance nous ouvre les portes de l’acceptation émotionnelle et de la prise de distance (ou défusion) par rapport à nos réflexions et jugements. Une pensée n’est qu’une pensée, elle n’est pas notre identité. Il sera alors plus facile de mieux vivre notre agacement, lors d’une difficulté relationnelle ou professionnelle.

Ce qui est important, ce n’est pas ce qui arrive mais ce que l’on fait de ce qui arrive.

2/ Comprendre le rôle des émotions :

Une émotion, c’est ce qui nous touche, ce qui nous importe, nous emporte et envahit notre esprit. Voici donc le rôle des émotions. Elles sont les marqueurs de ce qui importe pour nous. Tout d’abord pour notre survie (les dangers et les ressources), mais également pour la reproduction, puis pour les liens entre humains.

Le cerveau est bombardé chaque seconde par des millions d’informations de tous ordres, extérieures (perceptions sensorielles des cinq sens), internes consciente (pensées, anticipations, souvenirs, imagination), ou inconscientes (corporelles).

Il doit donc sélectionner les informations prioritaires grâce aux émotions qui utilisent des réseaux cérébraux plus rapides, plus puissants, plus profonds et plus anciens que les structures de raisonnements et de langage humains (apparus plus tard dans l’évolution). Un circuit « court » va s’activer. Ces réseaux sont de véritables autoroutes pour informations prioritaires, reliant les messages sensoriels aux régions du cerveau responsables de nos actions et de nos adaptations corporelles (préparation à la fuite en cas de peur, à la lutte en cas de colère). Cela signifie que le traitement de cette information devient plus intense, plus rapide, il passe avant les autres. Ce traitement est automatique et inconscient iii il prend le pas sur nos raisonnements. Ces mécanismes sont rapides, inférieurs à la demi-seconde. 

Notre cerveau décide avant notre conscience !

Il s’est organisé pour détecter les menaces et les ressources avant même de les comprendre ! La partie consciente, c’est-à-dire le sentiment émotionnel agréable ou désagréable (l’émotion du langage courant) n’arrive qu’après coup. Autrement dit, quand nous percevons une émotion, les jeux sont déjà faits, ressentir ses émotions est inévitable. La lutte pour combattre l’apparition d’une émotion désagréable est donc vaine, contre productive et vouée à l’échec.

 

Dans notre exemple, nous acceptons l’irritation et la défiance face à ce partenaire, sans culpabiliser, sans dramatiser, tout en étant conscients que cette émotion déforme notre analyse d’une situation complexe. L’acceptation émotionnelle offre un gain de temps et d’énergie considérable, elle évite les autocritiques (nous pouvons nous autoriser cette agacement) mais permet surtout une identification et une prise de distance par rapport à ce ressenti. Les jugements produits par cet état émotionnel seront reçus avec plus de recul : une pensée n’est qu’une pensée, elle est influencée par un état émotionnel transitoire et ne correspond pas à mon identité profonde. Cet état d’esprit apaise notre tension émotionnelle, permet une ouverture d’esprit et nous autorise à explorer d’autres interprétations.

3/ Comprendre et connaître notre biais de négativité

S’il vous arrive neuf événements agréables et un problème, à quoi allez-vous penser en fin de journée ? Cette tournure d’esprit provient d’une adaptation ancienne du cerveau animal.

Pendant des centaines de milliers d’années, l’espèce humaine ne s’est pas structurée pour être heureuse, mais pour survivre et se reproduire. Seuls les derniers siècles ont vu la culture humaine évoluer vers des aspirations plus complexes, mais les câblages neuronaux et les mécanismes de pensée ont perduré.

Les circuits nerveux ont ainsi ainsi répondu à 2 préoccupations majeures : échapper aux dangers et rechercher des ressources. Mais se préserver des menaces est plus urgent que s’alimenter. Si un individu ne repère pas un fruit dans un arbre, il pourra se rattraper plus tard, mais s’il rate un prédateur ou un ennemi, il est mort ! Au fil du temps, notre cerveau animal a sélectionné ces aptitudes à déceler les éléments menaçants et à les traiter sous forme d’émotions  et de comportements.

Les réseaux neuronaux se sont alors câblés pour repérer les dangers et amplifier toutes les informations qui vont dans ce sens : les menaces réelles du présent mais aussi les dangers incertains du futur (grâce à l’imagination anxieuse) et ceux du passé par la mémorisation et l’apprentissage des expériences précédentes.

Dans notre cas, la connaissance de ce biais, permet de relativiser nos pensées hostiles et nos craintes vis à vis de notre collègue.

5 solutions pratiques

Une fois cette étape de compréhension, acceptation, dédramatisation et prise de distance intégrée, il nous reste à trouver des solutions pour traiter avec ces personnes qui nous déplaisent.

1/ Intelligence émotionnelle : identification et acceptation de son irritation.

Cette étape découle directement des notions théoriques ci-dessus. L’acceptation n’est pas une résignation passive, plutôt une prise en compte d’un état inévitable mais transitoire. Elle permet de libérer son esprit des pensées hostiles et des ruminations improductives. Elle permet de passer aux étapes suivantes le cœur léger, pour trouver des solutions plus constructives : critique et « réévaluation » de nos pensées impulsives, recherche de points communs et d’empathie, orientation positive, orientation vers le présent.

2/ Aborder la situation en adoptant un angle de vue plus apaisant « réévaluation cognitive »

Si les émotions ne sont pas contrôlables, les pensées impulsives qui en découlent sont au contraire accessibles à notre analyse : prendre les choses de façon moins personnelle, changer de point de vue permet de trouver d’autres stratégies iv :

  • Repérer et critiquer nos interprétations malveillantes d’une situation incertaine (attendre des preuves avant d’accuser cette personne).
  • Se mettre à la place du collègue permet de noter que le plus souvent, il ne fait pas exprès de vous irriter et qu’il répond surtout à ses propres craintes ou automatismes.
  • Rechercher les éléments qui peuvent contredire votre impression négative, a-t-il vraiment cherché à vous nuire ?
  • Rechercher des solutions plutôt que des coupables (dépersonnaliser le problème)
  • A votre place, comment aurait réagi quelqu’un que vous admirez (imagerie mentale)

 

3/ Développer notre empathie favorise une approche plus mesurée face à ces personnes.

L’empathie comporte 2 composantes:

  • l’empathie émotionnelle, capacité à « ressentir » ce qu’une autre personne éprouve (résonance émotionnelle), il s’agit d’un mécanisme inconscient, implicite et non contrôlable, et
  • l’empathie cognitive, aptitude à comprendre le point de vue et se mettre à la place de l’autre, phénomène conscient et modifiable volontairement v.

Lorsque nous sommes irrités les émotions négatives ont tendance à estomper l’empathie. Connaître cette tendance permet de contrecarrer volontairement notre agressivité en développant la composante empathique consciente.

Pour la favoriser, il est recommandé de chercher à se mettre à la place de l’autre, de dépasser notre « vision du monde » : « pourquoi cette personne se comporte-t-elle ainsi ? Quelles sont les peurs ou angoisses qui la motivent ? Quelle est sa culture, quelles sont ses valeurs, ses difficultés qui la conduisent à se comporter ainsi. »

Attention,  comprendre le point de vue d’autrui ne signifie pas l’adopter, ni se soumettre à ses exigences mais plutôt accepter son existence.

Autre piste importante renforçant l’empathie et la compassion : plutôt que les différences qui nous irritent, recherchez les points communs (situation, caractère, contraintes communes, âge, lieu de vie etc.) Ils existent, mais sont masqués par notre biais de négativité ! Utilisez les pour aborder une discussion positive, l’empathie bilatérale se développera alors spontanément.

4/ Utiliser le pouvoir des émotions positives

Les émotions positives ne se limitent pas à une impression agréable transitoire. Elles signalent à notre corps une information favorable à son développement, tout en modifiant en profondeur notre état mental. Elles sont, entre autres, responsables d’une amélioration de la qualité relationnelle, de l’ouverture d’esprit, de la créativité et de la résilience, mais également de la santé physique et mentale vi

Se sentir bien avec soi-même et avec les autres est un puissant facteur de qualité relationnelle. Pourquoi ne pas utiliser cette aptitude pour mieux se connecter aux autres ?

Face aux personnes qui nous agacent, notre esprit et nos émotions élaborent les pires scénarios, cela se perçoit dans notre langage non verbal et se traduit par nos mots nos silences et nos réactions. Pour inverser ce cercle vicieux, il faut convoquer nos émotions positives, et les susciter dans notre entourage. N’attendez pas l’action de l’autre, initiez le mouvement positif ;

«  En faisant scintiller notre lumière, nous donnons aux autres l’occasion d’en faire de même » N. Mandela

  • Trouvez un point commun agréable, professionnel ou personnel et développez le avant de passer aux sujets qui fâchent
  • Repérez et complimentez la personne sur un point particulier de son activité, un dossier, une idée, un comportement, elle y sera d’autant plus sensible que vos rapports sont distants
  • Restez authentique, ne vous forcez pas, abordez sincèrement ce point positif. Dans le cas contraire votre langage non verbal discordant créera plus de malaise que de détente.
  • Pratiquez « l’orientation reconnaissante », c’est à dire la recherche délibérée et volontaire des éléments qui pourraient vous rendre reconnaissant envers cette personne. Ils existent probablement, mais ne vous sautent pas aux yeux, dans votre état d’esprit d’agacement.
  • Les émotions positives produites par ces prises de conscience sont contagieuses, elles diffusent et persistent à votre insu, chez vous même et votre interlocuteur.

5/ Cultiver la prise de distance avec les émotions négatives par l’orientation au présent

« Sois l’ami du présent qui passe. Le passé et le futur te seront donnés de surcroit » Clément Rosset

La pleine conscience consiste à orienter son attention sur le moment présent, sans chercher à évaluer ni interpréter ce moment. Elle permet de percevoir et d’accepter ses émotions et ses pensées négatives, sans jugement, sans s’y attarder, ce qui évite de les amplifier par des ruminations et favorise le passage à autre chose. Cette état d’esprit ne s’improvise pas, il se cultive par des séances de « méditations de pleine conscience » qui sont de véritables exercices d’orientation de notre attention. Ces démarches sont remarquablement efficaces sur la régulation émotionnelle, y compris au niveau neurologique vii. Elles apportent un apaisement et une sérénité remarquables, mais nécessitent un investissement en temps et une motivation solide pour persévérer.

Une alternative plus accessible consiste à pratiquer le contrôle respiratoire ou « cohérence cardiaque ». Cette méthode apporte un apaisement rapide (au bout de 3 à 5 mn) et ne nécessite aucune compétence, si ce n’est de respecter un rythme respiratoire ralenti en suivant les instructions d’une application ou en s’aidant d’un simple chronomètre. Cette démarche peut s’appliquer en préventif (avant d’aborder un entretien stressant), ou après l’exposition à une personne qui vous irrite.

  • Acceptation émotionnelle,
  • orientation positive,
  • orientation vers le présent,
  • réévaluation cognitive et culture de l’empathie

ont en commun cette prise de recul, un pas vers la sagesse, si difficile à atteindre lorsque nous sommes dans le feu de l’action. Une démarche qui nous aide à comprendre les autres, à les accepter avec leurs craintes et leurs imperfections et à cultiver cette qualité relationnelle, si importante pour notre efficacité professionnelle, autant que pour notre santé physique, notre bien-être mental et notre rapport aux autres.

 

« Entre les événements et notre comportement, existe un espace. Cet espace est notre pouvoir de choisir. C’est là que se situe notre liberté ». Viktor Frankl

 

 


Pour en savoir plus :

i A Damasio « L’erreur de Descartes » Ed. Odile Jacob.

ii D Kahneman “Thinking fast and slow”. Version française : “système 1 système 2, les 2 vitesses de la pensée ». Ed.Flammarion

iii Lachaux, J.-P. (2013). Le Cerveau attentif: Contrôle et lâcher-prise. Ed.Odile Jacob.

iv Ochsner K.N. Gross J. Cognitive Emotion Regulation: Insights from Social Cognitive and Affective Neuroscience.Curr Dir Psychol Sci. 2008 April ; 17(2): 153–158

v Decety J., Jackson P. The functional architecture of human empathy. Behav Cogn Neurosci Rev 2004

vi Fredrickson B. L., Joiner T., Positive emotions trigger upward spirals toward emotional well-being, Psychological Science, 13, 172-175, 2002

vii Lutz, J. (2014). “Mindfulness and emotion regulation: an fMRI study”. Social Cognitive and Affective Neurosci. 9(6), 776–785

 

 

 2000px-Linkedin_icon.svg   fb_icon_325x325


Nous remercions vivement le Docteur Bernard ANSELEM, Médecin spécialiste en imagerie médicale, master de recherche en Neuropsychologie (Toulouse, Lyon, Grenoble), titulaire d’un Certificat de « science of happiness » (Berkeley) et Formateur professionnel pour médecins ou entreprise. Il est également Auteur de plusieurs ouvrages dont, « Je rumine, tu rumines, nous ruminons » (Editions Eyrolles, 2017) et « Ces émotions qui nous dirigent » (Alpen éditions) conférencier.
Membre du comité d’éthique de l’université de Savoie

Il propose de partager son expérience professionnelle en Neuropsychologie pour nos fidèles lecteurs de www.managersante.com


Biographie de l’Auteur :
Médecin spécialiste en imagerie médicale, master de recherche en neuropsychologie (Toulouse, Lyon, Grenoble), certificat de « science of happiness » (Berkeley) et formateur professionnel pour médecins ou entreprise. Auteur conférencier.
Membre du comité d’éthique de l’université de Savoie.
Thèmes de travail : émotions, motivation, anxiété, prise de décision et efficacité, IRM fonctionnelle. Il souhaite créer des ponts entre les avancées récentes des recherches sur le cerveau ou le bien-être, et les applications pratiques au quotidien, à l’intention des personnes ne disposant pas de temps pour aborder les ouvrages théoriques ou académiques.

Présentation en Vidéo  :

Capture

 

Et suivez l’actualité sur www.managersante.com, 

partenaire média digital 

Officiel du Salon Européen  Paris Healtcare Week 2019 

Paris-Porte de Versailles [#PHW19] du 21>23 Mai 2019

Bannière marketing PARIS HEALTHCARE WEEK 2019

favicon-MMS-V2-noir


Vous aimez notre Site média ?

Cliquez sur les étoiles et votez :

five-stars

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.