Qu’elle est la « place des femmes » dans l’organisation du travail ? L’histoire de Madame T., victime de sexisme, racontée par Marie PEZE

Article rédigé par Marie PEZE,  Docteur en Psychologie, psychanalyste, expert judiciaire près la Cour d’Appel de Versailles.  Fondatrice du réseau Souffrance & Travail et auteure de plusieurs ouvrages, dont le dernier publié en 2017,  « Le burn-out pour les nuls » aux Editions First.


N°17, Janvier 2019


Les nouvelles formes d’organisation du travail sont édifiées avec une parfaite connaissance du fonctionnement psychique tant individuel que collectif et visent la précarisation subjective du salarié. L’éclatement systématisé des équipes, l’éviction des seniors détenteurs de l’ancienne mémoire du travail, servent à casser les solidarités. Le travail à flux tendu,  les objectifs inatteignables placent le salarié en constante position fautive. L’utilisation des NTI[1] comme technique de contrôle du rythme de travail et comme  outil d‘effacement de la frontière entre vie privée et travail, l’introduction massive de l’évaluation individuelle sont autant de techniques de management visant  la capture psychique et physiologique du salarié.

Un leader, un vrai, doit pour réussir, parvenir à ignorer la peur et la souffrance, la sienne et celle d’autrui. Le cynisme devient un équivalent de force de caractère.

La puissance sociale se mesure à la capacité d’exercer sur les autres des violences dites nécessaires, autorisant l’utilisation de pratiques délétères comme méthode de management pour obtenir la reddition émotionnelle de tous.

L’histoire de Madame T.

Madame T. se présente à ma consultation un mois après avoir vu une de ses subordonnés s’effondrer sur le sol de la plateforme téléphonique qu’elle venait contrôler. Dans l’agitation de la prise en charge en urgence par l’équipe du SAMU, elle a assisté au « techninage » de son employée, à son départ à l’hôpital.  La scène semble avoir pris valeur traumatique de par le risque de mort dont elle était porteuse.

Madame T. fait des crises d’angoisse tous les jours depuis, dort mal.

Madame T. est diplômée de l’Ecole Polytechnique Féminine. Au cours de sa carrière, elle a occupé des postes successifs de plus en plus complexes.

Dès 1990, les menaces de licenciement deviennent plus fréquentes, L’organisation du travail se radicalise. De « nous travaillons pour la mère patrie », on passe à « nous allons travailler à la japonaise », me dit-elle. Ses heures de travail augmentent, elle doit beaucoup se déplacer. Elle est désormais seule sur des contrats traités autrefois à deux. Bientôt, elle doit gérer deux contrats à la fois. Elle n’a jamais le choix du contrat. C’est celui que les hommes n’ont pas choisi. A elle de s’en contenter. Seule femme dans ce collectif d’hommes, les cadres de son entourage lui disent : « C’est parce que t’as baisé avec le chef que tu progresses si vite ! ».

Ses collègues masculins rencontrent les mêmes difficultés que Madame T. en termes de contrainte de temps, de travail fait sans les moyens adéquats. Cependant, dit-elle, ils semblent supporter ces paradoxes plus facilement qu’elle. La dureté de comportement est plus facilement rapatriable dans l’identité masculine. L’agressivité est une valeur virile. Cette force de caractère, cette virilité sociale se mesurent à la capacité d’exercer sur les autres des violences énoncées comme nécessaires. Plus les conditions de travail se durcissent, plus ces défenses se rigidifient, poussant les attitudes viriles à la caricature.

Un durcissement des méthodes managériales

Une technique d’interrogatoire du salarié est même introduite comme méthode spécifique de management. Pratiquée à deux, elle répond aux méthodes de déstabilisation de l’interrogatoire policier : niveau verbal élevé et menaçant, questions en rafales sans possibilité de répondre, climat d’accusation systématique, fausses sorties, durée prolongée de l’entretien, porte laissée ouverte sur le reste du service.  Il s’agit  d’évidence d’obtenir la reddition émotionnelle du salarié et de tous ceux qui ont écouté. La fameuse peur préconisée dans  certains guides de management…

En droite ligne des techniques de bizutage, les techniques de management que Madame T.  décrit, soudent le collectif de travail dans  une bienheureuse unanimité réconciliatrice contre. Contre quelqu’un.  C’est la construction d’équipe la plus élémentaire : Tous contre le Nouveau, contre l’Ancien, contre le Trop grand, le Trop petit, contre le Noir, l’Arabe, le Handicapé.  Contre la Femme.

Elle dit clairement qu’elle doit s’aligner sur l’agressivité ambiante  si elle veut garder sa place mais que, dans une contradiction totale, elle doit conserver ses savoir-faire féminins. Car c’est à elle qu’on confie les médiations difficiles pour qu’elle y déploie ses qualités relationnelles d’anticipation, de médiation, d’empathie. Des qualités de femme, c’est bien connu ! Son directeur lui demande de prendre en charge les clients étrangers en précisant sarcastiquement qu’on l’a choisie pour la mettre en situation délicate avec ces hommes peu habitués au dialogue direct avec des femmes ! Un piège sexiste ordinaire pour la mettre en difficultés ! En fait, ses clients se disent tous honorés de travailler avec une femme occidentale aussi titrée et compétente. De cette mission, brillamment conduite, elle n’aura en retour qu’un « tu les a eu au charme !! ». Les compétences réelles déployées resteront attribuées à sa nature féminine.

Lorsqu’elle tente de prendre la parole en réunion, elle doit souvent en arriver au clash. Il faut rappeler que lorsque les femmes participent à des réunions ou des débats publics, il leur revient souvent de lutter pour accéder à la parole, retenir l’attention. Le déni exercé oblige souvent les femmes à recourir à l’arme des faibles: l’éclat public qualifié d’exhibition hystérique et qui va entraîner l’apparition immédiate du stéréotype social de  la harpie caractérielle. On lui reproche sa virulence, son agressivité. Nul doute qu’on aurait simplement qualifié ses interventions de « trop musclées », si Madame T avait été Monsieur T.

De la perte progressive de sa légitimité jusqu’à son exclusion potentielle de l’équipe

Elle enchaîne sur la mise au ban lente qu’elle doit affronter et contre laquelle elle doit lutter pied à pied. On ne l’informe plus des réunions. Contrairement aux autres cadres, elle n’a plus de PC attribué, elle travaille sur le poste de quelqu’un d’autre. Elle est mise en invisibilité, exclue par un boycott souterrain qui va de soi, auquel tous ses collègues participent.  Les provocations sexistes sont devenues l’amusement du jour. Chaque matin, un nouvel écran de veille s’affiche sur chaque PC dans l’open space. Toujours des images de femmes, de plus en plus déshabillées, des caricatures sexistes, humiliantes, dégradantes. Un matin, c’est une image de vulve en gros plan qui s’affiche sur tous les écrans.  Seule femme dans un collectif d’hommes, Madame T. ne porte plus que des pantalons, elle supprime les bijoux, sa coiffure devient neutre. «  Je ne pouvais plus supporter les réflexions salaces sur mes jambes, mes cheveux, ma féminité ! J’ai effacé, effacé, effacé… »

En parallèle, le règlement de l’entreprise stipule bien sûr qu’on n’y pratique aucune discrimination à l’égard des employés que ce soit en raison de leur race, de leur religion, de leurs opinions politiques ou de leur sexe qu’on s’engage à les traiter avec dignité.

Son chef de service à qui elle va se plaindre des écrans pornographiques et de la gestuelle déplacée du chef de mission, lui répond : « Ca a toujours été comme ça et je ne peux rien changer ».

Par manque de références pour penser ce qui relève de l’extérieur, du champ social, Madame T. rapatrie la causalité de sa souffrance en intrapsychique et la pense en terme de responsabilité personnelle. Elle est défaillante, insuffisante, impuissante, lâche

Elle fait les retours de chantier dont personne ne veut. A son retour de vacances, en Septembre, elle n’apparaît même plus sur l’organigramme.

Madame T., victime de harcèlement moral, présente des symptômes psychosomatiques inquiétants

Pour exister, Madame T. doit être la meilleure. L’hyper vigilance, le surinvestissement de la qualité de son travail la font basculer dans un activisme défensif. Elle ne prend plus le temps de déjeuner, elle rentre de plus en plus tard le soir pour boucler son travail. La peur ne la quitte plus. Tous les weekend, elle est couchée avec des maux de tête ou de ventre. Le jour, elle revoit en boucle les scènes de critiques sexistes, la nuit, elle fait des cauchemars intrusifs qui la réveillent en sueur. Bientôt, elle n’arrive plus à dormir.

Nous voilà au cœur de la spécificité du tableau clinique lié au harcèlement moral, intitulé suivant les écoles névrose traumatique ou syndrome de stress post-traumatique (PTSD) et dont la sémiologie est bien décrite : Syndrome de répétition surtout avec la reviviscence des scènes traumatiques vécues, les cauchemars à thématique professionnelles, les évitements phobiques du lieu du travail,  les ruminations anxieuses sur le travail, l’hypersensibilité sensorielle, les crises d’angoisse aigue.

Elle me dit qu’une aménorrhée s’installe.

Elle retrouve la date dans son dossier médical : 1989. Nous voilà renvoyé à la période de radicalisation dans l’organisation du travail, à l’accentuation des idéologies défensives viriles ayant débouché sur la désignation d’un bouc émissaire, sur l’attaque systématique du féminin.

Elle n’a plus ses règles. Après avoir neutralisé ses vêtements, sa coiffure, sa gestuelle, seule femme dans un collectif d’homme, Madame T. s’est en plus désexualisée ? Christophe Dejours a raison, le corps dans l’organisation du travail est considéré comme un moyen pas comme une origine. Le corps est l’origine de notre identité. Chez de nombreuses femmes en situation de harcèlement, l’anamnèse permet de retrouver des atteintes de la sphère gynécologique : aménorrhées, métrorragies, plus graves encore, cancers du col, de l’ovaire, de l’utérus. Chez Madame T. la mise en invisibilité de son identité féminine, l’attaque quotidienne de ses caractéristiques physiques, psychologiques, de ses compétences professionnelles, ont entraîné une lente et inexorable désintrication pulsionnelle. Le processus de construction de l’identité sexuelle part du corps, il vient s’y éteindre.

La disparition de ses règles signe le harcèlement de genre à un niveau somatique, pointant la fonction érotique forclose. A la virilité affichée par le vocabulaire agressif et juteux, la gestuelle intrusive, les comportements musclés, les écrans de veille porno qui viennent solliciter l’économie érotique masculine dans ses pulsions partielles, Madame T. semble répondre par la neutralisation de son identité sexuée jusqu’au niveau somatique.

Dans la perspective psychosomatique, la décompensation témoigne généralement de la faillite des possibilités de représentation, du débordement des capacités de liaison de la psyché, d’une situation d’impasse pour le sujet.

« La somatisation est le processus par lequel un conflit qui ne peut trouver d’issue mentale, va déclencher dans le corps des désordres endocrino-métaboliques, point de départ d’une maladie organique » [2]

Elle adopte une transformation radicale identitaire pour survivre…

Pour avoir une chance de trouver des conditions propices à la reconnaissance de ses qualités professionnelles et à l’accomplissement de soi dans le travail, Mme T va décider de composer avec l’économie érotique de ses collègues hommes. Beaucoup de femmes échouent dans cette lutte qui les déchire intérieurement entre leur identité de femme et leur identité dans le champ social. L’enjeu est quand même d’y perdre sa féminité.

Mme T finit par s’endurcir. «  J’ai laissé ma souffrance de côté, et celle des autres aussi. J’ai appliqué le management qu’on me demandait d’appliquer. Au pied de la lettre. »

Elle me dit, en sanglotant, qu’elle a endossé la panoplie guerrière, a même fini par apporter une contribution quasi enthousiaste au fonctionnement de la stratégie virile. Mme T s’est enfin coupée de sa souffrance, mais elle est devenue inaccessible à celle de l’Autre. Elle a fait comme ses pairs et, enfin  reconnue, elle a  vite progressé, occupé des postes de plus en plus importants. Comme la DRH d’Eliane.

Les femmes au travail mènent une guerre de tranchée, sourde, éreintante avec courage. Être courageux, c’est ne pas attendre que l’autre fasse ce qu’il y a à faire, c’est se remémorer sans cesse que l’autre n’a que le pouvoir que vous lui reconnaissez, c’est renverser la peur. Mais le courage est sans victoire, nous rappelle Cynthia Fleury.[3]Forcément, c’est une femme.


Pour aller plus loin : 

[1] Lown B., “Mental stress, arrhythmias and sudden death”. The american journal of medecine, February, 1982.

Nishihama K., Johnson J., 1997: “Karoshi-death from overwork: Occupational health consequences of the japanese production management,” Journal and Journal, 27(4) : 625-41.

Park J., Cho YS, YI KH, Rhee KY, Kim Y, Moon YH: « unexpected natural death among korean workers » Journal of Occupational health, 41(4) :238-243 October 1999

Reich P, Desilva RA, Lown B, Murawski BJ, “Acute logical disturbances preceding life-threatening ventricular arrhythmias”, JAMA, 1981: 246-: 233-235

 2000px-Linkedin_icon.svg  twitter-icon-hover   fb_icon_325x325  souffrance-travail


Nous remercions vivement notre spécialiste, Marie PEZE , psychanalyste et docteur en psychologie, ancien expert judiciaire (2002-2014), est l’initiatrice de la première consultation « Souffrance au travail » au centre d’accueil et de soins hospitaliers de Nanterre en 1996. À la tête du réseau des consultations Souffrance et Travail, ouvert en 2009 le site internet Souffrance et Travailpour partager son expertise en proposant sa Rubrique mensuelle, pour nos fidèles lecteurs de www.managersante.com 


Biographie de l’auteure :
Docteur en Psychologie, psychanalyste, expert judiciaire près la Cour d’Appel de Versailles. Responsable de l’ouverture de la première consultation hospitalière « Souffrance et Travail » en 1997, responsable du réseau des 130 consultations créées depuis, responsable pédagogique du certificat de spécialisation en psychopathologie du travail du CNAM, avec Christophe Dejours. En parallèle, anime un groupe de réflexion pluridisciplinaire autour des enjeux théorico-cliniques, médico-juridiques des pathologies du travail qui diffuse des connaissances sur le travail humain sur le site souffrance-et-travail.com Bibliographie : Le deuxième corps, Marie PEZE, La Dispute, Paris, 2002. Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés, Pearson, Paris, 2008, Flammarion, collection champs en 2009 Travailler à armes égales, Pearson, 2010 Je suis debout bien que blessée, Josette Lyon, 2014

AGENDA 2019 :

Les prochaines Conférences à ne pas manquer

avec, notre experte-auteure,  Marie PEZE :


Marie PEZE intervient dans le cadre des formations mises en place par l’association Soins aux Professionnels en Santé (SPS) sur toute la France (formations éligibles au développement professionnel continu (DPC).

L’objectif consiste à former les professionnels qui souhaitent accompagner et soutenir en ambulatoire des soignants rendus vulnérables, et construire ainsi le premier réseau national.


Trois-logos

Un cycle de conférences-débats organisé par l’association Cafés Théma

Informations pratiques et conditions d’entrée :


[PLATEFORME D’ÉCOUTE TÉLÉPHONIQUE  SPS NATIONALE]

Voir la Vidéo

Capture


[Notre plateforme www.managersante.com,  s’associe aux l’initiatives de SPS en qualité de partenaire média digital  et sera présent lors de cet événement]


Et suivez l’actualité sur www.managersante.com, 

partenaire média digital 

Officiel du Salon Européen  Paris Healtcare Week 2019 

Paris-Porte de Versailles [#PHW19] du 21>23 Mai 2019

Bannière marketing PARIS HEALTHCARE WEEK 2019

favicon-MMS-V2-noir


Vous aimez notre Site média ?

Cliquez sur les étoiles et votez :

five-stars

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.